Pourquoi l’UMP veut un simple remaniement?

L’UMP serait-elle une opposition à minima? Je me pose la question de savoir pourquoi l’UMP milite pour un remaniement plutôt que pour une véritable dissolution. La réponse tient en une ligne. L’UMP n’est pas certaine du ras-de-marée que laisserait espérer l’impopularité du président aux ordres de Pierre Bergé et des backrooms. En fait, j’ai l’impression que l’UMP est une opposition bien timide et pour cause. L’UMP est en train de se diviser entre son aile gauche qui est déguisée en opposition de droite pour pêcher l’électeur naïf un peu comme l’a si bien fait Nicolas Sarkozy en 2007, et une aile droite composée à la fois d’opportunistes, mais aussi de gens courageux qui en ont assez de faire le grand écart entre les ordres de Paris et les réalités du terrain. En outre, ces gens-là en ont plus que par-dessus la tête de ce front ripoublicain qui consiste à mettre alternativement la peste ou le choléra au pouvoir. Nous sommes très impatients de voir émerger une vraie droite. Cette vraie droite elle devra être consciencieuse, honnête, solide face aux lobbies internationaux, être capable de taper du poing sur la table à Bruxelles, à Strasbourg, mais aussi à Genève et à New York. En bref, nous voulons une droite sans peur et sans reproches. Sans peur parce que nous en avons assez de nous plier au différentes injonctions contre l’homophobie, le racisme et le devoir de mémoire, qui sont là non pour protéger des hommes contre ces fléaux, mais pour restreindre la liberté d’expression voire pour justifier la censure. Il est clair que nous ne pouvons compter sur cette UMP dépassée pour conduire la reconquête. Il n’y a pas de projet et encore moins de leaders. La pitoyable guerre des chefs de novembre dernier nous en dit long sur la probité de ces gens-là. Très franchement vous y croyez vous à Copé incarnant l’opposition? Vous y croyez vous à Fillon restaurant les valeurs de la famille? Vous y croyez vous à un vrai projet pour inverser les flux de l’immigration? Vous y croyez vous à une UMP lutant efficacement contre la corruption quand on connaît les collusions de Bachelot avec les laboratoires pharmaceutiques? Pur l’instant Hollande a réussi à endiguer le grand déballage, ce qui explique pourquoi et surtout comment Cahuzac a été lâché. Car ce qu’on lui reproche c’est pas d’être un délinquant présumé, mais c’est de s’être fait prendre. Mais le jour où le déballage aura lieu l’UMP sera touchée aussi. Alors il restera qu’une solution, faire de la politique avec des gens probes décidés à faire une politique de droite d’inspiration chrétienne. Mélenchon a parlé d’un coup de balai, je lui laisse la responsabilité de ces propos, mais un peu de ménage ne ferait pas de mal. Dégagez Jacques Frantz

Que va devenir la Manif pour tous?

J’avoue que je suis un peu amer et parfois même découragé par les attitude de celle qui se fait appeler Frigide Barjot. En premier lieu, j’aimerais dire que si elle est frigide il faut qu’elle consulte un sexologue, et si elle est barjot il faut qu’elle consulte un psychiatre. Dans les deux cas il faut qu’elle consulte. comme beaucoup, jusqu’ici j’ai fait le poing dans la poche. En effet, pour créer du nombre, pour que le mouvement soit massif, pour envoyer un message clair à ce gouvernement autiste, j’ai accepté de manifester aux côtés de mouvements et de personnes qui, c’est le moins qu’on puisse dire, ne partagent pas mes points de vue politiques, philosophiques ou religieux. Comme je l’ai dit j’ai accepté de descendre dans la rue pour envoyer un seul message au gouvernement « retrait du projet de loi ». Aujourd’hui, j’ai vraiment l’impression de m’être fait flouer. Je me suis fait flouer quand on a traité de facho les gens qui se sont retrouvés sur les champs alors que je rappelle que c’était le projet de la Manif dont je commence sérieusement à me demander si elle est vraiment pour tous. Je me suis fait flouer lorsque tout l’éventail politique a pu s’exprimer à la tribune à l’exception des députés de droite nationale qui se sont vus refuser la parole. Je me suis fait flouer lorsque celle qui se dit frigide (ce qui ne regarde personne) est allé dire aux frères musulmans « vous êtes notre espérance ». Je me suis fait flouer car lorsque j’ai donné mon obole à plusieurs reprises, on ne m’a pas demandé si j’étais facho catho ou homophobe. Je me suis fait flouer lorsque la manif pour tous reprend textuellement le projet de l’UMP d’une union civile pour les personnes de même sexe. En effet, cette Union civile n’est rien d’autre qu’un mariage qui ne dit pas son nom. C’est le trou de souris dans lequel s’est glissé l’UMP pour à la fois s’opposer à la gauche tout en donnant aux homosexuels ce qu’ils veulent, à savoir les mêmes avantages qu’un couple marié. Cela s’appelle de l’escroquerie. Dommage que la manif pour tous s’en rende complice. Si elle le fait sciemment, c’est de l’escroquerie. Sachons nous en souvenir au moment de voter. Il faudra nous en souvenir au moment de dégager cette classe politique et corrompue. Jacques Frantz

Les Alsaciens disent non à l’Alsace pour tous

Avec le jeu des abstentions et le non massif du Haut-Rhin, les Alsaciens rejettent le référendum destiné à unifier les deux départements et à simplifier les institutions territoriales. Beaucoup à droite s’étonnent voire regrettent ce rejet. Pourtant, les sondages qui ne se trompent jamais avaient prédit un « oui » massif. En réalité, lorsqu’on regarde les enjeux on s’aperçoit qu’ils sont beaucoup plus compliqués qu’un simple oui ou non. En réalité il n’y avait pas de bonne solution dans cette consultation. Pour simplifier, en votant non, l’Alsace maintient un système non seulement obsolète, mais qu’aucun gouvernement n’a voulu réformer par simple clientélisme. Le premier coupable est François Mitterrand qui a raté une occasion d’une grande réforme territoriale lors de la création des conseils régionaux. En fait, pour des raisons électoraliste, la gauche se sachant menacée après un bilan catastrophique de cinq années au pouvoir, a voulu et même réussi à limiter les dégâts aux législatives de 1986. On s’est ainsi retrouvé avec ces conseils régionaux qui sont venus se superposer aux conseils généraux sans que ces derniers disparaissent. Donc, plus d’élus, plus de fonctionnaires et donc plus de clients obligés. Ainsi en Corse, nous avons trois institutions: les deux départements donc deux conseils généraux plus la région. Intéressant du reste de voir que les Alsaciens ont essayé de se réformer alors que les Corses se trouvent très bien dans cette configuration. Le problème est qu’un résultat positif aurait été extrêmement dangereux. Un oui aurait été dangereux pour l’intégrité territoriale même du pays. Il aurait fait progresser l’idée des euro-régions si chères à nos élites bruxelloises et parisiennes. Dans cette nouvelle configuration, l’Alsace aurait pu demain étendre son territoire au BadWürtemberg voisin. En outre, il y a un antagonisme historique entre les deux départements. Les habitants du Haut-Rhin reprochent le côté pro-allemand des strasbourgeois. C’est malheureusement une question très sensible. A ce propos, lisez ou relisez le premier conte du lundi de Daudet qui s’appelle la dernière classe et qui décrit à merveille la dernière classe en français après l’annexion de l’Alsace par les Allemands en 1871. Les Alsaciens sont très attachés à l’appartenance nationale, et nous aussi nous sommes attachés à une des régions les plus dynamiques du pays.Je crois qu’il est plus sage d’avoir choisi le status quo en attendant une réforme au niveau national. Elle passe soit par la suppression des conseils régionaux et reste aux départements qui sont un relais de la politique de Paris dans le cadre d’une remise au pas de Bruxelles, soit par un nouveau découpage national en entités plus petites que les régions actuelles, mais plus grandes que les départements et aussi plus respectueuses des considérations géographiques. Par exemple, créer une région Savoie indépendante de Rhone-Alpes ou une région Provence sans inclure Nice qui aurait sa propre région. Tout cela servant de relais avec Paris. C’est invivable pour Bruxelles, mais à un moment donné il faut faire des choix. Je doute que ce gouvernement soit capable d’une telle réforme. Du reste de quoi ce gouvernement est-il capable à part créer de la souffrance. Dégagez! Jacques Frantz

Mais que fait la police?

Nous avons tous été choqués par ce qu’il faut bien appeler des exactions lors de la manif pour tous. Il est vrai que la police a une attitude de plus en plus difficile à comprendre et surtout à défendre. pourtant, c’est dans nos milieux que la police trouve des défenseurs chaque fois qu’elle est humiliée par le pouvoir qu’elle sert. J’avoue, et je ne suis pas le seul, mal comprendre ce qui justifie le zèle d’une police qui, par son attitude, devient de fait une police politique. En effet, il est désormais clair que la police ne défend plus l’ordre, mais un système. Au cours des dix dernières années, combien de fois n’a-t-on pas vu des voyous se livrer à des déprédations et du vandalisme sous les yeux de la police CRS ou autres, sans qu’elle intervienne. En privé, des agents vous avouent sans rire qu’ils ont l’ordre de ne plus verbaliser dans les banlieues pour défaut de port de casque, par exemple, pour ne pas risquer des incidents. Parallèlement, je connais l’histoire de quelqu’un qui a perdu son permis de conduire en perdant les derniers points à cause d’un casque oublié pour aller faire une course de quelques centaines de mètres. On ne va pas pleurer car cette personne vote socialiste, mais c’est tout de même choquant. Alors les gardiens du système vous diront que les ordres sont les ordres. Cela dit gazer des familles avec des enfants en bas âge reste quand même choquant, surtout que si ça devait mal tourner, devant un tribunal, le « j’ai obéi aux ordres ne tient pas ». Tous ceux qui sont jugés dans des tribunaux internationaux en savent quelque chose. Cela dit je ne suis pas en train d’écrire que nos CRS se sont rendus coupables de crimes contre l’humanité. En attendant, je me pose la question de savoir jusqu’où ira le zèle à protéger un système qui n’hésite pas à les lâcher à la première occasion. Je trouve un peu facile d’aller pleurer quand on se fait lâcher au moindre incident par un pouvoir politique corrompu jusqu’à la moelle des os, et en même temps de harceler les braves gens sur la route pour remplir le tiroir-caisse de ce même système qui les méprise et les humilie. Un jour ou ma femme et moi nous faisions interpeler de façon assez discourtoise par deux agents, je n’ai pas pu m’empêcher de leur conseiller d’aller rouler des mécaniques de la même manière dans les banlieues. Cher lecteur, j’éclairerai ta lanterne en te disant que selon moi, si la police met tant de zèle à obéir aux ordres y compris les plus ignobles, c’est que les ordres se donnent depuis les loges en tenues si j’ose dire. Messieurs les policiers et gendarmes, Viendra le temps où vous allez devoir compter sur nous. Ceux à qui vous obéissez aveuglément aujourd’hui n’hésiteront pas à vous traîner dans la fange le jour où ils n’auront pas besoin de vous. Faites en sorte que de mauvais souvenirs ne nous obligent à vous laisser vous débrouiller. Jaques Frantz.

Sui-je Homophobe?

Suis-je Homophobe? Depuis quelques années, le pouvoir français a créé un nouveau délit d’homophobie. Naïf, je ne savais pas qu’une phobie pouvait être un délit. Pour moi la phobie relevait de la crainte irrationnelle, de la pathologie psychiatrique ou psychologique, bref d’une forme de folie. Toujours naïf, je croyais que on était irresponsable de ses phobies et donc non passible de poursuites. Le pouvoir en a décidé autrement. Désormais la phobie est un délit. En réalité il fallait faire de ceux qui s’exprimaient librement contre la pratique homosexuelle des délinquants. Le bon citoyen que je suis est contraint de se poser la question de savoir « suis-je un délinquant »? Probablement, conformément à la dialectique marxiste, même si je ne le sait pas, je suis coupable. Dans l’URSS de Staline, tout homme était un coupable qui s’ignorait. Pour faire court et clair, je place au-dessus de tout la dignité humaine. Tout homme est digne d’être aimé, quelle que soit son origine, sa race, ses actions sa religion et même ses pratiques sexuelles. toutefois, (et j’en profite tant que j’en ai le droit), je dis que la pratique homosexuelle n’a pas mes faveurs. J’ajoute que non content d’être défavorable, je considère que l’homosexualité est contraire à la dignité humaine. Le vrai délit, c’est l’homophobie qu’on nous impose jour après jour. Le vrai délit c’est la propagande homophile dès l’enfance pour faire des adeptes à la secte homo, pour que nos enfants se fassent dévorer par des loups-gourous comme Pierre Bergé. Voilà pourquoi j’ai décidé de répondre coup pour coup avec insulte pour insulte sur mon compte twitter et ailleurs. Je peux comprendre que ce soit lourd pour mes abonnés que je prie de m’excuser. En conclusion, je considère devoir à l’homosexuel le même amour que je dois à mon prochain, tout en refusant sans faiblesse de cautionner une pratique que je trouve immonde, et tant pis si ça me vaut la correctionnelle. Jacques Frantz

Et si le retour à l’ordre moral était la solution?

On nous serine souvent en nous faisant culpabiliser qu’on serait pour le retour de l’ordre moral. Le pire c’est que ça marche. La machine à culpabiliser tourne à fond. Non c’est vrai quoi. On est bien un peu racistes, un peu sexistes, un peu homophobes, et pour tout dire un peu fachos. Mais surtout on serait partisans du retour à l’ordre moral. Et ça c’est un crime?

Pour la gauche des backrooms version Cahuzac, Duflot, Valls le gazeur et Hollande, assurément. C’est que des choses les gênent dans l’ordre moral. Je pense ici en particulier à l’ordre moral reposant sur le décalogue. Lisez ou relisez le décalogue et vous vous rendrez compte que si tous les commandements sont respectés, le paradis c’est maintenant. Je m’égare un peu. J’avoue que j’ai rit jaune en voyant Filoche verser des larmes de crocodiles en réaction à la démission du presque millionnaire Cahuzac pris la main dans le sac qui plus est par quelqu’un de son bord.

Pourquoi les gens qui ont  ringardisé la morale chrétienne s’étonnent et viennent sans pudeur la larme au groin nous dire que bon, c’est arrivé une fois à un individu que la main sur le coeur « moi président de la république »… Sauf que dans un système immoral érigé en dogme où Guigou vient dire qu’elle a menti au moment du PACS parce « qu’il le fallait bien » pour faire avancer ce projet mortifère qu’est le mariage des invertis, on ne peut pas reprocher à Cahuzac la main dans le sac de mentir en disant ce n’est pas moi c’est ma main. Après tout il retient les leçons apprises au parti socialiste et dans les loges. Parce qu’il n’y a pas de bons mensonges et de mauvais mensonges. Il y a le Mensonge un point c’est tout. Or le père du mensonge on le connaît on sait son nom. Mentir ce ne peut être une fois bien et une fois pas bien. aujourd’hui les courageux socialistes, Hollande en tête lâchent la brebis galeuse en nous faisant croire qu’en aucun cas il y aurait responsabilité collective.

Pourtant, la responsabilité est bel et bien collective. En érigeant le mensonge en système, en n’écoutant pas un peuple blessé qui voit sa cohésion sociale millénaire se détruire sous les coups de boutoirs d’un PS et d’une UMP avides de fric se partageant la gamelle en alternance,tous autant qu’ils sont portent la responsabilité de ce qui se passe. cahuzac n’a pas eu tort de planquer les sous reçus des labos pour services rendus entant que ministre, il a juste eu tort de se faire prendre.

A quand la fin de cette mafia rose et bleue qui nous joue les violons du front ripoublicain?

Dégagez!

Jacques Frantz

Suivez-moi sur Twitter

http://www.twitter.com/jimmy_from_ke

Affaire Cahuzac, le Président Hollande ment!

Le président François Hollande ment-il lorsqu’il dit que cahuzac a présenté sa démission sur demande du Président alors que lors de la démission du ministre il avait expliqué que Cahuzac avait souhaité quitter le gouvernement et que cette démission avait été acceptée.

Dégagez!

Hollande doit dans un premier temps dissoudre l’Assemblée et dans un second temps en cas de perte des législatives, donner sa démission.

Jacques Frantz