Arnaud Beltrame: le témoignage d’un chanoine de l’abbaye de Lagrasse

Arnaud Beltrame: le témoignage d’un chanoine de l’abbaye de Lagrasse

Parce que non seulement il était un héros sacrifié au service de l’autre, mais aussi un frère en Jésus-Christ, j’ai décidé de publier in extenso le témoignage reçu du blog de Jeanne Smits. Moi-même non catholique, je suis en union de prière avec cet homme qui, comme je l’ai dit dans mon précédent article, a mis sa vie en bouclier pour sauver celle d’autrui. Parce que c’est tout simplement l’Évangile que cet homme a mis en pratique, que ce témoignage transcende les dénominations religieuses chrétiennes. Parce qu’enfin c’est l’Amour qui fait de l’Évangile une Vérité. Continuer la lecture de Arnaud Beltrame: le témoignage d’un chanoine de l’abbaye de Lagrasse

TREBES CE N’EST QU’UN DÉBUT

…# TREBES CE N’EST QU’UN DÉBUT

Surtout n’oubliez pas! Pas d’amalgames.

J’ai entendu un sociologue de ceux qui ne seront jamais capable de vivre d’un vrai travail et que le contribuable est sommé de nourrir, dire qu’il ne fallait pas parler d’Islam radical mais exclusivement de salafisme. En effet, prononcer le mot d’Islam pourrait stigmatiser les Musulmans. Continuer la lecture de TREBES CE N’EST QU’UN DÉBUT

SANS SURPRISE, VLADIMIR POUTINE EST ÉLU PRÉSIDENT DE LA FÉDÉRATION DE RUSSIE

SANS SURPRISE, VLADIMIR POUTINE EST ÉLU PRÉSIDENT DE LA FÉDÉRATION DE RUSSIE

Il faut les entendre les journalistes du camp du bien donner des leçons définitives au pouvoir russe. Continuer la lecture de SANS SURPRISE, VLADIMIR POUTINE EST ÉLU PRÉSIDENT DE LA FÉDÉRATION DE RUSSIE

DÉCIDÉMENT, MARINE EST À LA PEINE

DÉCIDÉMENT, MARINE EST À LA PEINE

On peut dire qu’elle est inspirée l’héritière. C’est vrai qu’elle nous faisait le coup du suspense depuis des mois. On allait voir ce que l’on allait voir. Elle nous promettait la révolution. Eh bien on a vu.

<–more–>

Franchement il y a des jours où je me dis qu’il vaut mieux rester couché. Ce jour de congrès du FN à Lille était, sans aucun doute, de cela. Triste comme un dimanche de fin d’hiver où ce n’est plus tout à fait l’hiver mais pas encore le printemps. Un de ces dimanches gris et blafard où rien ne vous fait envie. S’il y avait une chose qui ne faisait pas envie hier c’est le Front national version Marine. Pourtant elle nous avait promis le renouveau, à l’en croire, ça allait être la révolution. Pensez, le Front National allait changer de nom. Changement grâce auquel les partis du système allaient comme par magie lui faire une place au chaud autour de la gamelle. On se pince pour y croire. Mais quand j’ai entendu le nom, j’ai été frappé de surprise. Parce que là, franchement, c’est l’imagination au pouvoir. Alors pour ceux qui ne le sauraient pas encore, le “Rassemblement National” était présent sur les affiches du Front National lors de la campagne de 1986, qui devait porter à l’Assemblée Nationale 35 députés et plus d’une centaine de conseillers dans les assemblées régionales. ET c’est avec ça qu’elle compte rassembler? On rigole!

Pourtant ce nouveau nom qui comme on l’a vu, sort des armoires pleines de naphtaline, est lourd de signification. Il sent le théâtre d’ombres. Il exprime le “on aimerait, mais on ne peut déjà plus”. Il sent une fin de règne qui n’a pas vraiment commencé. Il sent surtout la trahison. En trahissant ce que nous sommes, Marine manque deux objectifs. Elle ne satisfait personne, et elle contribue à l’affaiblissement de nos défenses immunitaires déjà dans un état critique. Ce changement de nom est une sorte de demi-mesure de nature à ne satisfaire que les membres du fan club. Tout ça au nom de quoi? On ne sait pas très bien. Le rassemblement? De qui? Je l’ai dit, en 1986, la stratégie avait déjà échoué. Pourtant, Jean-Marie Le Pen avait fait de son mieux, jusqu’à appeler à voter Chirac au deuxième tour de l’élection présidentielle de 1988, limitant ainsi l’ampleur de la défaite de ce dernier. Sauf que la dédiabolisation dont même mon ordinateur ne parvient pas à trouver la signification, elle ne peut pas marcher car comme je l’ai déjà écrit dans ces pages, la dédiabolisation ne dépend pas de nous. Elle dépend des autres. La dédiabolisation ne dépend que de ceux qui diabolisent, et ceux-là ne s’arrêteront pas. Dès hier soir l’ensemble de la classe politique se répandait en paroles de haine contre la prétendue “extrême droite”.

Non, décidément, ce nouvel ancien nom pue à plein nez le calcul politicien. On ne remerciera jamais assez Jean-Marie Le Pen d’avoir imposé sa fille dont on a pu apprécier l’étendue de l’incompétence au soir du débat qui constituait pourtant une tribune historique pour nos idées. Ce jour-là, Marine Le Pen faisait sortir le Front National de l’Histoire. Le changement de nom ne fait qu’entériner cette sortie ou plutôt ce passage à la trape.

Jacques Frantz