LA SUISSE EST BIEN EN GUERRE

LA SUISSE EST BIEN EN GUERRE

ГОВОРИТ МОСКВА ICI MOSCOU

De retour à Moscou, j’ai constaté une chose intéressante qui concerne la Suisse, mais pas seulement.
Comme chacun sait, la Russie est sous sanction. Rappelons que ces sanctions ont été prises de façon totalement illégales. En effet, sanctionner c’est punir. Or ne peut punir qu’une autorité à la suite d’un processus juridique ou judiciaire. Là, aucun tribunal ne s’est prononcé. Seule la morale américaine à la fois puritaine et mafieuse a pris des décisions faites au moule de ses avantages. Comme nous avons eu l’occasion de le voir, les autres pays ont été forcés de s’aligner quoi qui leur en coûte.

C’est ainsi que, le 10 juin dernier, la Suisse a vu sa monaie ne plus être quotée à la bourse de Moscou sans qu’aucun média n’en parle, et au rebours de toute décision démocratique. Convenez avec moi qu’au pays de la démocratie directe ça la fout mal. Vous me demanderez en quoi la quotation de la devise suisse à la bourse de Moscou concerne le peuple suisse et son pouvoir de décision? C’est qu’en fait, celle-ci intervient suite à la décision de la Suisse de ne plus échanger sa devise (le Franc suisse) contre du Rouble. Or pendant ce temps, il est parfaitement possible d’échanger des Roubles contres des Euros, des Dollars ou des Livres Sterling. En d’autres termes, la Suisse est allée au-delà des sanctions imposées par les autres pays occidentaux. Pourquoi?

Nous le savons maintenant, les sanctions qui devaient mettre l’économie russe à genoux sont un véritable échec, à telle enseigne que depuis les sanctions, la devise russe s’est appréciée de plus de 90% et continue de prendre de la valeur. Par voie de conséquence, les devises de l’échec, (le Dollar et l’Euro) se déprécient. Or pour ne pas que la devise suisse serve de monnaie refuge, la confédération, (sans qu’on sache si c’est de sa propre initiative ou à la demande secrète des Américains), a interrompu tout échange direct de devises. En clair, il est toujours possible d’échanger des Francs Suisses contre du Rouble, mais il faut passer par une devise intermédiaire (Euro ou Dollar.) Pour être encore plus clairs, l’initiative suisse vise uniquement à soutenir l’Euro et le Dollar. C’est en quelque sorte un jeu de billard à trois bandes.
Il ne s’agit rien de moins que d’un suicide économique. Les Suisses devraient réagir très vite, sans quoi ils vont se réveiller avec une sacrée gueule de bois.

Jacques Frantz.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.