LES SANCTIONS RENFORCENT POUTINE

LES SANCTIONS RENFORCENT POUTINE

Tellement de choses se sont passées depuis, que vous avez peut-être oublié l’article que j’ai écrit intitulé « À quoi servent les sanctions contre la Russie
Entre temps, je crois que j’ai la réponse. Elles servent à consolider la popularité de Vladimir Poutine. Si vous êtes comme moi, et si vous n’avez pas bien saisi le bienfondé de ces sanctions, voilà la réponse. Je ne sais pas si vous vous souvenez, mais on nous avait expliqué que les sanctions avaient pour effet de rendre le pouvoir en place très impopulaire. Ainsi, face à une opinion publique défavorable à cause de l’effet des sanctions économiques qui pèserait sur le pouvoir, celui-ci serait contraint de modifier sa politique.
Eh bien sachez qu’il est en train de se passer le contraire. La minorité défavorable au Président russe bascule peu à peu en sa faveur. Certains en effet sont lésés par les sanctions. Soit par une privation soudaine de l’accès à des biens ou des services, soit, ce qui est encore pire, par la perte de leur emploi. On ne comptera pas ici les effets indirects. Cela dit, nombreux sont les Russes défavorables au pouvoir en place dans leur pays et défavorables à l’opération militaire à son début qui changent d’avis. Ils s’estiment injustement punis alors qu’ils n’ont aucune prise sur les événements.
Si l’on en croit le journal “Les échos”, cette popularité serait due à une intense propagande de la presse russe. Difficile pour nous de juger, étant donné que le pouvoir européen non élu nous a privés de toute source d’information en provenance de Russie. Signalons par parenthèse que, contrairement à ce qui est dit, les Russes eux, ont toujours accès aux sources d’information occidentales. Et puis il faut se rendre à l’évidence, le torrent d’informations déversées sur nous à longueur de journées n’est qu’objectivité.
Toujours est-il que les mesures économiques prises contre la Russie n’ont pas l’effet escompté, si tant est que l’effet voulu était de peser sur l’opinion pour forcer le pouvoir à rendre les armes.
Je crois plutôt que les États-Unis ont pour objectif écraser l’économie européenne. J’en veux pour preuve que Washington sait, lorsque ça l’arrange, déroger aux sanctions. Par exemple, il n’est pas question de se passer des engrais russes, ce qui mettrait à mal l’agriculture de l’État voyou.
Les États-Unis sont engagés dans une guerre qu’ils font faire aux autres. Pour cela, ils sont prêts à se battre jusqu’au dernier européen.

Jacques Frantz

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.