ATTALI SE FAIT DESSUS EN PUBLIC

ATTALI SE FAIT DESSUS EN PUBLIC

Cette bouche menteuse et démoniaque de Jacques Attali n’en menait pas large.

La vidéo fait moins de deux minutes. Cela a pourtant été suffisant pour mettre notre génie d’outre-Méditerranée échec et mat. Nous n’avons que très peu d’informations contextuelles. Cependant, la séquence est parlante.

Attali distille son précieux savoir en donnant une conférence dans une école. Un citoyens taquin lui pose une question qui taraude depuis un sacré moment une grande partie de la population. Il lui demande en substance si le fait que Victor Fabius travaille pour le consultant McKinsey chargé de conseiller le gouvernement français sur la stratégie sanitaire alors que le père de ce dernier, Laurent Fabius préside le conseil constitutionnel qui valide les lois issu de ces consultations ne représenterait pas un conflit d’intérêt. Précisons que la question est filmée en caméra cachée. Attali n’a visiblement pas l’habitude de se voir poser des questions dont il n’a pas les réponses. Plus généralement, il a pour habitude de faire les questions et les réponses et n’est interrogé que par des cons plaisants. Sauf que parfois, la machine pourtant bien huilée s’enraye.

Il est intéressant de voir la réaction d’Attali. Sa première réaction épidermique est une réaction de petit marquis de la Mafia. Attali demande à son interlocuteur s’il est enseignant dans cette école. Il s’agit donc pour lui de déterminer à qui il a affaire pour mettre en place d’éventuelles représailles. C’est la méthode typique du bandit.

Et puis, voyant qu’il n’y arrive pas et dépourvu de tous moyens, Attali nous fait le couplet de “je vous laisse à vos commentaires complotistes”. “Je vous plains d’être aussi stupide”… Désormais on le sait, quand Attali est en difficulté, Attali menace et Attali insulte. Il aurait pourtant été tellement plus simple de répondre par “oui” ou par “non” à une question correctement posée et étoffée par des faits précis.

Quels enseignements tirer?

Un fait est encourageant. Les partisans et les acteurs du plan sont très fébriles. Cela ne veut pas dire qu’ils ne sont pas puissants. Toutefois, leur fragilité est proportionnée à leur sentiment de toute-puissance. De même, ils mettent en oeuvre un plan alors qu’ils sont parfaitement conscients des effets néfastes de leur entreprise sur les peuples qu’ils méprisent. Rappelons que Jacques Attali est partisan d’un nouvel ordre mondial, dirigé par un gouvernement mondial qui siègerait à Jérusalem sou la conduite de qui? Ben de Jacques Attali pourquoi pas? après tout les génies doivent être à leur vraie place. Je suis sûr que notre homme se voit bien trônant dans le temple reconstruit.

Blague à part, ce film qui est devenu viral en quelques heures sur les réseaux jette une lumière crue sur ce qu’est Jacques Attali. En effet, Attali apparaît comme un minable, de mauvaise foi, et abusant pour s’en sortir de ficelles grosses comme une cuisse de sumo. Sache-le désormais cher lecteur, le simple fait de poser une question qui déplaît au prince sera considéré comme complotiste et ce, même si la question est pertinente. Personne ici ne viendra dire que la question manquait de pertinence. Attention que le terme de “complotiste” ne devienne pas une légion d’honneur.

Jacques Frantz

6 commentaires

  1. Ce charmant petit monsieur n’a pas l’habitude d’être contredit visiblement… même le Z, grand débatteur à ce qu’on dit, n’était pas parvenu à faire aussi bien lors de leur joute oratoire très convenue du reste… Qu’il se calme, le père Jacques, le ridicule tue à ce jour moins que la piqûre réputée magique !

    1. Comme tu le dis Isabelle, le débat était très… « courtois ». j’y ai fait une allusion indirecte dans mon article consacré à Zemmour. Cependant, ce qui était déjà apparu à l’époque, c’est l’inaptitude de Jacques Attali à débattre. Ça lui avait été dit du reste à l’époque. Il avait fait une réponse intéressante du style:  »
      « Je suis comme un lapin dans les phares d’une voiture ». Et d’ailleurs ça se comprend. Attali ne débat pas ou débat mal, non parce qu’il en est incapable, mais parce qu’il ne peut défendre l’indéfendable. À sa place, n’importe qui serait bien en peine de soutenir le débat. Pour reprendre l’exemple de l’article d’aujourd’hui. Si Attali était parfaitement honnête, il dirait simplement que le conflit d’intérêt est évident, qu’il ne fait aucun doute que nos institutions dysfonctionnent. Après tout, il n’est pas directement responsable de la situation, du moins officiellement! Il lui serait donc facile de dire que c’est là une question légitime et que lui-même n’est pas qualifié pour y répondre. Au lieu de ça, l’homme est en panique. Et il est en panique pour plusieurs raisons:
      D’abord parce qu’il est surpris par la question. Il est même probablement surpris par le fait qu’une question dissidente ose s’inviter dans le débat. Ensuite, et c’est encore plus intéressant, parce qu’il agit et il s’inscrit en défenseur du système. À de nombreuses reprises, Attali, pour faire le malin qu’il est du reste, n’hésite pas à se présenter comme un dirigeant un peu occulte. Il est l’homme de l’ombre, le vrai décideur avec une vision qui dépasse les mandats de l’exécutif et du législatif. Cependant là, il a été pris par surprise du fait que quelqu’un du ruisseau, de l’égout ose s’adresser à lui pour le mettre en difficulté.

  2. voilà une détestation d’un intégriste catho partagée dans es mêmes termes avec un islamiste de la tendance frériste.
    Voir ci-dessous les intervention dudit « Croissant de Lune » dans un débat initié par le site oümma.com
    Les mesures d’Emmanuel Macron pour lutter contre le « séparatisme islamiste  »
    https://oumma.com/les-mesures-demmanuel-macron-pour-lutter-contre-le-separatisme-islamiste/

    Tous les deux aveugles, ces portevoix de communauté actives intransigeantes et opposées en apparence s’inspirent pourtant d’un cadre de pensées strictement identique qui enferme les individus dans une communauté aux règles de vie en société établie par une autorité supérieure. Il s’en suit un rejet absolue de la libert é et des processus juriques instituions concourrant à sa concrétisation dans la vie réelle et sociale. Tous deux sont pour la sacralisation de la famille reproductrice , contrela reconnaissance du chois des orientations sexuelles, contre le droit personnel de la femme à l’avortement… et contre le progrès de la connaissance et des sciences dès lors qu’ils renversent cet ordre naturel.. créé de toute éternité.
    Cette identité de pensée est particulièrement prégnante dans les positions sur la covid, dont on nie la dangerosité et dont on refuse le vaccin parce qu’il porterait atteinte à la nature humaine.
    Sur ce substrat anthropologique de toute pensé autoritaire, chacun d’eux vilipendent tous ceux qui se réclament des idées libbérales et de progès, pour engager d’un cœur léger la société dans une confrontation d’autant plus mortifère .que l’humanité dispose de moyens techno scientifiques considérables.
    Heureusement que hors des intégristes etfondamentalistes de tout bord, des libéraux conscéquents regardent les réalités en fade et lancent des débats en forme de pont :
    Pour une approche humaniste du dialogue interreligieux
    https://oumma.com/pour-une-approche-humaniste-du-dialogue-interreligieux/

    1. Par pure charité chrétienne envers un vieil homme qui s’ennuie, je vais essayer de répondre à ce qui est rédigé de manière à peu près cohérente. D’abord je m’étonne Descargues que tu critiques des Musulmans. Serais-tu devenu raciste? Finalement ça ne m’étonnerait pas. Les gauchistes à la mauvaise foi crasse pratiquent l’inversion accusatoire comme certains ont un penchant pervers à prendre obstinément Cupidon à l’envers. Parce que la question de l’homosexualité est l’une de tes obsessions à en croire la régularité avec laquelle elle revient. À dire vrai, j’ai du mal à comprendre deux choses:
      1. Comment se fait-il que tu aies tant de peine à simplement admettre que des gens puissent penser à l’opposé de toi? Es-tu si convaincu que ta communauté de pensée humaniste autoproclamée aurait le monopole du bien comme Mitterrand avait le monopole du coeur? Cela me brise le coeur de te décevoir, surtout qu’à ton âge, les déceptions sont très certainement plus difficiles à encaisser. Cependant, je suis au regret de te dire qu’il y a plus de gens que tu crois qui pensent autrement. Certains, par exemple, pensent que la pratique homosexuelle est une pratique contre nature. Ils pensent cependant que la pratique entre adultes consentants regarde les seules personnes concernées dès lors qu’elle se cantonne à la sphère strictement intime. En revanche, dès lors qu’elle se transforme en un prosélytisme exhibitionniste aux revendications déraisonnables, il est normal que des résistants courageux, parfois au prix de leur réputation, de leur carrière ou de leur position sociale, s’inscrivent en faux et le disent. Je sais qu’il est dur pour un adepte de la pensée unique d’entendre ou de lire quelqu’un qui pense autrement. On le voit d’ailleurs dans la vidéo d’Attali que j’ai diffusé dans mon article publié le 4 décembre.
      https://jacquesfrantz.com/2021/12/04/attali-se-fait-dessus-en-public/
      Attali est tout simplement incapable d’admettre une contradiction, fût-elle interrogative et courtoise. Je crois que tu fais partie de ceux pour qui la pensée alternative est intolérable. J’espère que cela se soigne, parce que sinon, il va être difficile de vivre avec.
      2. Pourrais-tu, s’il te plaît m’expliquer avec des phrases simples et convenablement rédigées, ce qui te pousse à passer autant de temps sur ce blog? Outre le modeste talent de son principal rédacteur, je n’arrive pas à comprendre comment tu peux passer autant de temps à macérer dans une idéologie qui tinsupporte. C’est remarquable tu sais? Sais-tu à qui tu me fais penser? Tu me rappelles le personnage de l' »abonné au monde » des chroniques de Christian Combaz. Sans l' »abonné au monde », il manquerait quelque chose d’essentiel à ces chroniques. Aussi, pour répondre à certains de mes lecteurs qui me demandent pourquoi je ne bloque pas ton accès aux commentaires, je réponds que nous aussi, à notre échelle, nous avons besoin d’un gauchiste, d’un adepte de la pensée unique, aussi instruit qu’idiot, qui vient nous faire la leçon ou du moins le croit-il. En tout cas, j’espère que tout ce temps passé à exhumer de vieux articles que je ne me souvenais même plus avoir écrit ne te coûte pas trop d’aigreurs d’estomac. Prends tout de même soin de toi. À force de « sonder l’intégrisme », tu pourrais attraper un ulcère ou pire, tu pourrais découvrir qu’une partie au moins de ce qui est dit est vraie. Par conséquent, sois prudent, j’ai encore besoin de toi.

    2. Que l’on me permette d’y aller de mon petit préliminaire sur le thème de l’intolérance, puisqu’il semble que le Ministère de la Vérité ait promulgué une loi plus ou moins explicite selon laquelle la tolérance est obligatoire dans le monde orwellien des humanistes auto-proclamés. . Celle-ci, ayant admis qu’en bonne logique mathématique, deux propositions contraires ne peuvent être vraies en même temps et sous un même rapport, consiste à croire que ses propres convictions sont justes et que quiconque ne pense pas comme soi est dans l’erreur. Toutefois, cette intolérance peut trouver pour s’exprimer des formes très différentes. L’une d’entre elles consiste à prier pour que l’Esprit, se rendant présent à la personne qui se trompe, touche sa pensée et son cœur et que ce dernier s’ouvre enfin à la vérité. L’autre consiste à transformer en méchoui quiconque ne partage pas sa vision du monde. C’est cette même différence qui caractérise les deux intégrismes dont tu parles, cher Bernard, et qui, soit dit en passant, ne concernent à ma connaissance personne ici puisque, si je ne m’abuse, le propriétaire de ce blog n’est même pas catholique. Cela dit, je te laisse le soin d’apprécier auquel des deux se réfère chacune des formes d’intolérance que je viens sommairement de décrire.

      J’aimerais ajouter que je trouve toujours assez cocasses ces soi-disant champions des Droits de l’Homme adeptes des ponts et des débats ouverts entre les diverses opinions, qui viennent par ailleurs convoquer avec une courtoisie remarquable, à l’appui de leur argumentaire, des gens qui ne lisent pas le présent blog et qui par conséquent ne sont pas là pour se défendre, je veux parler ici du dénommé Croissant de Lune. Ces mêmes humanistes qui approuvent une classe politique verrouillant d’avance tout débat en imposant l’instauration d’un cordon pseudo-sanitaire autour de leurs idées via un arsenal législatif et judiciaire chargé de mettre hors d’état de s’exprimer quiconque ose faire entendre un discours discordant du narratif officiel sur divers sujets allant de l’histoire contemporaine à la situation actuelle. Les mêms qui, vantant à longueur de médias les belles avancées sociales (et surtout sociétales d’ailleurs) qu’ils appellent de leurs vœux, mais n’ont aucun état d’âme à sacrifier pour les mettre en œuvre ces inutiles que sont l’enfant à naître dans le ventre de sa mère, la personne handicapée qui prend davantage à la société qu’elle ne lui rapporte, et le vieillard dont on sait qu’il coûte plus cher à la sécurité Sociale au cours des 6 derniers mois de sa vie que durant tout le reste de son existence. 6 mois, c’est si peu de chose, n’est-ce pas ? ce ne sont là que quelques exemples pour illustrer la fascination qu’exercent sur moi ces partisans effrénés des Droits de l’Homme sans Dieu dont la réalité est tout le contraire des théories qu’ils affichent.

      1. Le commentaire d’Isabelle appelle chez moi quelques réflexions. Je reste toujours sans voix devant le culot et les méthodes de nos adversaires. Déjà par la capacité qu’ils ont ou qu’ils s’octroient à s’autoqualifier, à qualifier les autres et à dessiner les contours de la morale. Ainsi, ils se présentent en lumières alors que ce ne sont que des ombres. C’est-à-dire qu’ils appliquent le mal en clamant haut et fort qu’ils sont dans le camp du bien. Isabelle, que je remercie, a parlé de l’enfant à naître, des handicapés et des personnes en fin de vie. Voilà les cibles favorites des humanistes qui, (en même temps) n’hésitent pas à se faire les défenseurs des plus vulnérables.

        Alors qu’on se rassure, ils ont leurs « vulnérables à eux », les migrants, les femmes, certains délinquants ou les homosexuels qui obsèdent littéralement notre cher Descargues. Encore une fois, ils dessinent le cadre moral auquel toi, pauvre profane, (c’est-à-dire non initié), tu es sommé de te conformer. Et rien ne te sera épargné si tu ne t’y conformes pas. D’abord la diffamation. On n’a pas hésité à dire dans ces pages que je légitimais la mort des gens. Puis, comme ça ne suffit pas, on adopte des lois au rebours des libertés d’expression et d’opinion. Tout le monde connaît les lois mémorielles du stalinien Gayssot et du pourvoyeur de sang contaminé Fabius. Et puis le cadre se rétrécit à l’envie. Ainsi, critiquer la pratique homosexuelle devient un délit. On pénalise et on psychiatrise celui qui exprime autre chose. Au besoin, si le réfractaire est trop prudent, on lui prête des intentions ou des propos qui ne sont pas les siens. Jamais, par exemple, je n’ai ni dit ni pensé que le virus COVID19 n’était pas dangereux. Il l’est certes bien moins que ce que les autorités ont voulu nous le faire croire, cependant sur des sujets déjà fragiles ou sur des sujets qu’on a refusé de soigner il peut avoir des conséquences funestes. J’en sais quelque chose.

        Par conséquent, sachons neutraliser le narratif de ces prétendus humanistes. Et la meilleure façon de le faire est de ne jamais avoir honte d’exprimer ce que sont nos valeurs. La timidité, la retenue voire la honte doivent changer de camp. Arrêtons de nous sentir mal à l’aise en exprimant ce qui est vrai, ce qui est beau, ce qui est juste et ce qui est bon. arrêtons de nous sentir mal à l’aise en dénonçant ce qui est laid, faux, injuste ou destructeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.