APRÈS L' »AMÉRIQUE S’ENRHUME » NOUS AVONS L' »AMÉRIQUE S’EMBRASE » (SUITE)

APRÈS L‘“AMÉRIQUE S’ENRHUME” NOUS AVONS L’“AMÉRIQUE S’EMBRASE” (SUITE)

Résumé du chapitre précédent.

La fusée de la campagne démocrate est en train de s’abîmer dans la mer de l’indifférence, et ce, malgré tous les efforts pour exploiter d’abord le virus et ensuite des émeutes raciales dont on a peine à croire qu’elles ne sont pas orchestrées.
Continuer la lecture de APRÈS L’ »AMÉRIQUE S’ENRHUME » NOUS AVONS L’ »AMÉRIQUE S’EMBRASE » (SUITE)

APRÈS L' »AMÉRIQUE S’ENRHUME » NOUS AVONS L' »AMÉRIQUE S’EMBRASE »

APRÈS L‘“AMÉRIQUE S’ENRHUME” NOUS AVONS L’“AMÉRIQUE S’EMBRASE”

Après nous en avoir servi des tartines sur l’Amérique qui s’enrhume avec un virus dont on sait maintenant qu’il ne nécessitait pas un arrêt presque complet de l’économie mondiale, les médias de l’oligarchie nous servent l’“Amérique s’embrase”. La cible, c’est toujours la même, c’est)à-dire Donald Trump. À peu près tout ce qui se passe est de la faute de Trump. Pandémies, tremblements de terre, cyclones, sécheresses, tempêtes de neige ou de grêle, c’est tout de sa faute. À croire que cet homme a des pouvoirs surnaturels.
Continuer la lecture de APRÈS L’ »AMÉRIQUE S’ENRHUME » NOUS AVONS L’ »AMÉRIQUE S’EMBRASE »

UNE NOMINATION POUR 59 MISSILES THOMAHAWK

UNE NOMINATION POUR 59 MISSILES THOMAHAWK

On ose à peine y croire! Moins de 24 heures après l’acte de guerre commis envers la Syrie, État souverain et allié de Moscou, le congrès avalise la nomination du conservateur Niel Goursuch à la cour suprême. Continuer la lecture de UNE NOMINATION POUR 59 MISSILES THOMAHAWK

TRUMP, LES LENDEMAINS QUI DÉCHANTENT DÉJÀ

TRUMP, LES LENDEMAINS QUI DÉCHANTENT DÉJÀ

Décidément, on ne peut jamais avoir confiance aux Américains.

Trump a donc frappé une base syrienne cette nui en réaction à une prétendue attaque aux armes chimiques prétendument de l’armée syrienne. Continuer la lecture de TRUMP, LES LENDEMAINS QUI DÉCHANTENT DÉJÀ

POUTINE, HOMME DE L’ANNÉE 2016

POUTINE, HOMME DE L’ANNÉE 2016

Sans aucun doute, le président de la fédération de Russie est l’homme de l’année 2016. Il survit aux sanctions, il est en train de résoudre le conflit syrien, et, qu’on le veuille ou non, il représente la seule opposition crédible à la “pax americana” et à la vision du monde américaine.
Continuer la lecture de POUTINE, HOMME DE L’ANNÉE 2016

IL ARRIVE QU’HILLARY jaune

IL ARRIVE QU’HILLARY JAUNE!

UNE FOIS DE PLUS, LES SONDAGES ONT VU JUSTE!

Même sur TV libertés on nous l’avait dit! “les jeux sont faits” À les entendre, il fallait un miracle et un exceptionnel concours de circonstances pour que Donald Trump l’emporte. Continuer la lecture de IL ARRIVE QU’HILLARY jaune

À l’heure où l’Amérique vote!

À L’HEURE OÙ L’AMÉRIQUE VOTE

À l’heure où j’écris ces lignes, l’Amérique vote et le monde retient son souffle. Continuer la lecture de À l’heure où l’Amérique vote!

UN PAYS DE L’OTAN ATTAQUE LA RUSSIE

UN PAYS DE L’OTAN ATTAQUE LA RUSSIE

Certains ne le savent peut-être pas, mais lorsqu’un État membre de l’OTAN est attaqué c’est toute l’alliance qui est attaquée et les autres membres de l’alliance doivent porter secours au membre attaqué. J’en déduis donc, que lorsqu’un pays de l’alliance attaque, c’est toute l’alliance qui attaque. Nous sommes d’accord. Continuer la lecture de UN PAYS DE L’OTAN ATTAQUE LA RUSSIE

L’UMP devient « Les Républicains » et franchement tout le monde s’en fout

Il va falloir désormais s’habituer à ne plus écrire UMP dans nos articles, mais républicains. Tout cela peut sembler dérisoire. Pourtant, la valeur symbolique est extrêmement élevée. Continuer la lecture de L’UMP devient « Les Républicains » et franchement tout le monde s’en fout

La diplomatie française ne se lasse pas d’être ridicule

En 1972, à la question de Jacques chancel qui voulait savoir s’il n’était pas ridicule, Salvador Dali répondit: “Je fais tout ce que je peux pour l’êt

<!–more–> re”. On a l’impression que c’est la même chose pour la diplomatie française.
Décidément, rien, absolument rien n’est récupérable chez François Hollande et son bilan est cent pour cent négatif.
Ainsi au moment où même l’administration américaine commence à se rendre à l’évidence sur le fait que rien ne pourra se régler en Syrie sans le concours du Président Bachar el Assad, le ministre des affaires étrangères de pépère, lui-même étranger aux affaires, persiste et signe. Bachar doit s’en aller.
Convenez avec moi qu’ils font peur Moumou et Fabius.
Bref, si on tente d’y voir un peu plus clair, on s’aperçoit bien vite que ce n’est pas si clair que ça. D’abord, il y a eu la visite des quatre députés français à Damas qui ont rencontré celui qui reste, n’en déplaise à Moumou et à Fabius, le seul chef légitime de l’État syrien. On ne m’enlèvera pas de l’idée que les députés n’ont pas fait un tel voyage sans la bénédiction en sous-main du ministère des affaires étrangères. La France joue en réalité un double-jeu. En campant sur ses positions elle feint la divergence avec les États-Unis. C’est fort pratique à un moment où tant de voix s’élèvent pour fustiger une politique étrangère française calquée sur les ordres de l’OTAN. En outre, cela lui permet de ne pas donner raison à la Russie. Parce que le vrai vainqueur il est là. C’est bien la diplomatie russe qui tire son épingle du jeu. En concourant au maintien du Président syrien elle en fait un interlocuteur incontournable pour régler la situation non seulement en Syrie, mais encore dans toute la région.
Pour l’Administration américaine, dont le président ne craint pas une non réélection, c’est l’occasion ou jamais de prendre certaines distances avec Israël. Tout le monde sait que Obama et Netanyahu ne s’apprécient guère.
Le fait que la France campe sur ses positions pourrait faire partie de la stratégie américaine. Comme chacun sait, Fabius, Valls et Moumou sont les marionnettes d’Obama. ainsi ce dernier met plusieurs fers au feu, ou si on préfère, il ne met pas tous ses oeufs dans le même panier. Ainsi, pour gagner du temps, (de l’or en diplomatie), il feint le désaccord avec certains de ses alliés européens pour ne pas accorder trop de choses à Bachar.
En tous cas, comme on l’a dit, le grand vainqueur de ce petit jeu qui a fait tout de même des dizaines de milliers de morts, c’est la Russie de Poutine et son ministre des affaires étrangères Lavrov. En exigeant de manière intransigeante le maintien de Bachar à la tête de la Syrie, il oblige à terme les occidentaux à accepter bachar à la table des négociations comme un partenaire incontournable. En outre, la Russie consolide sa position diplomatique et militaire dans la région et au-delà. Espérons que cela marquera le début de la fin du chaos.

Jacques Frantz