FRANÇOIS DE SIEBENTHAL HOSPITALISÉ AUX SOINS INTENSIFS

FRANÇOIS DE SIEBENTHAL HOSPITALISÉ AUX SOINS INTENSIFS

L’opposant suisse au coup d’état covidiste François de Siebenthal a été hospitalisé à Lausanne.

Les médias de grand chemin en font des gorges chaudes. Pensez! François de Siebenthal, opposant qui n’a cessé de dénoncer les mesures disproportionnées contre la pandémie aurait contracté ladite pandémie, ce qui aurait nécessité un placement en soins intensifs.

Après avoir contacté des personnes assez proches de François de Siebenthal, la certitude selon laquelle le virus serait la cause des déboires de santé de M. de Siebenthal n’est pas si évidente. Je parle ici au conditionnel. Toutefois, d’un point de vue politique, l’affaire tombe à pic pour les acharnés du “oui” au pleins pouvoirs au conseil Fédéral. Je le rappelle en effet, la votation pour ou contre la loi COVID qui établirait dix ans de dictature en Suisse est demain. Or il existe de vraies suspicions sur le déroulement et la sincérité du scrutin. Et comme par hasard, François de Siebenthal est l’un des rares en Suisse à dénoncer la fraude électorale institutionnelle.

Sans aller jusqu’à imaginer qu’on aurait voulu attenter à la vie de M. de Siebenthal, je note simplement que sa réduction que j’espère temporaire au silence ne pouvait pas mieux tomber.

Jacques Frantz

3 commentaires

  1. Quand j’étais jeune fille (ça commence certes à dater un peu, gentil lecteur…), j’avais un professeur d’Anglais qui, pour nous tenir en haleine, utilisait lors de nos séances au laboratoire de langues un support pédagogique dont la trame était une histoire policière avec pour argument le vol d’un bijou. L’un des personnages, détective privé de son état, voyait d’un mauvais œil le héros de l’histoire, un homme que l’on soupçonnait d’être l’auteur du vol et qui, clamant son innocence, avait entrepris d’enquêter pour son propre compte. le détective qui semblait enrhumé en permanence puisqu’il passait son temps dehors à faire des filatures, s’interrogeait sur ce qui poussait cet homme à toujours se trouver sur son chemin, de préférence quand on ne désirait pas qu’il fût là. « Coïncidence », arguait le monsieur. Ce à quoi le détective privé répondit, avec un flegme tout britannique : « Je ne crois pas aux coïncidences. Je crois à l’arithmétique. 2 et 2 font 4. » C’est drôle mais j’ai l’impression de n’être pas très loin de ressembler à ce détective… le rhume en moins bien entendu !

  2. Pour moi, c’est clair: on a ordonné – qui? le Conseil Fédéral? – l’injection à M. de Siebenthal du poison de Pfizer, à son insu. Aussitôt vacciné, aussitôt malade, aux soins intensifs. Le but est évident: faire passer le « oui » à la loi Covid dans la votations de demain!

    1. Je resterai pour ma part très prudent et m’abstiendrai de spéculer sur les causes de ce qui s’est passé, surtout avec aussi peu d’informations. Même si j’ai approuvé le commentaire, j’aimerais assez qu’on s’abstienne de spéculations inutiles et vides de sens, surtout quand on n’a pas d’informations. Merci donc de ne pas accuser sans savoir de quoi il retourne. Je note au passage que la presse du Pouvoir s’est conduite comme à son habitude, c’est-à-dire sans respecter la déontologie, à commencer par le secret médical qui relève de la sphère privée. Prions donc pour que M. de Siebenthal sorte sans dommages de cette épreuve. Mes pensées vont vers ses proches qui sont dans l’angoisse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.