EST-CE QUE CELA POUVAIT ÊTRE ÉVITÉ

EST-CE QUE CELA POUVAIT ÊTRE ÉVITÉ

Lectrice, je sais que tu m’en veux de mon silence. Je sais que tu me reproches les obligations et autres activités qui m’ont tenu loin de ce blog. À vrai dire, je dois confesser que tenir un blog militant est parfois lourd. Cela prend du temps et, écrasé par la chaleur et le poids de l’actualité, on a besoin de prendre un certain recul sur les choses. Voilà pourquoi j’ai souhaité prendre un peu de distance. Cela dit, le dictateur Valls m’a vite rappelé à mes obligations. C’était en début de semaine, à l’Assemblée Nationale, lorsque l’immonde catalan a décrété avec force vocifération qu’il était indécent de prétendre que l’attentat de Nice pouvait être évité. Continuer la lecture de EST-CE QUE CELA POUVAIT ÊTRE ÉVITÉ

CENSURE OU PAS CENSURE? (SUITE DU PSYCHODRAME)

CENSURE OU PAS CENSURE? (SUITE DU PSYCHODRAME)

J’ai bien peur cher lecteur que ce soit non seulement la suite, mais aussi la fin du psychodrame. Et oui, je l’avais prédit. La motion de censure a bien été rejetée par l’Assemblée dite nationale. Continuer la lecture de CENSURE OU PAS CENSURE? (SUITE DU PSYCHODRAME)

CENSURE OU PAS CENSURE?

CENSURE OU PAS CENSURE?

Conviens avec moi lecteur qu’il y a des jours où la politique donne un bien triste spectacle. Je sais ce que tu vas répondre. Je t’entends déjà me dire que c’est ce que tu constates tous les jours. Pourtant je persiste à dire que certains jours le spectacle est encore plus affligeant. Continuer la lecture de CENSURE OU PAS CENSURE?

PRIMAIRES DOUBLE PIÈGE À CONS

PRIMAIRES DOUBLE PIÈGE À CONS

Dans mon jeune temps, on avait coutume de dire, “élections piège à cons”. Même si cette affirmation lapidaire (comme tous les slogans) me scandalisait un peu, je dois reconnaître une part de sagesse dans ce slogan. alors pour ajouter de la connerie à la connerie, on a créé les primaires. Continuer la lecture de PRIMAIRES DOUBLE PIÈGE À CONS

Valls va donc utiliser l’article 49/3

Valls va donc utiliser ce jour le 49/3 sans même entendre un semblant de début de débat à l’Assemblée Nationale.

Décidément ce type ne connaît que le langage de la force. À croire que le franquisme c’est génétique. Comme je crois l’avoir déjà dit, Franco au moins avait une vision pour son pays. Valls lui a une vision pour lui-même. Vous me direz d’accord, ce pays n’est pas son pays. Je sais que c’est un crime de le dire, mais ce blog ne déteste pas les crimes de lèse majesté surtout lorsqu’il s’agit de petit potentats socialistes.

La dictature, Valls l’a dans les gènes. Il ne conçoit pas le gouvernement autrement. A lors il veut bien de la démocratie à condition que rien ne gêne l’exécution du plan pour lequel il a été mis en place et à qui il doit sa carrière.

Tout cela bien entendu est d’assez mauvaise augure pour la suite. Parce que si Valls et le Président n’acceptent pas le débat au point de l’étouffer, s’ils n’acceptent pas un contrepoids démocratique, comment ne pas être inquiets demain si le résultat d’une élection leur déplaît.

Je rassure les partisans d’Alain Juppé, il n’est pas concerné au-delà de sa propre personne. Je m’explique: Si (ce qu’à Dieu ne plaise) Alain Juppé était élu demain Président de la république, le candidat socialiste serait déçu par la défaite personnelle, mais pas au-d’là. Tout le monde sait que le plan mondialiste s’appliquera aussi bien avec Juppé qu’avec Valls, Hollande, Montebourg ou un autre. En revanche, s’il existait le moindre risque que ce plan ne s’applique pas, Valls, qui n’est au fond qu’une barbouze du système (un exécuteur des basses oeuvres si l’on préfère)n’hésiterait pas à annuler le processus électoral.

vous allez me poser la question qui tue, à savoir: Valls annulerait-il l’élection en cas de victoire du Front National. La réponse est simple: il n’ay aura pas de victoire du Front National. C’est tout simplement mathématiquement impossible. Aucun parti en France ne peut recueillir 50% plus une voix. C’est tout simplement irréalisable dans le contexte actuel. Vous allez me demander, et si le contexte change? Comme aurait dit Pompidou, je ne suis pas Madame Soleil. Ce que je constate en tous cas, c’est une capacité de résilience du système qui dépasse ce que je pouvais imaginer. Le pays est en situation préinsurrectionnelle. La menace d’attentat est partout, depuis des jours certaines villes de France sont en proie à une véritable guerrilla urbaine, mais le système dure et perdure. Malgré l’immense choc du 7 janvier dernier, l’opinion n’a pas pris conscience de l’immense danger de l’Islam en France. Il reste des gens qui considère que l’Islam ne comporte aucun élément intrinsèquement dangereux. Mieux, ce qui aurait dû apparaître comme la preuve irréfutable de l’échec de la politique immigrationniste des gouvernements successifs depuis plus de 40 ans a réussi à fédérer autour du système un courant de solidarité qui a même fait monter Moumou dans les sondages. Vous conviendrez qu’il y a de quoi se poser des question.

Pour nous résumer, le Front National n’a aucune chance de gagner l’élection. Dans sa version 2.0, (la version actuelle) le Front National ne fait peur à personne. Cependant, il demeure infréquentable. Dans sa version 2.1, (la version post Jean-Marie Le Pen), les digues du Front dit républicain vont céder. Le FN version Phillipot et ses guestapettes deviendra compatible. À ce moment-là, il ne représentera plus aucun danger. Il n’y aura plus besoin de l’interdire ou de lui barrer la route par tous les moyens, y compris des moyens illicites. Pauvre pays.

Jacques Frantz

Réforme du collège, Valls passe à nouveau en force!

N’étant pas spécialiste des sujets d’éducation, je ne me risquerait pas à écrire sur le fond. Cependant j’observe que cette réforme des collèges fait couler beaucoup d’encre et qu’il ne faut pas être grand clerc pour deviner que l’objectif est de s’attaquer aux racines culturelles de la France. Je suis avec beaucoup d’attention les débats sur la question. Continuer la lecture de Réforme du collège, Valls passe à nouveau en force!

Ce que nous disent les sondages!

Ce que nous disent les sondages.
Franchement il y en a marre des sondages. C’est le meilleur outil de manipulation de la démocratie et c’est devenu, malheureusement l’antichambre de la dictature.
Les enquêtes d’opinions sont suspectes à plus d’un titre:
Je ne vois pas l’intérêt de savoir à l’avance qui va gagner ou perdre une élection. Après tout, pourquoi ne pas attendre patiemment le résultat? Si certains sont si impatients de connaître le résultat, c’est que peut-être ils aimeraient influer sur ce dernier. Ainsi, on a fait plusieurs tentatives:
Le seul enjeu d’une élection en France aujourd’hui, et c’est fort regrettable, c’est le score du Front National. Cela prouve s’il en était besoin que l’UMP et le PS ont bien l’intention de faire la même politique. Vous me direz ce n’est pas nouveau. Donc, dans un pays où l’alternance est vécue comme un danger, on nous abreuve de sondages nous annonçant qui est le favori de quoi, ce dont, franchement on se fiche un peu. En revanche, les sondages sont bien un instrument de propagande. Sinon les journalistes n’en commanderaient pas.
Ainsi, le FN, seule peur des tenants du système en place, a toujours fait l’objet de sondages faux. L’erreur la plus grossière fut sans nul doute celle de la présidentielle de 2002. Aucun institut grassement payé par nos impôts n’avait prévu la qualification de Jean-Marie le Pen au deuxième tour. Pourtant je sais de source sûre que les renseignements généraux avaient avisé du “danger”. Alors on a vu les SOFRES IPSOS et autres venir nous expliquer la gueule enfarinée qu’ils ne s’étaient pas trompés non pas du tout mais alors pas du tout!
La réalité, c’est qu’en diminuant d’au moins 4 points le score probable du candidat du FN, ils avaient voulu créer un effet de propagande en décourageant une partie de l’électorat. Effectivement le pari n’était pas stupide. Des électeurs lassés de finir troisièmes auraient pu être tentés de rester chez eux et de bouder les urnes.
La technique a changé. On tente aujourd’hui de faire peur. En plus, ça permet à Valls de faire campagne sur un non sujet. Ben oui, c’est plus facile de parler du FN que de parler des problèmes qu’on est incapable de résoudre. Le pis est que cette technique pourrait bien marcher. Le vivier des abstentionnistes est tel que quelques centaines de milliers de gogos que Valls aurait pu apeurer avec le spectre du retour de la bête immonde pourraient faire en sorte que le FN ne vire pas en tête du scrutin du 22 mars. En fait, je crois pouvoir le dire, il ne virera pas en tête. Alors après nous avoir annoncé à grand renfort de propagande qu’il virerait en têt, vous allez voir sur vos télévisions dimanche soir les cadors du PS vous dire que certes ils ont perdu
, mais que fort heureusement pour la démocratie et les valeurs républicaines, l’ampleur du score de l’extrême droite n’est pas aussi importante qu’on pouvait le craindre. Ouf! On est sauvés.
Par conséquent, les sondages ne servent à rien si ce n’est à influencer le résultat. Je pense que dans ce contexte il faudrait les interdire.
En tous cas, pour dimanche, le signal fort à envoyer à ce gouvernement qui nous fait tant de mal est clair. Voter contre le système. Voter UMP c’est voter pour le système en place. Or un seul mot d’ordre tient:
Hollande dégage.
Jacques Frantz