VACCINATION, LE VENT SERAIT-IL EN TRAIN DE TOURNER?

VACCINATION, LE VENT SERAIT-IL EN TRAIN DE TOURNER?

Attention belle lectrice. Je ne voudrais pas te créer de fausses joies. Tu sais combien je suis attaché à la vraie joie pour ne pas te faire te réjouir pour le regretter ensuite. C’est donc avec la plus grande prudence que je crois sentir les lignes bouger.

Ma femme, qui a perdu le goût suite au virus, mais certainement pas l’acuité intellectuelle, m’a fait passer un article qui m’a laissé songeur. Il s’agit d’un papier de Guy Metan d’AGEFI.com qui est un périodique économique suisse en ligne. Or nous savons combien la presse économique nous a été jusqu’ici défavorable. Du reste, cela ne concerne pas seulement la coronafolie. voilà bien longtemps que la presse au service des financiers est un véritable fer de lance des plus grandes folies sociétales de notre temps. Mariage des invertis, généralisation de la consommation de produits stupéfiants, dissolution des moeurs, j’en passe et des meilleures. N’oublions jamais, (et nous ne l’oublierons pas), que la plupart des organes de presse appartient à de gros patrons ou à la grande finance. Je ne vais pas développer car ce n’est pas mon sujet. Il est donc intéressant de voir comment un journal économique tente de retourner sa veste. Déjà le titre en dit long:
“Vaccins: succès commercial, échec stratégique”. Ah bon? Parce qu’il y avait une stratégie? L’auteur dès le début frappe fort: “La stratégie consistant à tout miser sur les vaccins actuels et à piquer de force les jeunes et les adultes en bonne santé n’apporte rien et est même aberrante au regard des coûts et des tensions que cela provoque.”. Il précise néanmoins qu’il n’est pas complotiste et qu’il a eu deux doses. Sauf qu’aujourd’hui, qui n’a pas eu sa troisième dose rejoint immanquablement les rangs des complotistes. Il est également intéressant de voir se confirmer le véritable terrorisme intellectuel dont nous sommes les victimes. En effet, quiconque veut exprimer une critique, même modérée, à l’encontre de la version officielle, est tenu de préciser au préalable qu’il n’est pas complotiste. On observe la même chose au sujet du racisme. Je ne suis pas raciste, mais tout de même, je constate une représentation élevée des personnes d’origine afromagrébine dans les lieux de détention. C’est exactement cela le terrorisme intellectuel. C’est se sentir menacé dès lors qu’on exprime des évidences aussi banales que l’eau qui gèle à 0 degrés ou qui bout à 100 degrés.

Par conséquent, ce ne sont pas les évidences évoquées dans l’article qui sont intéressantes. Même si ces évidences, pour paraître crédibles, sont constellées de chiffres plus ou moins spécieux, puisqu’aucun pays ne compte de la même manière. En d’autre termes, rien ne prouve qu’une personne hospitalisée à Stockholm avec la COVID aurait été comptée comme telle à Madrid, et vice-versa.

Toujours est-il que notre journaliste est sur le point de constater l’aberration de cette stratégie vaccinale au détriment des traitements, que le “tout vaccinal” a surtout profité aux laboratoires pharmaceutiques qui ont encaissé des bénéfices mirobolants et que finalement, même s’il ne le dit pas, les complotistes contre qui on a monté l’opinion avec une rare violence avaient raison. Ce doit être très compliqué d’être gauchiste et d’affirmer qu’il y a un mètre de neige le 15 août tout en stigmatisant celui qui oserait insinuer le fait qu’une telle affirmation gagnerait à être un peu modérée.

L’intérêt de ce papier est qu’il laisse entrevoir des failles dans la solidarité vis-à-vis du discours officiel. Alors bien sûr, l’auteur se couvre en disant que l’injection reste pertinente pour les plus de 60 ans, mais que bon… tout de même, on serait peut-être allés un peu loin en injectant de force tout le monde. Rappelons qu’aujourd’hui on injecte les femmes enceintes et les enfants à partir de cinq ans. Certains ne seraient-ils donc pas en train de se couvrir contre une possible catastrophe sanitaire à venir due à cette folie vaccinale? Le “narratif” comme on dit abusivement aujourd’hui, ne serait-il pas en train de prendre l’eau?

Ne crions pas victoire trop tôt.

Il y a encore beaucoup de distance de la coupe aux lèvres. Cependant, le système est en train peu à peu d’imploser dans certains pays. En Suisse, d’où est originaire la publication, on octroie un pass de la honte aux vaccinés bien entendu, mais aussi aux guéris et aux séropositifs. Or vu la vitesse avec laquelle se propage le nouveau variant, cela va commencer à faire beaucoup de monde. Il est en train de devenir beaucoup plus intéressant d’attraper le virus et au pire trois jours de grippe, que de se faire injecter des produits incertains. Du reste, la compagnie des malades devient très recherchée chez nos voisins banquiers, horlogers, chocolatiers et assureurs. Dans les grandes villes suisses, se faire tester devient un véritable parcours du combattant tant la demande est élevée. Là–bas, la période de quarantaine pour les malades positifs ne commence pas au jour du test, mais à la déclaration des premiers symptômes tant il est difficile de se faire tester. Il est désormais recommandé de s’isoler seulement des non guéris ou non vaccinés. Il devient compliqué grâce ou à cause des nouveaux variants de faire croire à une pandémie mortelle.

Si le même article était paru en septembre dernier, les gauchistes et autres papiers hygiéniques absorbant la désinformation auraient hurlé au complotisme. Alors bien entendu, ceux qui ont couru faire la troisième en seront pour leurs frais. On ne va certainement pas les plaindre. Cela dit, le Pouvoir mondialiste a certainement anticipé ce reflux. Aussi, ne doutons pas que les spin doctors sauront sortir de leur sac un vilain tour pour nous faire des misères. Pour autant, lorsque j’entends Castex avec son air d’instituteur de IIIe République ou de garde-champêtre chargé de coordonner le marché au gras de Vic-Faisansac, je crois déceler un certain manque de sérénité. Ces gens-là, c’est clair, n’ont pas ou n’ont plus le temps.

Il est donc plus que jamais important de ne pas abandonner la lutte. Hauts les coeurs, la victoire est certaine.

Jacques Frantz

Vaccins: succès commercial, échec stratégique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.