ÉLECTIONS AMÉRICAINES, PLUS QUE TROIS JOURS

ÉLECTIONS AMÉRICAINES, PLUS QUE TROIS JOURS

Plus que trois jours! Plus que trois petits jours! Plus que trois dodos avant la libération du peuple américain. Plus que deux jours avant que le Peuple jamais vaincu entame sa marche radieuse vers le communisme. Plus que deux jours avant que la bête immonde soit irrémédiablement écrasée.

Vendredi déjà, la très communiste et proisraélienne (mais il n’y a pas de lien) Laurence Haïm se réjouissait de ce que les photos du couple Trump étaient décrochées des murs du couloir menant au bureau ovale.
Du passé faisons table rase!

Pourtant, j’en connais quelques-uns qui espèrent encore, tant ils sont écoeurés par le sentiment d’injustice et de peur. Parce que désormais, si cette chape de plomb tombe sur la démocratie, la démocratie ne s’en relèvera pas. C’est un secret de polichinelle, il a fallu une fraude massive pour faire entrer Joseph Robbinet à la maison blanche. Cependant, je l’ai dit, certains espèrent que quelque chose ou quelqu’un viendra réparer l’injustice. Alors oui, l’injustice, comme toutes les injustices, sera réparée. Je l’ai dit, la victoire finale de Dieu, du bien sur le mal, est tout à fait certaine, n’en doutons pas. En attendant, je crains qu’il faille accepter l’inacceptable. Je crains que non seulement le meilleur Président des États-unis de ces 120 dernières années doive quitter son poste malgré sa triomphante réélection, mais encore, je crains qu’il ne soit traîné dans la boue comme cela a déjà commencé. En effet, les procès staliniens commencent à peine.

Alors bien entendu on nous avait promis la sortie des vrais bulletins, la sortie de preuves abominables concernant les prétendus vainqueurs. Les clans criminels Biden Obama et Clinton allaient payer et le peuple médusé allait voir ce qu’il allait voir. Hélas, il semble que la raison du plus fort, (en l’occurrence la raison d’État) soit toujours la meilleure. Donc pour le cracken, on repassera. Parce qu’il y a une chose que notre camp n’a pas comprise. Il ne suffit pas que les affaires soient portées sur la place publique pour faire tomber un pouvoir politique. Ça c’était bon pour les années 70 au temps du Watergate. Parce que s’il suffisait de connaître les méfaits d’un politicien pour le faire chuter, Biden n’aurait même pas pu être candidat.

Aujourd’hui, ce sont les médias de grand chemin qui décident. C’est pourquoi un criminel notoire peut continuer de mener une vie confortable et avoir pinion sur rue. Vous voulez des exemples?

En France, Daniel Cohn-Bendit et Frédéric Mitterrand sont deux pédophiles notoires. Ce n’est pas moi qui le dit, ils s’en sont ventés. Eh bien les deux poursuivent leur vie publique sans être inquiétés. Mieux, Frédéric Mitterrand a avoué sa pédophilie alors qu’il était ministre de la culture du très catholique François Fillon sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Pour l’autre, tout le monde a en mémoire cette émission littéraire de 1982 ou il se ventait de choses que je ne saurais répéter ici.

Ainsi, même si demain sortaient les pires atrocités sur Biden, Obama et Clinton, je suis à peu près certain que les médias de grand chemin trouveraient cela normal.

À l’inverse, ils peuvent faire tomber quelqu’un pour une histoire de costume, de boîte de cigares ou je ne sais quelle autre broutille. Loin de moi l’idée de justifier ou d’excuser quelle que forme de corruption que ce soit, mais convenez qu’il y a tout de même une gradation des méfaits.

Que ce soit aux États-unis ou en France, à partir du moment où des criminels pédophiles peuvent accéder aux plus hautes fonctions, il n’est pas impossible que demain l’on ait des dirigeants directement coupables de crimes de sang. Revenons à nos blancs moutons. La justice a fait la sourde oreille devant l’immense quantité de preuves de fraudes électorales, les faits criminels des Biden clinton et autres sont connus, et malgré tout, rien ne se passe. C’est un peu comme si une main invisible activait ou désactivait non l’information elle-même, mais sa capacité de nuisance. Par exemple, les faits concernant le fils de Joseph biden sont connus. Pour autant, ils n’ont pas disqualifiés la candidature du père. En revanche, ils pourraient ressortir avec toutes leurs propriétés radioactives quand le moment sera venu de se débarrasser du cacochyme Biden.

Même si les images de l’investiture du nouveau Président non élu seront désastreuses, le Capitol entouré de barbelés ressemblant au Berlin de 1961, cela va glisser comme l’eau sur les plumes d’un canard grâce au narratif de la presse. Quand les affaires concernant Biden sortiront, ces gens-là auront le culot de dire qu’ils ne savaient rien. Arrivera même un jour où ils auront le front de dire que bien sûr ils savaient, mais qu’ils n’ont rien dit pour la bonne cause. Vous ne me croyez pas? Tenez, ils ont osé avouer que les comptes de campagne de chirac en 1995 étaient irréguliers, mais que les instances les ont tout de même validés pour ne pas déstabiliser le Pouvoir. De même, je ne serais pas étonné que d’ici quelques années on nous dise que les fraudes massives du clan démocrate étaient un acte de résistance totalement assumé.

Je veux conclure malgré tout sur une note optimiste. La foi qui déplace les montagnes existe. Quelque chose de grand, d’historique peut advenir. Les mondialistes sont en train d’aller trop loin. Leurs agissements démontrent à quel point, que ce soit en Italie, en France, en Allemagne ou aux ÉTATS-unis, ils sont déconnectés du réel. Or les faits étant têtus, cela pourrait bien leur exploser à la figure. Sera-ce mercredi, c’est tout le mal que je nous souhaite.

Jacques Frantz

Cohn-Bendit toujours aussi répugnant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.