DÉBAT MÉLENCHON ZEMMOUR, LA BELLE ARNAQUE

DÉBAT MÉLENCHON ZEMMOUR, LA BELLE ARNAQUE

Bon c’est vraiment parce qu’on me l’a demandé! Non! je n’ai pas regardé le débat entre Jean-Luc Mélenchon et Éric Zemmour! j’ai d’une part horreur du catch que je trouve ridicule, et d’autre part, je n’ai pas l’habitude de me passionner sur commande.

À ma gauche, le très gauchiste, xénomane et maçonnique Jean-Luc Mélenchon. Il a vécu toute sa vie aux crochets de l’État. Il n’a fait que coûter et s’est exclusivement engraissé d’argent public. C’est un politicien professionnel sans intérêt.

À ma droite, Éric Zemmour. L’homme a commencé d’exister dès lors qu’il a rempli le créneau vide du journalisme réac. Sa force: il a le droit de dire des choses que les autres ne peuvent même pas penser. Et que l’on n’aille pas me dire qu’il est persécuté par la Justice. En effet, celle-ci sait se montrer clémente et au bout des procès, Zemmour s’en tire avec des peines symboliques, ce qui l’encourage à continuer son ascension. D’habitude, si quelqu’un parle comme Zemmour, on sait lui briser les reins.

L’oligarchie tient, (on ne sait pourquoi), à susciter de l’intérêt pour l’élection présidentielle sensée se dérouler en 2022 pour remplacer Emmanuel Macron par… Emmanuel Macron. Ça ne vous emballe pas? Moi non plus.

Vous allez me dire que vous faites rarement la queue devant un théâtre où on ne joue pas de pièce. Eh bien justement! On vous en donne du théâtre. Du pas cher en plus! Vous n’allez tout de même pas exiger la qualité non?

Normalement, c’est la grosse Le Pen qui devait jouer le rôle de la bête immonde! Le problème, c’est que même chargée à la cocaïne, au champagne et à l’électricité statique de poil de chats, ça ne marche plus! “Pour l’amour, vous n’avez plus l’âge” lui aurait chanté Johnny Halliday. Pour la politique, elle ne l’a jamais eu. Il fallait être con comme son père pour lui donner les clefs du camion sans s’assurer qu’elle était capable de réussir le permis poids-lourd.

Il fallait en trouver un autre, ils l’ont trouvé. Il a la couleur de la subversion, il en a le goût, mais il n’a rien du subversif.

Alors j’entends déjà ceux qui me disent qu’il est des nôtres. Qu’avec lui, la droite devient la machine à gagner. L’important c’est d’y croire! Quant à moi pour m’y faire croire, il en faudra davantage.

D’abord arrêter l’esbroufe. Son histoire d’obliger les parents musulmans à donner des prénoms de saints à leurs enfants il faut se pincer pour ne pas rire. Parce que si s’appeler Alain au lieu d’Ali rendait plus intelligent, on aurait déjà vu des cheveux pousser sur la tête à Juppé. Surtout qu’en matière de prénom, ce brave Zemmour s’y connaît. À la ville et quand il cause dans le poste, il s’appelle Éric. Une fois la porte de la synagogue passée, il s’appelle Moshe. À titre personnel je n’ai qu’un nom d’usage et cela me suffit. Est-il utile de rappeler à Éric que s’appeler Fabien n’a pas empêché Klein d’être un cadre de l’État islamique? Mais puisqu’on t’a dit que c’était que du théâtre! Puisqu’on t’a dit que Jean-Luc GOF Mélenchon et Éric Moshe Zemmour sont amis dans la vie. Que quand Zemmour s’écharpe avec Robespierre ou Attali c’est juste pour amuser la galerie. C’est juste pour éviter ou même seulement ralentir le naufrage de l’institution démocratique. C’est juste pour faire croire qu’il y a un enjeu. Ensuite, même si, je l’avoue, je me laisse prendre de temps en temps au jeu d’un Zemmour beau parleur, je trouve son discours qui cible uniquement les Musulmans suspect. Car il ne faut pas s’y méprendre. Les Musulmans ne sont pas arrivés tout seuls. Qui les a fait venir? Qui a confisqué le débat sur le caractère invasif de l’immigration? Qui traîne devant les tribunaux quiconque ose dire ne serait-ce qu’une infime partie de la vérité sur l’immigration? Tant que Zemmour n’aura pas répondu à ces questions absolument essentielles, beaucoup resteront sceptiques. Qui a intérêt à mettre une pièce dans la machine Zemmour?

Alors si vous avez fait comme moi et que vous avez résisté à la tentation de regarder cette mascarade pour neuneu, cela veut dire qu’un peu de résistance existe encore.
Jacques Frantz

7 commentaires

    1. Malheureusement, il est très difficile d’obliger les gens à réaliser.
      J’encourage pour ma part à ne pas participer à cette élection.
      J’en profite pour signaler que j’ai mis la chanson à laquelle je fais référence dans mon texte en fin d’article. C’est un cadre Youtube. Même si la vidéo est marquée comme indisponible, il suffit de cliquer sur « Regarder sur Youtube », et ça marche.

      1. Elle est superbe la chanson de Jonny, et tu as toujours de l’humour à raconter l’actualité si désastreuse!
        Bises

        1. Malgré mes efforts à demeurer insensible aux compliments, je suis heureux qu’une de mes lectrices apprécie non seulement mon propos, mais encore ce qui l’illustre. La chanson est tirée d’un superbe album de Johnny Halliday sur le thème de Hamlet. Selon moi, qui ne suis pas un fan du chanteur, il s’agit d’un vrai chef-d’oeuvre.

          La bise à toi belle lectrice, et la bise aux autres belles lectrices fidèles et pertinentes. sans gel ni masque.

          Jacques Frantz

  1. Ces gens sont des marionnettes, des grands guignols, et envisager même de voter pour l’un quelconque d’entre eux est tout bonnement un péché contre le bon sens, comme je l’ai lu en substance sous une plume qui n’est pas la mienne. Comme on dit en Espagnol,  » ¡ a otra cosa mariposa ! « 

  2. Bonjour,

    J’ai trouvé le débat plutôt intéressant, surtout, on voit ici que le temps fait son oeuvre, Méluche vieilli et il est beaucoup moins combatif qu’avant.

    Pour le reste, il faut bien comprendre que de toute façon, avec Macron, nous avons changé de cape en terme de présidentialisation.
    Oui, parce que le macron est avant tout un financier au service d’intérêts cosmopolites.
    Donc ses réseaux, ce sont ceux de la banque.
    Autant dire qu’il est en mesure de demander à ces amis banquiers de financer autant de candidatures parasites qu’il le faut pour pouvoir être reconduit en 2022, 2027, et tant qu’il le voudra.
    Il faut toujours regarder l’exemple italien. La France est très proche, en matière de politicaillerie, de nos amis transalpins.
    Mateo Salvini a servi d’épouvantaille populiste pour les eurocrâtes dans que cela pouvait servir leurs intérêts.
    Ensuite, ils l’ont débranché brutalement pour remettre un financier cosmopolite qui a immédiatement supprimer toutes les mesures Salvini.

    Ce sera pareil en France pour un Zemmour, une le Pen, un de Villiers et tous les autres.
    Pansez donc, Un nationaliste pur jus; personne, je dis bien personne, n’ira lui prêter des fonds pour mener campagne en France.
    Il ne pourrait même pas éditer le moindre livre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.