L’UMP est-elle vraiment opposée à la dénaturation du mariage?

Il y a des jours comme ça, j’avoue que je n’ai pas vraiment confiance en cette opposition.

Il faut dire que j’ai été échaudé par le discours droitier de Sarkoezy en 2007. J’ai un peu l’impression que l’UMP est de droite lorsque la pêche aux voix est ouverte.

 La dernière en date est cette lamentable histoire du mariage homosexuel auquel la gauche au pouvoir s’accroche comme à une bouée. Beaucoup l’ont dit durant la campagne présidentielle et tout de suite après, « la seule promesse que Flamby  tiendra c’est celle faite aux backrooms de se passer la bague au doigt. Non pas pour créer une égalité est ouvrir l’institution au mariage, mais pour que ce dernier n’ait plus aucune signification.

Et l’UMP là-dedans? Eh bien l’UMP s’oppose puisque c’est son rôle. Durant la campagne, le président candidat avait promis la main sur le coeur que Lui président ça ne passerait jamais. Par contre, pour ne pas perdre les voix des homos les plus raisonnables, il a promis une union civile… En fait, un PACS amélioré. Pourtant, le PACS à l’époque ils étaient contre. Lorsque leur rôle était de s’opposer, ils ont déployé des trésors d’ingéniosité parlementaire pour retarder le plus longtemps possible l’adoption de cette loi qui reste une mauvaise loi. Ils avaient dit que l’adoption du PACS était un boulevard vers le mariage entre personnes du même sexe. Aujourd’hui non seulement on trouve des gens à l’UMP pour nous dire qu’ils ont eu tort de s’opposer au PACS, mais encore ils nous disent que s’ils avaient été aux affaires, ils l’auraient complété et amélioré avec leur Union civile. Au fait quelle est-elle cette union civile? Eh bien c’est un mariage qui ne dit pas son nom. Ce serait comme qui dirait une union où les membres de cette union auraient les mêmes droits ou presque que les personnes mariées, mais pour des raison qui tiennent davantage à la dialectique politicienne qu’au bon sens on n’appellerait pas mariage. Donc n’allez pas croire les Copé ou Fillon qui vous racontent qu’ils se mobilisent contre la dénaturation d’une institution essentielle pour la préservation de l’humanité. Car c’est bien de cela dont il s’agit. Il ne s’agit pas de la préservation d’une civilisation. En effet, le mariage existe quasiment partout et dans toutes les cultures ou presque. On se marie sur tous les continents. Je m’éloigne du sujet. L’UMP nous dit qu’elle s’oppose. Comme on aimerait la croire. Le problème est que personne à l’UMP nous dit que dès leur retour aux affaires ils vont abroger cette loi.

Vous allez me dire « Comment abroger une telle loi? On ne pourra pas annuler des mariages légalement célébrés ». J’ai envie de dire « pourquoi pas. » On pourra tout au moins cesser de célébrer ces mariages et ainsi les faire disparaître par extinction. En plus il faut savoir qu’à de très rares exceptions, et ce malgré ce que le lobby des backrooms nous chante, les couples homosexuels ne tiennent pas bien longtemps. Il est vrai que les mariages hétérosexuels de nos jours non plus. Mais les unions homosexuelles sont connues pour leur instabilité. Donc je ne me fais pas trop de soucis. Malheureusement l’UMP revenue aux affaires n’abrogera rien du tout trop contente que ce soit la gauche qui se soit chargée du salle boulot d’adopter une loi immensément impopulaire. Du reste, l’UMP n’abroge rien.

Les 35 heures ruineuses pour l’économie n’ont pas été abrogées. C’es donc que l’UMP était d’accord.
Même chose pour le PACS. Là, c’est encore mieux on nous dit qu’avec le recul ce n’est pas si mal que ça. Non; la réalité est simple. L’UMP est une opposition pour naïfs. Dès son retour à la gamelle, elle ne touche surtout pas à ce que la gauche a fait. Pis encore. au parlement européen 97% des textes sont votés conjointement par les sociaux-démocrate et l’opposition prétendument à droite.

N’ayez pas confiance en ces gens. Souvenez-vous, la rue n’appartient pas à la gauche.

Jacques Frantz

Encore un avis sur le Pape?

Tout le monde a quelque chose à dire sur le pape? Eh bien moi aussi! Les catholiques ont un nouveau pape depuis mercredi soir. Aucun expert vaticaniste ne l’avait prévu. La surprise totale! Pourtant, certains n’ont pas oublié l’adage qui dit: « Qui entre pape au conclave en ressort cardinal ». La presse française à la botte des intérêts qu’on connaît avait, avant même son élection, cherché tous les angles d’attaque possible. A-t-il couvert des actes pédophiles? A-t-il fait des déclarations de réserves vis)à-vis des autres religions? Est-il contre le préservatif? J’en passe et des meilleures. Pourtant il a fallu plus d’une heure aux hyènes de France info pour trouver le truc qui déstabiliserait définitivement le nouveau pontife. Son attitude obscure durant les années de dictature en argentine. En même temps s’ils n’ont que ça et qu’ils l’ont sorti le premier jour de pontificat, on devrait être tranquille pour le reste de ce dernier. Dans un premier temps, ils nous ont dit sans y croire eux-mêmes que le nouveau pape avait dénoncé deux prêtres arrêtés et toujours portés disparus. comme cela ne prenait pas, on a sorti l’histoire de la photo où Berdoglio disparusonnait soit disant la communion à Videla. Non seulement c’est un faux grossier, mais encore, si videla remplit les critères de l’Eglise pour recevoir la communion, je ne vois pas à quel titre elle lui serait refusée. Maintenant on nous dit y compris (ce qui m’a beaucoup déçu) par la voix de Jean Lacouture, que le pape aurait été trop silencieux lors des années de dictature en Argentine. Vous auriez fait quoi vous en période de dictature? La dictature a pour première ambition pour se maintenir au pouvoir de réduire les autres au silence. C’est exactement ce que fait le dictateur normal qui cachetonne à l’Elysée en interdisant les manifs qui le dérangent. C’est exactement ce que font tous les gouvernements de gauche comme de droite ou prétendue telle en refusant toute espèce de contrepouvoir qu’il s’agisse des élections à la proportionnelle ou, à défaut, du référendum d’initiative populaire. Dès lors, il n’est pas étonnant qu’à un moment donné, lorsque la vie ou des intérêts qui nous dépassent (famille ou institution dont on a la charge) qu’on fasse silence. Souvent, un pistolet sur la tempe rend modeste. Et puis il y en a marre du mythe entretenu de la résistance. Nous en avons également assez de l’indignation sélective. Le fait, par exemple, que Platini soit allé jouer à la balle au pied en Argentine pour le plus grand bonheur de la dictature au pouvoir lors de la coupe du monde de 1978 ne l’a pas empêché de faire une carrière brillante dans les plus grandes instances du football international que je sache! Alors foutez-nous la paix une bonne fois pour toute. Car si on veut se pencher sur la question il y aurait beaucoup à dire. Premièrement, la plupart des chiens qui aboient aujourd’hui n’ont qu’une vague idée de ce qu’était les dictatures et surtout le contexte dans les années 70. On a hélas oublié que nous vivions dans un monde bipolaire appelé un peu naïvement la guerre froide. Dans cette guerre froide, il n’était pas facile de résister à une dictature sans en favoriser ou paraître en favoriser une autre. Ainsi l’URSS a parfaitement instrumentalisé les opposants à Pinochet ou à la guerre du Vietnam. Dès lors il devenait difficile de s’exprimer contre un camp sans apporter du crédit ou sembler apporter du crédit au camp d’en face. Ajoutez à cela qu’il faut survivre et faire vivre l’institution dont on a la charge, et vous conviendrez qu’il y a de quoi sinon vous réduire au silence, ou tout au moins vous inciter à une certaine discrétion. N’oublions jamais que le Christ lui-même a exercé son ministère sous occupation et que l’un des principaux argument de ses détracteurs s’appuyait déjà sur l’accusation de soutien à la dictature. Est-il bien nécessaire de rappeler que ce sont ces mêmes détracteurs qui n’ont pas hésité à s’appuyer sur la dictature occupante et sur son bras séculier pour mettre le Christ à mort. Evidemment, cela, les chiens de garde de la pensé unique sont bien trop indigents intellectuellement pour l’analyser. Du reste, s’ils le faisaient il ne tiendraient pas les propos ineptes qu’ils nous tiennent à longueur de journée. Revenons à nos moutons ou plutôt au berger fraîchement débarqué du bout du monde. Les gardiens de la morale de la bien-pensante n’ont pas eu le pape qu’ils attendaient. Au fait qu’attendait-ils? Voici en deux coups de crayon le profil qui aurait ravi la bien-pensance de France info, en passant par Libération ou même « La Vie ». Ils auraient supporté un pape normal, un pape comme eux, un pape en faveur de l’avortement, de la Libération, y compris la libération sexuelle. Ils auraient idéalisé un pape non blanc qui aurait condamné sans réserves la colonisation coupable de toutes les souffrances de ses frères. Ils auraient applaudi un pape condamnant sans nuances les dictatures à l’exception des dictatures communistes. Eh bien, ce pape, il ne l’ont pas eu. Alors chers frères catholiques, attendez-vous à voir partir les cartouches sur l’avortement, le préservatif, la pédophilie et bien d’autres qui sont déjà dans le barillet. Pour ma part, bien que non catholique pour des raisons doctrinales, je me suis, comme on dit aujourd’hui, laissé interpeler par la ferveur autour de cette élection, par la simplicité au moins apparente de celui qui semble être un bon curé, et par la joie des fidèles à l’accueillir. Gageons que si cela ne nous laisse pas indifférents, cela permettra de réunir toute l’Eglise autour du seul Seigneur et vrai Sauveur Jésus-Christ. En particulier pour ceux qui auraient du mal à laisser des commentaires, je vous invite à en débattre sur Twitter http://www.twitter.com/jimmy_from_ke

Vive Poutine!

Vive Poutine! Pas un jour où on parle de la Russie sans vilipender son président. Ben oui quoi! tout le monde n’a pas la chance d’avoir un président normal. Poutine est-il aussi dangereux qu’on le dit? Est-ce un vrai dictateur? Pourquoi une telle focalisation haineuse? Poutine est-il dangereux? Pas pour moi en tous cas et pas pour l’Europe. Il est moins dangereux pour l’Europe que ne l’était l’URSS au temps de sa splendeur qui a duré jusqu’au 31 décembre 1991. En effet, je vis mieux depuis que je n’ai pas une batterie de SS20 pointée sur moi à laquelle faisait face une batterie de Pershing. Poutine est-il un dictateur? Aux dernières nouvelles l’opposition existe en Russie. La presse s’y exprime tant bien que mal. Elle s’y exprime beaucoup mieux que du temps de la défunte URSS. Je ne suis pas persuadé que nous avons beaucoup de leçons à donner sur la question. En effet, je me souviens du jour où Fabrice Le Quintrec a osé citer un article du journal Présent sur France Inter. Plus jamais il n’a présenté de revue de presse. Aujourd’hui il est dans un placard et il intervient de façon marginale sur le réseau national de France bleu. Lorsque j’entends la radio aux ordres du pouvoir U.M.P.S ou lorsque je lis la presse aux même ordres, il m’arrive de tousser quand j’entends les leçons données au pouvoir russe. Du temps de Le Quintrec tous les journaux d’opinion avaient droit de citer. La manière dont se conduit le pouvoir en France concernant la question du mariage en dit long sur la conception qu’il a de la démocratie. Alors bien sûr on nous fera pleurer sur le cas des Pussy Riots. Il faut savoir que ces grues ne devant leur notoriété à rien d’autre que la provocation obscène ont pris deux ans de prison alors qu’elles en encouraient sept. Elles auraient fait la même chose dans une mosquée d’Arabie Saoudite, c’était la peine de mort. Le fait de se mettre à poil dans une église comme se fut le cas récemment à Paris n’est pas un gage de démocratie et ne donne aucun droit de donner des leçons Alors c’est vrai, tout n’est pas parfait en Russie et rien ne nous interdit d’avoir un regard critique sur Poutine. Mais malgré ces imperfections, l’espace de liberté est sans commune mesure avec ce qu’il était du temps de l’Union Soviétique portée aux nues et citée en exemple par nombre d’intellectuels ou prétendus tels. Du temps de l’union Soviétique, seuls une poignée de citoyens privilégiés avaient le droit de se rendre à l’étranger. Du temps de l’Union soviétique, la correspondance, les communications téléphoniques et les relations entre les gens étaient sous haute surveillance. Du temps de l’Union Soviétique, les citoyens avaient interdiction sauf dérogation de posséder des devises étrangères. Du temps de l’Union Soviétique, il était interdit d’écrire ou de publier par quel que moyen que ce soit n’importe quelle critique du Parti ou du gouvernement sous peine d’internement. Je pourrais continuer longtemps la liste de ce qui était alors interdit et permis aujourd’hui. Je connais peu de pays où les libertés ont fait autant de progrès en aussi peu de temps. Bien sûr Poutine et son régime autoritaire ne sont pas parfaits et beaucoup reste à faire dans le domaine des libertés individuelles et collectives. Mais nos prétendus intellectuels qui vont et viennent librement en Russie pour soutenir l’opposition ont la mémoire courte. J’ajoute que comme la démocratie directe que j’évoquais dans un précédent papier, la liberté d’expression ce n’est pas bon que pour les autres. On en veut aussi! Alors cessons tant de haine envers un gouvernement et un pays dont ceux qui en parle ne connaissent à peu près rien. J’aime ce pays où j’ai vécu, dont je connais la langue et qui progresse. Alors cessons de donner des leçons à Poutine. Jacques Frantz

Vive la Suisse et sa démocratie directe!

vous avez dit démocratie directe? Dimanche dernier les suisses ont voté à près de 68% en faveur d’une initiative visant à limiter les plus hauts salaires. Aussitôt, nous avons entendu la gauche française se féliciter et applaudir des deux mains. On a entendu des « Vive la Suisse » ou « vive les Suisses ». Tout d’un coup, la gauche qui nage dans le caviars, l’arrogance et les backrooms vient nous chanter le couplet mièvre du « Vive le peuple ». La même gauche socialiste qui prend ses ordres dans les arrière-salles de boîtes homos ou auprès des agences grassement subventionnées de l’antiracisme poussait des cris d’orfraie lorsque les Suisse avait voté contre les minarets. Ainsi la gauche française montre son vrai visage une fois de plus. En effet, la démocratie aurait des vertus lorsque les citoyens font les bons choix. Par contre, la démocratie directe devient dangereuse lorsque les citoyens font les mauvais choix. Je veux bien jouer le jeu de la démocratie directe à condition de gagner. Pas question de perdre. Que s’est-il passé en Suisse? Un illustre inconnu affilié à aucun parti ou mouvement politique a réuni des signatures et a fait voter par le Peuple un texte qui aura force de loi. Un peu comme si les 700 000 signatures mises à la poubelle par Delevoye aboutissaient obligatoirement à une mise aux voix de la loi Taubira. Le rêve non? Eh bien sachez que quand c’est à l’étranger et quand sa vote comme il faut, la gauche aux ordres des backrooms du marais est en faveur de la démocratie directe. En revanche,, Français, sachez-le, la démocratie directe, ce n’est pas bon pour vous. Vous pourriez en faire usage. vous pourriez envoyer la loi Taubira dans les poubelles d’où elle n’aurait jamais dû sortir. Pourtant la démocratie directe, même si elle n’est pas la panacée a pour avantage de constituer un contrepouvoir efficace aux politiques. L’idée que les Socialistes français ont reçu tous les leviers sans aucun contrepouvoir possible n’est-elle pas insupportable? A mon avis cette situation est malsaine quelle que soit la couleur ou les partis aux affaires. Il n’est pas bon qu’un parti, qu’une tendance ou qu’un groupe exerce le pouvoir sans partage. Ainsi, en Suisse il serait impossible à un gouvernement d’ignorer 1 million de personnes dans la rue et 700 000 signatures. Point de place dans ce pays pour une Taubira vociférant la bave de la haine et de l’arrogance aux lèvre que quoi que vous fassiez, et combien que vous soyez, la loi passera et qu’elle vous emm…. Alors oui, la démocratie directe c’est bien tout le temps. C’est bien y compris quand le résultat n’est pas celui que j’attendais. La démocratie directe rend le peuple plus intelligent et raisonnable. On ne le sait peut-être pas, mais c’est par votation populaire que les Suisses ont refusé d’abaisser le temps hebdomadaire de travail. C’et par votation populaire que les suisses ont accepté les autoroutes payantes. On peut le regretter, mais on est forcé de constater que la population réfléchit et agit à long terme. Si les Suisses peuvent le faire, pourquoi pas nous? Jacques Frantz. P.S. Dans sa chronique de ce matin, l’excellent Zemour s’est exprimé sur le même sujet.Sans prétention d’aller jusqu’à dire que les grands esprits se rencontrent je vous mets le lien vers son podcast. http://www.rtl.fr/podcast/la-chronique-d-eric-zemmour.xml

Entendu ce samedi matin sur la première radio de Suisse romande. Ce matin j’ai agrémenté ma grasse matinée d’une écoute distraite de la radio helvète. Pour ceux qui auraient la chance de ne pas la capter c’est une pâle imitation de la propagande d’Etat type France Inter ou info. Ainsi, j’ai appris que l’affreux, l’horrible Poutine aurait l’intention de modifier quelque peu la loi électorale dans son pays. Il aurait notamment l’intention d’élire la douma non plus à la proportionnelle intégrale, comme c’est le cas actuellement, mais avec un système mixte fait de scrutin majoritaire et de scrutin proportionnel. La correspondante à Moscou nous indique que cela favoriserait Russie Unie et pénaliserait les petits partis. Bigre! Déjà qu’on nous avait dit que Poutine manipulait les élection, ce qui n’est pas le cas en France comme le rappelle Nicolas Gauthier dans Boulevard Voltaire http://www.bvoltaire.fr/nicolasgauthier/russie-hollande-a-fini-de-faire-le-comique,13318 où les ténors de la vie politique que sont Copé ou Aubry voient peser sur eux des soupçons de fraude pour accéder à la présidence de leur propre parti. Il est profondément troublant que la première radio romande ne dénonce pas le fait qu’en France il n’y ait pas de proportionnelle du tout. La proportionnelle c’est bon pour l’opposition russe mais pas pour la France qui voit 20% de son corps électoral privé de toute représentativité. La radio suisse romande ne trouve rien à redire sur le fait qu’aujourd’hui en France une petite bande d’oligarques voyous foutent à la poubelle 700 000 pétitions parce qu’ils règnent et vont régner sans aucun contrepouvoir. Non les journalistes suisses se foutent pas mal de ce qui se passe chez le voisin imédiat. Alors chers Suisses et chers français, de grâce, balayez devant votre porte!

Dis-moi ce que tu penses et je déciderai qui tu es. "Je pense, donc je suis" disait le philosophe. En écho, les chiens de garde du système répondent, "tu penses donc tu es". Ainsi, pour développer l’article de Michel Janva ce matin, http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2013/03/laccusation-dhomophobie-une-arme-de-guerre-psychologique-.html je dirai que tu es qualifié en fonction de tes opinions. Le procédé est simple et, comme l’a dit Janva, redoutablement efficace. Pourtant je crois que grâce à l’Internet et aux moyens d’expression à notre disposition, nous allons pouvoir démonter ces systèmes et reprendre enfin notre liberté d’opinion. C’est bien de cela dont il s’agit. Parce qu’en plus de nous dire ce que nous sommes en fonction de ce que nous pensons, les chiens du système décrètent à l’aide d’un appareil judiciaire complaisant ce qui est une opinion ou qui n’en est pas. Revenons au sujet. Je pense que le mariage entre personnes du même sexe est contre nature, je suis donc homophobe. Je constate que les personnes de souche ethnique non européenne sont en nombre élevé dans les prisons ou sur les terrains de foot, et me voilà raciste. Je pense qu’un enfant ne peut se développer favorablement que dans une famille composée d’un chef de famille et de son épouse, je suis donc un sexiste. Du temps où existait un mur à Berlin pour empêcher toute une moitié de l’Europe de fuir le paradis sur terre, un simple questionnement sur le bon fonctionnement du socialisme d’Etat faisait de vous un anticommuniste primaire. J’ajoute par parenthèse que ce sont les mêmes qui aujourd’hui disent sans rire qu’ils ont toujours pensé que le communisme ne pouvait pas fonctionner. Si je dis que l’acte homosexuel me répugne et que je ne peux prendre un vrai plaisir que dans l’hétérosexualité dans le cadre strict de la fidélité conjugale, là, je suis un facho, ultra conservateur et partisan du retour à l’ordre moral. Donc si on résume: Je suis homophobe, raciste, sexiste, anticommuniste primaire, et facho. Eh bien maintenant que je le sais et que je l’assume, je vais pouvoir m’exprimer en toute liberté. Jacques Frantz.

Présentation.

Devant la mauvaise foi des médias de plus en  plus uniformisés, j’ai pris la décision de saisir l’un des uniques espaces de liberté qui s’offre encore à nous.  chaque jour je perçois le décalage  de plus en plus important entre la pensée unique  verrouillée par le pays légal et la véritable opinion publique qui s’exprime dans le pays réel. 

Français vivant à l’étranger, je reste attaché viscéralement à mes racines nationales que des arrières grand-parents ont choisi de venir planter dans ce beau pays de France qui n’a besoin que d’un peu de bon sens pour connaître une immense prospérité.  
J’ai pour Maître le Seigneur Jésus-Christ de qui j’ai reçu la promesse du salut par grâce. 
Cela ne fait pas de moi un être coincé ou pudibond, j’espère que vous aurez le loisir de vous en rendre compte. J’aime bien manger et bien boire, (il paraît que ça se voit), à l’occasion j’aime fumer un bon cigare ou, ne vous en déplaise, une bonne pipe. 
J’aime les choses simples, les soirs d’été, l’odeur de la terre mouillée après la pluie, les balades en forêts, la compagnie des gens, et surtout me resourcer auprès des Autres. 
Ne vous y trompez pas, il s’agit d’un espace militant car, comme le disait un homme politique du début du XXe siècle, « le désespoir est une sottise en politique ». 
Je dédie ce blog à Serge de Beketch dont la séparation est une plaie qui ne se refermera jamais tout à fait. 
Jacques Frantz