DES FLICS EN PRISON

DES FLICS EN PRISON

Je ne sais pas si vous avez entendu cette histoire survenue à Marseille voici quelques jours.

Rapidement voici les faits: Un afghan rentré probablement clandestinement sur notre sol, mais régularisé au nom du potentiel énorme que cette pépite pourrait nous apporter, est interpelé sur le Vieux Port à Marseille suite à des troubles de l’ordre public et à des infractions liées aux restrictions en vigueur dans le cadre des mesures prises pour luter contre le virus chinois. Lors de son interpellation, notre “chance pour la France” à l’immense potentiel artistique, littéraire et scientifique se serait rendu coupable entre autres, d’outrage et de rébellion en crachant notamment sur les agents de la Compagnie Républicaine de Sécurité. Continuer la lecture de DES FLICS EN PRISON

JEAN-CHARLES S’EN EST ALLÉ SANS RIEN DIRE

JEAN-CHARLES S’EN EST ALLÉ SANS RIEN DIRE

C’est Isabelle qui, fidèlement commente les articles de ce blog, qui m’a apporté la mauvaise nouvelle. Jean-Charles Aschero, grand homme de radio, animateur entre autre des “choses de la nuit” sur Inter, nous a quitté.

Bien sûr, sa disparition m’a fait mal. Ce qui m’a fait surtout mal, c’est que Jean-Charles est mort depuis deux ans. Jean-Charles est parti dans la plus grande indifférence. A-t-il été escamoté par la mort d’Higelin? Je ne sais. En tous cas, la caste des journalistes de la radio publique est décidément en-dessous de tout.
Continuer la lecture de JEAN-CHARLES S’EN EST ALLÉ SANS RIEN DIRE

LE GRAND BOND EN AVANT

LE GRAND BOND EN AVANT

À l’heure où j’écris, les “confinés” sont toujours “confinés” et les cons finis sont toujours cons. Le gros problème avec ce virus est qu’on ne parle que de ça.

Quand j’étais gamin, je trouvais parfois le journal télévisé mortellement ennuyeux. Même si je me suis intéressé très tôt à la politique, même si j’ai très tôt compris que les socialistes étaient dangereux, je trouvais le journal télévisé fort indigeste. Ce qui m’a conduit à me poser la question de savoir que feraient les journalistes s’il ne se passait rien, et s’ils n’avaient rien à dire? Mon grand-père, qui m’a beaucoup écouté, m’expliquait qu’il était impossible qu’il ne se passe rien. Même si l’actualité est au repos, il y a toujours quelque chose à dire sur ce qui se passe dans le monde. Eh bien croyez-moi si vous voulez, en ce moment, il ne se passe pratiquement rien. C’est à croire que tout s’est arrêté. Tout tourne autour d’un seul sujet. Même si l’actualité est en permanence sous la loi de l’esquive, j’ai tendance pour ma part à trouver cela inquiétant.
C’est à croire que l’actualité n’a plus qu’un mot-clé.

Continuer la lecture de LE GRAND BOND EN AVANT