On veut l’Union des droites et vite!

Il était une fois, il y a très longtemps, je vous parle d’un temps que les moins de 80 ans ne peuvent pas connaître, la droite n’était pas une machine à perdre sous les injonctions de la gauche. En écoutant France inter ce midi, j’ai failli avoir la nausée. Celle dont je n’écrirai pas le nom tellement elle est une vomissure, faisait la morale à Christine Boutin sur l’air tellement entendu du « quand même, cela ne vous dérange pas de défiler aux côtés de gens si peu recommandables comme Gilbert Colard »? Je dois dire que Boutin ne s’est pas trop mal défendu en expliquant que si elle avait combattu toute sa vie le Front national, il n’était pas interdit, (du moins pas encore) et qu’à ce titre, il avait le droit de défiler. Reconnaissons à Christine boutin une certaine constance dans ses propos. ce sont les propos généralement de ceux qui se sentent proche du FN et de ses idées sans, pas calcul politique vouloir sauter le pas. Toujours est-il que nous avons vu un vrai débat politique avec une journaliste non pas chargée d’informer comme le stipule le contrat moral passé avec le contribuable, mais chargée de s’opposer à ceux qui ne partagent pas son idéologie mortifère. Pour en revenir à nos moutons, je pense que le temps est venu de faire cesser ces discussions inutiles en faisant une véritable union de la droite. En effet, les électeurs sont fatigués d’entendre les jérémiades de ceux qui tordent le nez lorsque se pointe un membre du FN dans un rayon d’un demi kilomètre, et ceux, gênés qui disent que ma foi ils pourraient s’en accommoder. La vérité est qu’il faut en finir au risque de voir la gauche au pouvoir contre une majorité de Français, avec cette valse hésitation qui va si bien à la machine à perdre. Que ceux de l’UMP et du FN qui sont suffisamment intelligents pour comprendre qu’il ne faut pas nécessairement avoir en tous points les mêmes idées pour gouverner sur un programme s’entendent et remportent une victoire certaine. C’est ce que fait la gauche depuis 60 ans sans que personne ne trouve à redire au sujet de la présence de ministres communistes se réclamant d’une idéologie aux quelques 80 millions de morts. Alors une bonne fois, entendez-vous! Ceux des deux côtés qui ne veulent pas de cette Union n’ont qu’à rester une bonne fois dans leur coin. On ne retient personne. J’ai envie de leur dire Dégagez! Jacques Frantz

Attentats de Boston, une bonne excuse pour réprimer chez nous!

Nous ne pouvons qu’être vivement émus et profondément solidaires de ce qui s’est passé à Boston hier. Nous sommes émus et solidaires chaque fois que des vies innocentes sont fauchées par la frange la plus abjecte de l’humanité. Bizarrement c’est toujours sur les plus faibles qu’ils frappent. Cependant, il ne faudrait pas que cet attentat vienne à point nommé pour permettre à notre gouvernement de donner un tour de vis supplémentaire en réprimant davantage encore les manifestations contre le mariage dénaturé voulu par le lobby des backrooms. Déjà, le pouvoir avait interdit les champs le 24 mars en partie à cause du plan Vigipirate. J’apprends que ce dernier vient d’être renforcé. Ce pouvoir qui manipule le terrorisme intellectuel aussi bien que d’autres les bombes pourrait en profiter pour siffler une bonne fois pour toute la fin de la récréation et d’étouffer ainsi toute velléité protestataire. Personnellement je ne vois plus qu’une solution. Je peux admettre que pour des raisons de sécurité on interdise tout rassemblement. En ce cas, je pense que la voie raisonnable serait de suspendre l’examen du projet de loi qui est loin d’être indispensable à l’intérêt général ce qui aurait pour effet de suspendre la protestation. Vous allez me dire que du coup on va voir se déverser les backrooms dans la rue! C’est vrai, mais ils seront beaucoup moins nombreux. Par conséquent plus faciles à canaliser CQFD. Jacques Frantz

Le gouvernement a bien fait.

Nous avons tous été choqués du coup de force du gouvernement et de ses élites malheureusement élues par certains d’entre vous! Choqués certes, mais sommes-nous étonnés? On nous dit que le mouvement contre le mariage entre personnes du même sexe se radicalise. En revanche, on ne nous dit pas que pour la première fois dans l’histoire de la Ve république un gouvernement est aussi arcbouté sur un texte. Imaginez si Villepin avait fait la même chose pour le CPE, ou Balladur en 94 pour le CIP. Que n’aurait-on entendu! Si le sujet n’était pas si grave, je rigolerai en entendant la gauche dire ou sous-entendre que la politique se fait au parlement et non dans la rue, ou encore que les CRS sont là pour faire respecter l’ordre et la démocratie. Je méprise les socialistes non parce qu’ils ont des idées différentes des miennes, mais parce qu’ils sont foncièrement malhonnêtes. La rue a raison quand ça les arrange. Au moindre incident dans une manif contre la dénaturation du mariage ils hurlent à la radicalisation, à la violence et (le grand mot est lâché) au Fascisme. Par contre, lorsqu’après leurs manifestations on constate des dégradations de biens publics ou privés, ce n’est jamais de leur faute. C’est toujours l’affaire de quelques sauvageons victimes de la société bourgeoise. Ces dégradations ils les condamnent bien sûr, (encore que pas toujours), mais en fin de compte elles ne sont que le résultat de l’exaspération d’un gouvernement qui n’a pas su entendre la rue. Vous n’en avez pas marre? Moi si. Cet exécutif et le législatif à ses ordres agissent comme la droite n’aurait jamais osé le faire. Le vote solennel au sénat s’est fait à mains levées avec un décompte approximatif. Bon de toute manière on sait que ce pouvoir ne sait pas compter. Pourtant, le pouvoir vient de se tirer une balle dans le pied, voire peut-être un peu plus haut. En effet, s’il avait retiré le projet de loi, ou tout au moins avait accepté de surseoir en organisant une vaste consultation, il aurait pu faire passer une Union civile qui est un mariage qui ne dit pas son nom et donc qui est tout aussi inacceptable. Car ce qui est inacceptable ce n’est pas le mot mariage, mais c’est la reconnaissance faites aux paires d’homosexuels de droits identiques aux couples mariés. J’irais même jusqu’à dire que c’est peut-être plus grave. Pour le coup, la droite ou prétendue telle est très divisée. Il aurait été plus difficile de rassembler autour d’un projet dont beaucoup n’auraient pas compris les enjeux. L’attitude jusqueboutiste de ce pouvoir constitue le combustible de la protestation et alimente l’exaspération qui permettra demain de justifier des actions disons plus musclées en tous cas moins bien élevées. Car voyez-vous le 5 mai je n’aurais pas envie de venir à Paris avec tout ce que ça coûte pour exhorter aimablement Monsieur le Président de la République à bien vouloir tenir compte de l’émotion suscitée par le malentendu à l’origine d’un projet mal compris par la frange la plus obtuse de sa population. Non! le 5 mai j’aurai envie de dire: « François, prends sous le bras tes clics et tes clacs et dégage pour disparaître une bonne fois dans les poubelles de l’histoire. Voyez qu’on sait manier toutes les formes de langage. Alors prenez garde à ne pas trop jouer avec nos nerfs. dégagez! Jacques Frantz

Il faut y aller!

La date est désormais officielle et nous sommes tous invités. LUOIF bien sûr, mais aussi tous ceux qui étaient là) le 24 mars dans le froid à battre le pavé parisien pour dire non à la dénaturation du mariage et pour dire non à ce président et à ce gouvernement de menteurs et de voleurs. J’ai été très critique ces derniers jours envers la manif pour tous et son chef de file. Pourtant, il faut qu’on soit dans la rue en masse. Il ne faut pas abandonner et Jacques Trémolet de Villers l’a très bien dit sur Radio courtoisie hier soir, ce matin en rediffusion et à la demande sur leur site. Il faut y aller en masse, malgré les humiliations. IL faut y aller en masse malgré les mensonges, il faut y aller en masse malgré le vote au sénat. Il faut y aller en masse parce que si la mobilisation faiblit, non seulement vous allez avoir la loi, mais en plus vous allez avoir le triomphalisme des LGBT dans tous les médias du système. Alors à moins de vous acheter une bergerie dans le maquis corse, vous ne pourrez pas y échapper. Vous serez humiliés matin midi et soir. Si vous n’y allez pas en masse le 26 mai, non seulement la loi sera votée, mais elle sera maintenue par le gouvernement d’alternance. Qu’on soit bien clairs: Si nous avions eu un gouvernement fort, il aurait entendu la rue et aurait raisonnablement temporisé, consulté et enfin sursis à ce projet de loi. C’est comme cela qu’ont procédé Mitterrand, Jupé ou Villepin. Là, nous avons un gouvernement faible qui s’enferme dans sa tour d’ivoire, qui ne veut rien entendre et qui ne connaît que le langage du rouleau compresseur et de la force brutale. Bref nous avons un gouvernement faible qui ne peut procéder que par autoritarisme. tout cela pour dire que le projet passera. Si la mobilisation faiblit, aucun gouvernement UMP ne rouvrira un débat dont l’issue sera de toute façon douloureuse, bien content que les socialistes se soient tapés le sale boulot. En revanche, si nous restons très mobilisés, le gouvernement comprendra bien ce que veut le corps électoral. En outre, il faut par notre mobilisation rendre impossible l’application de la loi. Il faut être présents partout et empêcher les mariages contre nature. Je comprends que c’est dur. Le 24 mars j’ai manifesté avec des personnes âgées courageuses et il est difficile de dire à ces gens de traverser à nouveau le pays pour un combat si difficile. Mais gagner des combats difficiles fait du bien. Comme beaucoup j’ai été choqué par la manière avec laquelle la manif pour tous est tombée dans le piège de la division en donnant des gages contre l’homophobie ou le fascisme. Cela dit le 26 mai ne sera pas le moment de régler les comptes. On règlera les comptes s’il y a lieu une fois la loi abrogée. Pour l’instant il faut faire masse. IL faut que ce gouvernement dégage. Jacques Frantz.

Pourquoi l’UMP veut un simple remaniement?

L’UMP serait-elle une opposition à minima? Je me pose la question de savoir pourquoi l’UMP milite pour un remaniement plutôt que pour une véritable dissolution. La réponse tient en une ligne. L’UMP n’est pas certaine du ras-de-marée que laisserait espérer l’impopularité du président aux ordres de Pierre Bergé et des backrooms. En fait, j’ai l’impression que l’UMP est une opposition bien timide et pour cause. L’UMP est en train de se diviser entre son aile gauche qui est déguisée en opposition de droite pour pêcher l’électeur naïf un peu comme l’a si bien fait Nicolas Sarkozy en 2007, et une aile droite composée à la fois d’opportunistes, mais aussi de gens courageux qui en ont assez de faire le grand écart entre les ordres de Paris et les réalités du terrain. En outre, ces gens-là en ont plus que par-dessus la tête de ce front ripoublicain qui consiste à mettre alternativement la peste ou le choléra au pouvoir. Nous sommes très impatients de voir émerger une vraie droite. Cette vraie droite elle devra être consciencieuse, honnête, solide face aux lobbies internationaux, être capable de taper du poing sur la table à Bruxelles, à Strasbourg, mais aussi à Genève et à New York. En bref, nous voulons une droite sans peur et sans reproches. Sans peur parce que nous en avons assez de nous plier au différentes injonctions contre l’homophobie, le racisme et le devoir de mémoire, qui sont là non pour protéger des hommes contre ces fléaux, mais pour restreindre la liberté d’expression voire pour justifier la censure. Il est clair que nous ne pouvons compter sur cette UMP dépassée pour conduire la reconquête. Il n’y a pas de projet et encore moins de leaders. La pitoyable guerre des chefs de novembre dernier nous en dit long sur la probité de ces gens-là. Très franchement vous y croyez vous à Copé incarnant l’opposition? Vous y croyez vous à Fillon restaurant les valeurs de la famille? Vous y croyez vous à un vrai projet pour inverser les flux de l’immigration? Vous y croyez vous à une UMP lutant efficacement contre la corruption quand on connaît les collusions de Bachelot avec les laboratoires pharmaceutiques? Pur l’instant Hollande a réussi à endiguer le grand déballage, ce qui explique pourquoi et surtout comment Cahuzac a été lâché. Car ce qu’on lui reproche c’est pas d’être un délinquant présumé, mais c’est de s’être fait prendre. Mais le jour où le déballage aura lieu l’UMP sera touchée aussi. Alors il restera qu’une solution, faire de la politique avec des gens probes décidés à faire une politique de droite d’inspiration chrétienne. Mélenchon a parlé d’un coup de balai, je lui laisse la responsabilité de ces propos, mais un peu de ménage ne ferait pas de mal. Dégagez Jacques Frantz

Que va devenir la Manif pour tous?

J’avoue que je suis un peu amer et parfois même découragé par les attitude de celle qui se fait appeler Frigide Barjot. En premier lieu, j’aimerais dire que si elle est frigide il faut qu’elle consulte un sexologue, et si elle est barjot il faut qu’elle consulte un psychiatre. Dans les deux cas il faut qu’elle consulte. comme beaucoup, jusqu’ici j’ai fait le poing dans la poche. En effet, pour créer du nombre, pour que le mouvement soit massif, pour envoyer un message clair à ce gouvernement autiste, j’ai accepté de manifester aux côtés de mouvements et de personnes qui, c’est le moins qu’on puisse dire, ne partagent pas mes points de vue politiques, philosophiques ou religieux. Comme je l’ai dit j’ai accepté de descendre dans la rue pour envoyer un seul message au gouvernement « retrait du projet de loi ». Aujourd’hui, j’ai vraiment l’impression de m’être fait flouer. Je me suis fait flouer quand on a traité de facho les gens qui se sont retrouvés sur les champs alors que je rappelle que c’était le projet de la Manif dont je commence sérieusement à me demander si elle est vraiment pour tous. Je me suis fait flouer lorsque tout l’éventail politique a pu s’exprimer à la tribune à l’exception des députés de droite nationale qui se sont vus refuser la parole. Je me suis fait flouer lorsque celle qui se dit frigide (ce qui ne regarde personne) est allé dire aux frères musulmans « vous êtes notre espérance ». Je me suis fait flouer car lorsque j’ai donné mon obole à plusieurs reprises, on ne m’a pas demandé si j’étais facho catho ou homophobe. Je me suis fait flouer lorsque la manif pour tous reprend textuellement le projet de l’UMP d’une union civile pour les personnes de même sexe. En effet, cette Union civile n’est rien d’autre qu’un mariage qui ne dit pas son nom. C’est le trou de souris dans lequel s’est glissé l’UMP pour à la fois s’opposer à la gauche tout en donnant aux homosexuels ce qu’ils veulent, à savoir les mêmes avantages qu’un couple marié. Cela s’appelle de l’escroquerie. Dommage que la manif pour tous s’en rende complice. Si elle le fait sciemment, c’est de l’escroquerie. Sachons nous en souvenir au moment de voter. Il faudra nous en souvenir au moment de dégager cette classe politique et corrompue. Jacques Frantz

Les Alsaciens disent non à l’Alsace pour tous

Avec le jeu des abstentions et le non massif du Haut-Rhin, les Alsaciens rejettent le référendum destiné à unifier les deux départements et à simplifier les institutions territoriales. Beaucoup à droite s’étonnent voire regrettent ce rejet. Pourtant, les sondages qui ne se trompent jamais avaient prédit un « oui » massif. En réalité, lorsqu’on regarde les enjeux on s’aperçoit qu’ils sont beaucoup plus compliqués qu’un simple oui ou non. En réalité il n’y avait pas de bonne solution dans cette consultation. Pour simplifier, en votant non, l’Alsace maintient un système non seulement obsolète, mais qu’aucun gouvernement n’a voulu réformer par simple clientélisme. Le premier coupable est François Mitterrand qui a raté une occasion d’une grande réforme territoriale lors de la création des conseils régionaux. En fait, pour des raisons électoraliste, la gauche se sachant menacée après un bilan catastrophique de cinq années au pouvoir, a voulu et même réussi à limiter les dégâts aux législatives de 1986. On s’est ainsi retrouvé avec ces conseils régionaux qui sont venus se superposer aux conseils généraux sans que ces derniers disparaissent. Donc, plus d’élus, plus de fonctionnaires et donc plus de clients obligés. Ainsi en Corse, nous avons trois institutions: les deux départements donc deux conseils généraux plus la région. Intéressant du reste de voir que les Alsaciens ont essayé de se réformer alors que les Corses se trouvent très bien dans cette configuration. Le problème est qu’un résultat positif aurait été extrêmement dangereux. Un oui aurait été dangereux pour l’intégrité territoriale même du pays. Il aurait fait progresser l’idée des euro-régions si chères à nos élites bruxelloises et parisiennes. Dans cette nouvelle configuration, l’Alsace aurait pu demain étendre son territoire au BadWürtemberg voisin. En outre, il y a un antagonisme historique entre les deux départements. Les habitants du Haut-Rhin reprochent le côté pro-allemand des strasbourgeois. C’est malheureusement une question très sensible. A ce propos, lisez ou relisez le premier conte du lundi de Daudet qui s’appelle la dernière classe et qui décrit à merveille la dernière classe en français après l’annexion de l’Alsace par les Allemands en 1871. Les Alsaciens sont très attachés à l’appartenance nationale, et nous aussi nous sommes attachés à une des régions les plus dynamiques du pays.Je crois qu’il est plus sage d’avoir choisi le status quo en attendant une réforme au niveau national. Elle passe soit par la suppression des conseils régionaux et reste aux départements qui sont un relais de la politique de Paris dans le cadre d’une remise au pas de Bruxelles, soit par un nouveau découpage national en entités plus petites que les régions actuelles, mais plus grandes que les départements et aussi plus respectueuses des considérations géographiques. Par exemple, créer une région Savoie indépendante de Rhone-Alpes ou une région Provence sans inclure Nice qui aurait sa propre région. Tout cela servant de relais avec Paris. C’est invivable pour Bruxelles, mais à un moment donné il faut faire des choix. Je doute que ce gouvernement soit capable d’une telle réforme. Du reste de quoi ce gouvernement est-il capable à part créer de la souffrance. Dégagez! Jacques Frantz