DES FLICS EN PRISON

DES FLICS EN PRISON

Je ne sais pas si vous avez entendu cette histoire survenue à Marseille voici quelques jours.

Rapidement voici les faits: Un afghan rentré probablement clandestinement sur notre sol, mais régularisé au nom du potentiel énorme que cette pépite pourrait nous apporter, est interpelé sur le Vieux Port à Marseille suite à des troubles de l’ordre public et à des infractions liées aux restrictions en vigueur dans le cadre des mesures prises pour luter contre le virus chinois. Lors de son interpellation, notre “chance pour la France” à l’immense potentiel artistique, littéraire et scientifique se serait rendu coupable entre autres, d’outrage et de rébellion en crachant notamment sur les agents de la Compagnie Républicaine de Sécurité. Continuer la lecture de DES FLICS EN PRISON

LE GRAND BOND EN AVANT

LE GRAND BOND EN AVANT

À l’heure où j’écris, les “confinés” sont toujours “confinés” et les cons finis sont toujours cons. Le gros problème avec ce virus est qu’on ne parle que de ça.

Quand j’étais gamin, je trouvais parfois le journal télévisé mortellement ennuyeux. Même si je me suis intéressé très tôt à la politique, même si j’ai très tôt compris que les socialistes étaient dangereux, je trouvais le journal télévisé fort indigeste. Ce qui m’a conduit à me poser la question de savoir que feraient les journalistes s’il ne se passait rien, et s’ils n’avaient rien à dire? Mon grand-père, qui m’a beaucoup écouté, m’expliquait qu’il était impossible qu’il ne se passe rien. Même si l’actualité est au repos, il y a toujours quelque chose à dire sur ce qui se passe dans le monde. Eh bien croyez-moi si vous voulez, en ce moment, il ne se passe pratiquement rien. C’est à croire que tout s’est arrêté. Tout tourne autour d’un seul sujet. Même si l’actualité est en permanence sous la loi de l’esquive, j’ai tendance pour ma part à trouver cela inquiétant.
C’est à croire que l’actualité n’a plus qu’un mot-clé.

Continuer la lecture de LE GRAND BOND EN AVANT

VIVE LES SCEPTIQUES

VIVE LES SCEPTIQUES

L’autre jour, en écoutant la radio d’état, vous savez celle dont les Dr Salomon et Smadja ont les clés, j’ai entendu un nouveau terme. Il paraît mes enfants que je suis “coronasceptique. Et dire que je ne le savais pas. Eh bien vous savez quoi, je me sens mieux. Finalement ça me va bien le coronascepticisme. Et tant pis si le correcteur orthographique que j’utilise pour dissimuler ne serait-ce qu’un peu mes nombreuses lacunes dans ce domaine fait la gueule. Il faudra qu’il s’y fasse, je suis ”coronasceptique“ et j’en suis fier. Pour tout vous dire, je crois en Dieu et c’est ma seule religion. Je ne suis pas coronareligieux. Peut-être même, suis-je ”coronanégatif". Sauf qu’à la différence de mes lecteurs, j’éprouve ce scepticisme depuis le début. Je n’ai que très peu varié dans l’opinion que je me suis formée dès le commencement. J’ai, pour me donner raison, un baromètre précis. Je compte parmi mes meilleurs ennemis un certain nombre de septuagénaires plus ou moins gauchistes, mais qui ont surtout en commun non seulement d’avoir profité de tout, (plein emploi rentes de situation en tous genres, retraites anticipées à taux plein, loisirs sans limites, soins de santé au top, bref la liste est longue), mais encore qui militent de façon acharnée en faveur de tout ce qui nous détruit. Immigration invasion, fiscalité à outrance, réformes de tous poils à conditions qu’elles ne les touchent pas, ou encore accroissement de la précarité. Eh bien croyez-moi si vous voulez, j’ai beau éplucher la nécrologie de mon canton, aucun n’est passé ad patres. Tous se portent au mieux, confinés qu’ils sont dans le jardin de leurs résidences secondaires. Alors oui je suis un peu sceptique. Continuer la lecture de VIVE LES SCEPTIQUES

CORONA VIRUS, ON EST BIEN OBLIGÉ D’EN PARLER.

CORONA VIRUS, ON EST BIEN OBLIGÉ D’EN PARLER.

Certains de mes lecteurs se sont peut-être dit, du moins je l’espère, que le confinement allait me laisser du temps pour écrire dans ce blog. En réalité, je n’ai pas tant de temps que cela. Malgré le confinement, les journées passent à la vitesse de l’éclair. Cependant, il me faut aborder un certain nombre d’éléments liés à la crise que nous traversons et surtout à sa gestion. J’aimerais tout d’abord relever les points positifs.
Continuer la lecture de CORONA VIRUS, ON EST BIEN OBLIGÉ D’EN PARLER.

LA RÉPUBLIQUE OU LA FRANCE

LA RÉPUBLIQUE OU LA FRANCE

Quand les choses sont dites mieux que je ne les aurais dites, quand il n’y a rien à ajouter ni à retrancher, on se tait et on écoute. Voilà pourquoi je reproduis in extenso l’article paru hier sur le site de “Renaissance catholique”. Une belle plume que celle de Jean-Pierre Maugendre. Bonne lecture. Continuer la lecture de LA RÉPUBLIQUE OU LA FRANCE

ET PENDANT CE TEMPS, VOUS SAVEZ CE QUE FAIT GRIVEAUX?

ET PENDANT CE TEMPS, VOUS SAVEZ CE QUE FAIT GRIVEAUX?

Une chose me fait plaisir. Freluquet a reçu cinq sur cinq le message de ses maîtres. Comme quoi quand on sait parler à Freluquet, Freluquet sait obéir.
Une chose toutefois me turlupine. Qu’est-ce que Freluquet a promis à Buzyn pour aller se prendre une branlée chez les rouges? C’est vrai quoi elle avait le cul bien callé dans son fauteuil ministériel et voilà qu’il faut qu’elle aille se geler les miches y compris dans le XVIIIE chez les gueux pour essuyer les quolibets et les railleries des mauvais esprits. Heureusement qu’il y a le réchauffement climatique.

Tout à l’heure France Info a diffusé le discours d’adieu du désormais ex-ministre. Je t’avoue lectrice que je n’ai écouté que les dernières syllabes car je m’y suis pris trop tard, et en plus ça ne m’intéresse pas. En revanche, quelqu’un lui a demandé ce qui l’avait fait changer d’avis. Et là, plus d’image, plus de son, “à vous les studios”.

Très franchement, je ne crois pas au sens du sacrifice chez un homme politique. En conséquence, je donnerais beaucoup pour savoir ce que Freluquet a mis comme lot de consolation dans le cas fort probable où la Buzyn devrait se contenter d’un strapontin au Conseil de Paris. Parce que les élections municipales ayant une dose de proportionnelle, l’opposition est assurée d’être représentée. Du coup, non comptant de perdre l’élection, les battus sont contraints de faire de la figuration dans les Conseils municipaux. Aussi je doute que Buzyn ait lâché l’os pour l’ombre. Et vu que la contre-partie va coûter bonbon au contribuable, on aimerait qu’un journaliste autre que Mediapart enquête sur la question. Ce ne devrait pas être trop difficile pour nos fins limiers du Monde ou de Libé.

Dès que vous avez la réponse, vous venez me le dire. Je suis impatient.

Jacques Frantz

ET PENDANT CE TEMPS, GRIVEAUX S’EN BRANLE

ET PENDANT CE TEMPS, GRIVEAUX S’EN BRANLE

Un très court article pour mes lectrices qui n’ont pas encore vu l’anatomie de Benjamin Griveaux, le désormais ex candidat du parti présidentiel à la mairie de Paris. Continuer la lecture de ET PENDANT CE TEMPS, GRIVEAUX S’EN BRANLE