Vive la Suisse et sa démocratie directe!

vous avez dit démocratie directe? Dimanche dernier les suisses ont voté à près de 68% en faveur d’une initiative visant à limiter les plus hauts salaires. Aussitôt, nous avons entendu la gauche française se féliciter et applaudir des deux mains. On a entendu des « Vive la Suisse » ou « vive les Suisses ». Tout d’un coup, la gauche qui nage dans le caviars, l’arrogance et les backrooms vient nous chanter le couplet mièvre du « Vive le peuple ». La même gauche socialiste qui prend ses ordres dans les arrière-salles de boîtes homos ou auprès des agences grassement subventionnées de l’antiracisme poussait des cris d’orfraie lorsque les Suisse avait voté contre les minarets. Ainsi la gauche française montre son vrai visage une fois de plus. En effet, la démocratie aurait des vertus lorsque les citoyens font les bons choix. Par contre, la démocratie directe devient dangereuse lorsque les citoyens font les mauvais choix. Je veux bien jouer le jeu de la démocratie directe à condition de gagner. Pas question de perdre. Que s’est-il passé en Suisse? Un illustre inconnu affilié à aucun parti ou mouvement politique a réuni des signatures et a fait voter par le Peuple un texte qui aura force de loi. Un peu comme si les 700 000 signatures mises à la poubelle par Delevoye aboutissaient obligatoirement à une mise aux voix de la loi Taubira. Le rêve non? Eh bien sachez que quand c’est à l’étranger et quand sa vote comme il faut, la gauche aux ordres des backrooms du marais est en faveur de la démocratie directe. En revanche,, Français, sachez-le, la démocratie directe, ce n’est pas bon pour vous. Vous pourriez en faire usage. vous pourriez envoyer la loi Taubira dans les poubelles d’où elle n’aurait jamais dû sortir. Pourtant la démocratie directe, même si elle n’est pas la panacée a pour avantage de constituer un contrepouvoir efficace aux politiques. L’idée que les Socialistes français ont reçu tous les leviers sans aucun contrepouvoir possible n’est-elle pas insupportable? A mon avis cette situation est malsaine quelle que soit la couleur ou les partis aux affaires. Il n’est pas bon qu’un parti, qu’une tendance ou qu’un groupe exerce le pouvoir sans partage. Ainsi, en Suisse il serait impossible à un gouvernement d’ignorer 1 million de personnes dans la rue et 700 000 signatures. Point de place dans ce pays pour une Taubira vociférant la bave de la haine et de l’arrogance aux lèvre que quoi que vous fassiez, et combien que vous soyez, la loi passera et qu’elle vous emm…. Alors oui, la démocratie directe c’est bien tout le temps. C’est bien y compris quand le résultat n’est pas celui que j’attendais. La démocratie directe rend le peuple plus intelligent et raisonnable. On ne le sait peut-être pas, mais c’est par votation populaire que les Suisses ont refusé d’abaisser le temps hebdomadaire de travail. C’et par votation populaire que les suisses ont accepté les autoroutes payantes. On peut le regretter, mais on est forcé de constater que la population réfléchit et agit à long terme. Si les Suisses peuvent le faire, pourquoi pas nous? Jacques Frantz. P.S. Dans sa chronique de ce matin, l’excellent Zemour s’est exprimé sur le même sujet.Sans prétention d’aller jusqu’à dire que les grands esprits se rencontrent je vous mets le lien vers son podcast. http://www.rtl.fr/podcast/la-chronique-d-eric-zemmour.xml

Entendu ce samedi matin sur la première radio de Suisse romande. Ce matin j’ai agrémenté ma grasse matinée d’une écoute distraite de la radio helvète. Pour ceux qui auraient la chance de ne pas la capter c’est une pâle imitation de la propagande d’Etat type France Inter ou info. Ainsi, j’ai appris que l’affreux, l’horrible Poutine aurait l’intention de modifier quelque peu la loi électorale dans son pays. Il aurait notamment l’intention d’élire la douma non plus à la proportionnelle intégrale, comme c’est le cas actuellement, mais avec un système mixte fait de scrutin majoritaire et de scrutin proportionnel. La correspondante à Moscou nous indique que cela favoriserait Russie Unie et pénaliserait les petits partis. Bigre! Déjà qu’on nous avait dit que Poutine manipulait les élection, ce qui n’est pas le cas en France comme le rappelle Nicolas Gauthier dans Boulevard Voltaire http://www.bvoltaire.fr/nicolasgauthier/russie-hollande-a-fini-de-faire-le-comique,13318 où les ténors de la vie politique que sont Copé ou Aubry voient peser sur eux des soupçons de fraude pour accéder à la présidence de leur propre parti. Il est profondément troublant que la première radio romande ne dénonce pas le fait qu’en France il n’y ait pas de proportionnelle du tout. La proportionnelle c’est bon pour l’opposition russe mais pas pour la France qui voit 20% de son corps électoral privé de toute représentativité. La radio suisse romande ne trouve rien à redire sur le fait qu’aujourd’hui en France une petite bande d’oligarques voyous foutent à la poubelle 700 000 pétitions parce qu’ils règnent et vont régner sans aucun contrepouvoir. Non les journalistes suisses se foutent pas mal de ce qui se passe chez le voisin imédiat. Alors chers Suisses et chers français, de grâce, balayez devant votre porte!

Dis-moi ce que tu penses et je déciderai qui tu es. "Je pense, donc je suis" disait le philosophe. En écho, les chiens de garde du système répondent, "tu penses donc tu es". Ainsi, pour développer l’article de Michel Janva ce matin, http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2013/03/laccusation-dhomophobie-une-arme-de-guerre-psychologique-.html je dirai que tu es qualifié en fonction de tes opinions. Le procédé est simple et, comme l’a dit Janva, redoutablement efficace. Pourtant je crois que grâce à l’Internet et aux moyens d’expression à notre disposition, nous allons pouvoir démonter ces systèmes et reprendre enfin notre liberté d’opinion. C’est bien de cela dont il s’agit. Parce qu’en plus de nous dire ce que nous sommes en fonction de ce que nous pensons, les chiens du système décrètent à l’aide d’un appareil judiciaire complaisant ce qui est une opinion ou qui n’en est pas. Revenons au sujet. Je pense que le mariage entre personnes du même sexe est contre nature, je suis donc homophobe. Je constate que les personnes de souche ethnique non européenne sont en nombre élevé dans les prisons ou sur les terrains de foot, et me voilà raciste. Je pense qu’un enfant ne peut se développer favorablement que dans une famille composée d’un chef de famille et de son épouse, je suis donc un sexiste. Du temps où existait un mur à Berlin pour empêcher toute une moitié de l’Europe de fuir le paradis sur terre, un simple questionnement sur le bon fonctionnement du socialisme d’Etat faisait de vous un anticommuniste primaire. J’ajoute par parenthèse que ce sont les mêmes qui aujourd’hui disent sans rire qu’ils ont toujours pensé que le communisme ne pouvait pas fonctionner. Si je dis que l’acte homosexuel me répugne et que je ne peux prendre un vrai plaisir que dans l’hétérosexualité dans le cadre strict de la fidélité conjugale, là, je suis un facho, ultra conservateur et partisan du retour à l’ordre moral. Donc si on résume: Je suis homophobe, raciste, sexiste, anticommuniste primaire, et facho. Eh bien maintenant que je le sais et que je l’assume, je vais pouvoir m’exprimer en toute liberté. Jacques Frantz.

Présentation.

Devant la mauvaise foi des médias de plus en  plus uniformisés, j’ai pris la décision de saisir l’un des uniques espaces de liberté qui s’offre encore à nous.  chaque jour je perçois le décalage  de plus en plus important entre la pensée unique  verrouillée par le pays légal et la véritable opinion publique qui s’exprime dans le pays réel. 

Français vivant à l’étranger, je reste attaché viscéralement à mes racines nationales que des arrières grand-parents ont choisi de venir planter dans ce beau pays de France qui n’a besoin que d’un peu de bon sens pour connaître une immense prospérité.  
J’ai pour Maître le Seigneur Jésus-Christ de qui j’ai reçu la promesse du salut par grâce. 
Cela ne fait pas de moi un être coincé ou pudibond, j’espère que vous aurez le loisir de vous en rendre compte. J’aime bien manger et bien boire, (il paraît que ça se voit), à l’occasion j’aime fumer un bon cigare ou, ne vous en déplaise, une bonne pipe. 
J’aime les choses simples, les soirs d’été, l’odeur de la terre mouillée après la pluie, les balades en forêts, la compagnie des gens, et surtout me resourcer auprès des Autres. 
Ne vous y trompez pas, il s’agit d’un espace militant car, comme le disait un homme politique du début du XXe siècle, « le désespoir est une sottise en politique ». 
Je dédie ce blog à Serge de Beketch dont la séparation est une plaie qui ne se refermera jamais tout à fait. 
Jacques Frantz