MACRON, C’EST TOI QU’ON EMMERDE!

MACRON, C’EST TOI QU’ON EMMERDE!

Quelqu’un osera-t-il venir me chercher sur le thème de l’insulte? On vous attend les macronistes.

Pour faire une petite analyse à chaud de ce qui vient de se passer et qui pourrait être un tournant dans l’exercice de la Présidence Macron, le Président de la République a déclaré, “les vaccinés, j’ai très envie de les emmerder”. Tout a déjà été dit sur l’indignité de ces propos qui, à mon sens, disqualifient définitivement le Président. Certains, à juste titre, se posent des questions sur sa santé mentale. Sans rire! C’est à ce type-là qu’on confie le bouton nucléaire?

Pour le chroniqueur de Campagnol, dont nous goûtons avec grande délectation les chroniques hebdomadaires, “Macron, par sa conduite a déjà intégré sa défaite. Mais ce type est un docteur Folamour. À présent, il nous faut désamorcer la bombe avant le largage. Jean-Michel, si tu peux couper un fil, le jury en tiendra compte.”
L’excellent chroniqueur “La croix du sud” dit sur son compte twitter:
“Avec les fous, il faut s’attendre à tout. Mais Véran, Castex et Macron qui pètent les plombs tous les trois en moins de 24 heures, c’est suspect.”

Effectivement, cette analyse vaut son pesant d’or. que se passe-t-il donc au plus haut niveau de l’État? Sont-ils à ce point psychopathes qu’ils ne supportent plus d’être seulement ralentis dans leur élan? Parce qu’au fait, qu’est-ce que cela pouvait bien faire que le pass vaccinal, si honteux soit-il, entre en vigueur au 15 ou au 20 janvier? Qu’est-ce donc qui les presse tant? Que justifie une telle panique? On a l’impression que ce pouvoir fait une course contre la montre.

En tout cas quelque chose ce soir s’est passé. Nul ne peut prévoir l’onde de choc, mais France Info et BFM auront du fil à retordre pour rattraper les bévues de leur maître satanique.

Affaire à suivre.

Jacques Frantz

6 commentaires

  1. Il se passe que cette souche O-Macron, contagieuse mais bénigne, pourrait bien sonner le glas de l’épidémie avant même que ces psychopathes n’aient eu le temps de faire quoi que ce soit qui leur permette de s’approprier ce rebondissement. Alors un jour de retard est pour eux une catastrophe. Je les entends d’ici fulminer chacun dans son coin : « Ah, cette Mère Nature, je la mettrais bien en bouillie ! » Sauf que… En 1968, quelqu’un avait hissé une pancarte disant : « Dieu est mort, signé Nietzsche ». Une autre personne est allée écrire en-dessous, sur la même pancarte : « Nietzsche est mort, signé Dieu. » Ah, ce dieu… Eh bien, celui qui tient tant à se faire appeler « Monsieur le Président de la République » ne pourra aller décrocher Dieu de son trône de gloire !

    1. Je ne doute pas et n’ai jamais douté que cette histoire de vaccin qui rend fou est seulement politique et financière. Cependant, je n’arrive pas à comprendre en quoi 5 jours de différence met tout le plan en danger. Parce que c’est de cela dont il s’agit. Le plan est très fragile et on a un pouvoir en panique. Je l’ai dit dans l’article. Cela dit vu l’aveuglement de la majorité de la population il faudra beaucoup plus longtemps aux gens pour s’apercevoir que le vrai vaccin s’appelle Omicron et qu’il a la faculté de mettre les gens à l’abri du virus. Bizarre tout de même cette folie furieuse consistant à se contredire, à vouloir surtout faire très vite. Pardon de me répéter, mais cet Emmanuel Macron détient les commandes de la force de frappe nucléaire. Il commande aux armées. Je n’arrive pas à concevoir que ça n’inquiète pas davantage.

  2. Bonjour,

    Au moins, Macron a tombé le masque: tout cette comédie n’est pas faite pour le bien ou la bonne santé du peuple français mais pour nous emmerder.
    Les restrictions de 2020 de sortie à pas plus d’un KM de chez soi, c’était bien pour nous emmerder.
    Le confinement: c’était pour nous emmerder.

    La jauge à 30 personnes dans les lieux de cultes quelque soit la grandeur de l’édifice, c’était bien pour nous emmerder.

    Et tout le reste, idem.

    Tirez-en les conclusions que vous voulez, j’aimerais éviter d’aller en prison fissa, mais si le peuple était un peu plus courageux, ce serait pas plus mal.
    Les libertés qui nous sont retirrées, il va falloire les regagner en y mettant un peu de notre peau. Ne serait-ce que sur le plan moral. et pour la santé (réelle celle-là) psychique de nos gosses et leur avenir.

    1. Il est clair qu’à un moment donné, manifester ne suffira pas. D’ailleurs ils s’en tapent de voir sous leurs fenêtres le nombre décroissant de manifestants. Quant aux masques, ils ne sont malheureusement pas tombés. Ce devrait être du reste la première chose qui devrait tomber. Si seulement les gens acceptaient de tomber le masque… Juste ça! faire disparaître le signe ostentatoire de la soumission au pouvoir. Je pense que cela aurait beaucoup plus de poids dans un premier temps que toutes les manifs organisées par Philippot. Qu’on ne me fasse pas dire ce que je n’ai pas dit. J’ai beaucoup de respect pour l’action de Philippot qui s’inscrit dans la durée. Il y est depuis le début et c’est tout à fait remarquable. c’est d’autant plus remarquable qu’il y a été seul. qu’il y ait des raisons politiques derrière c’est possible, mais dans l’urgence de la situation, cela importe peu. Le job il l’a fait et il l’a fait avant tout le monde. Malgré tout, il faut une protestation de masse. elle doit prendre d’autres formes.

  3. Je trouve hautement révélateur qu’en France des lois aux conséquences incalculables à tous points de vue ont pour raison d’être les caprices pulsionnels d’un individu enfermé dans une tour d’ivoire dont il se refuse à redescendre et dont les « mea culpa » de pacotille (3 semaines entre son discours du 15 décembre sur ce qu’il « ne ferait plus aujourd’hui » et l’article publié hier soir). Un mois tout au plus si l’on considère que l’article, programmé pour n’être publié qu’après le vote, est sorti un peu trop tôt… juste ce qu’il faut pour alimenter le spectacle puisque déjà le groupe LR a annoncé qu’il ne s’opposerait pas au texte. Les caprices pulsionnels, disais-je… Je devrais plutôt dire les envies défécatoires, tant il est vrai que le verbe « emmerder » relève bel et bien du champ lexical de la scatologie la plus abjecte ! Et souvenons-nous que si le prince nous juge « irresponsables », nous ne sommes plus des citoyens. Alors, fini le droit de vote aussi ? Là encore, affaire à suivre !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.