LA SUISSE VOTERA-T-ELLE OUI?

LA SUISSE VOTERA-T-ELLE OUI?

Certains d’entre vous le savent, la population suisse aura le droit de vote le 28 novembre prochain sur la loi COVID. Qu’on se rassure, tout est sous contrôle. Le vote se fait en grande majorité par correspondance, et les sondages martelés par la junte médiatique donnent le “Oui” largement gagnant. Cependant les mondialistes sont inquiets. Sinon pourquoi l’Autriche renforcerait des mesures déjà iniques sans en avoir mesuré les effets. l’Autriche, on le rappelle, a donné coup sur coup deux tours de vis en confinant les non-injectés, puis finalement tout le monde, en annonçant dans la foulée l’injection obligatoire pour tous.

Rappelons également qu’on ne compte plus aucun décès dû au virus. En d’autres termes, le Pouvoir n’a même plus besoin d’agiter des cadavres pour mener les gueux au centre de piquousage. Pour autant, les mondialistes savent que le temps joue contre eux. Il faut faire vite. Sinon, même les plus cons pourraient se réveiller. Et ça, il ne faut en aucun cas que ça arrive! C’est un peu comme à ce bétail à qui on cache le plus longtemps possible que le camion dans lequel il est monté a pris la route la plus directe vers l’abattoir.

Que s’est-il donc passé? L’effet de sidération n’aurait-il pas fonctionné comme prévu? Serait-on en train d’assister à des dissensions internes notamment chez certains fonctionnaires qui traîneraient les pieds pour appliquer la trique aux réfractaires, qu’ils soient gaulois ou non?

Tout cela pose question. Le narratif officiel est fissuré et prend l’eau de toute part. Même les plus imbéciles sont obligés de se boucher les yeux et le nez pour ne pas voir que tout ça ressemble à une vaste arnaque.

C’est donc dans ce contexte que les Suisses vont voter le 28 novembre. Si le résultat ne fait aucun doute, le Pouvoir a peur. Le pouvoir a peur comme le voleur qui fait sous lui en emportant son butin. Le Pouvoir a peur comme l’escroc sûr de son coup qui pense que malgré tout quelque chose aurait pu lui échapper et qu’il pourrait se faire prendre.

Quand je dis que le narratif se fissure, il n’y a qu’à voir la différence entre les discours et les comportements. Ici c’est Macron qui fait bombance avec ces amis sans masques, mais servi par des esclaves masqués, là c’est la présidente de la Commission Européenne qui se fait bisouiller lors d’une remise de prix… En Suisse, très récemment, c’est le covidolâtre en chef de la Confédération, Alain Berset, qui est pris en flagrant délit en train de se prélasser dans un train en première classe sans le masque qu’il impose à tous, enfants compris. Les idolâtres du Conseiller Fédéral socialiste ont tôt fait de hurler à la “fake news”, (comme on dit maintenant), à la manipulation et à l’odieux montage des antivax, jusqu’à ce que le ministre chargé de la santé par l’intermédiaire de son porte-parole, vienne authentifier le cliché. Pourtant, ils étaient sûrs d’eux. La photo, c’était garanti, avait été prise en 2017, ça ne faisait aucun doute. donc, les Suisses ne pourront pas dire, à l’heure de régler les comptes, qu’ils ne savaient pas. Ils ne pourront pas dire, lorsque Alain Berset arrachera les enfants des bras de leurs parents pour les faire vacciner de force, qu’ils n’étaient pas prévenus. Parce que le vote “Oui” à la loi COVID, c’est donner un blanc seing au Pouvoir pour dix ans sans le moindre contrôle. Or l’histoire nous apprend une constante: le Pouvoir ne rend jamais des libertés qui lui ont été abandonnées. Par conséquent, que nos amis suisses regardent bien ce qui se passe en Autriche limitrophe. Les mondialistes sont des loups assoiffés de sang qui n’en ont jamais assez. Tenez-vous-le pour dit. Le problème est que, comme je l’ai dit, la Suisse vote majoritairement par correspondance. Ce qui fait que bon nombre de citoyens ont déjà voté et que le Pouvoir en connaît le résultat. Qui en effet peut certifier que les bulletins parvenus à l’Administration ne sont pas déjà dépouillés? Je pense donc que si Berset se permet ce pied-de-nez à la population en se montrant en public sans masque, c’est qu’il est à peu près sûr de son fait. Cependant, si la victoire du “Non” tient du miracle, le miracle, cher amis suisses, ne tient qu’à vous. Le monde des libertés espère! Le monde des libertés vous regarde!

Jacques Frantz

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.