LE GRAND BOND EN AVANT

LE GRAND BOND EN AVANT

À l’heure où j’écris, les “confinés” sont toujours “confinés” et les cons finis sont toujours cons. Le gros problème avec ce virus est qu’on ne parle que de ça.

Quand j’étais gamin, je trouvais parfois le journal télévisé mortellement ennuyeux. Même si je me suis intéressé très tôt à la politique, même si j’ai très tôt compris que les socialistes étaient dangereux, je trouvais le journal télévisé fort indigeste. Ce qui m’a conduit à me poser la question de savoir que feraient les journalistes s’il ne se passait rien, et s’ils n’avaient rien à dire? Mon grand-père, qui m’a beaucoup écouté, m’expliquait qu’il était impossible qu’il ne se passe rien. Même si l’actualité est au repos, il y a toujours quelque chose à dire sur ce qui se passe dans le monde. Eh bien croyez-moi si vous voulez, en ce moment, il ne se passe pratiquement rien. C’est à croire que tout s’est arrêté. Tout tourne autour d’un seul sujet. Même si l’actualité est en permanence sous la loi de l’esquive, j’ai tendance pour ma part à trouver cela inquiétant.
C’est à croire que l’actualité n’a plus qu’un mot-clé.

Continuer la lecture de LE GRAND BOND EN AVANT

VIVE LES SCEPTIQUES

VIVE LES SCEPTIQUES

L’autre jour, en écoutant la radio d’état, vous savez celle dont les Dr Salomon et Smadja ont les clés, j’ai entendu un nouveau terme. Il paraît mes enfants que je suis “coronasceptique. Et dire que je ne le savais pas. Eh bien vous savez quoi, je me sens mieux. Finalement ça me va bien le coronascepticisme. Et tant pis si le correcteur orthographique que j’utilise pour dissimuler ne serait-ce qu’un peu mes nombreuses lacunes dans ce domaine fait la gueule. Il faudra qu’il s’y fasse, je suis ”coronasceptique“ et j’en suis fier. Pour tout vous dire, je crois en Dieu et c’est ma seule religion. Je ne suis pas coronareligieux. Peut-être même, suis-je ”coronanégatif". Sauf qu’à la différence de mes lecteurs, j’éprouve ce scepticisme depuis le début. Je n’ai que très peu varié dans l’opinion que je me suis formée dès le commencement. J’ai, pour me donner raison, un baromètre précis. Je compte parmi mes meilleurs ennemis un certain nombre de septuagénaires plus ou moins gauchistes, mais qui ont surtout en commun non seulement d’avoir profité de tout, (plein emploi rentes de situation en tous genres, retraites anticipées à taux plein, loisirs sans limites, soins de santé au top, bref la liste est longue), mais encore qui militent de façon acharnée en faveur de tout ce qui nous détruit. Immigration invasion, fiscalité à outrance, réformes de tous poils à conditions qu’elles ne les touchent pas, ou encore accroissement de la précarité. Eh bien croyez-moi si vous voulez, j’ai beau éplucher la nécrologie de mon canton, aucun n’est passé ad patres. Tous se portent au mieux, confinés qu’ils sont dans le jardin de leurs résidences secondaires. Alors oui je suis un peu sceptique. Continuer la lecture de VIVE LES SCEPTIQUES