BONNES FÊTES DE PÂQUES DANS LA JOIE DU SEIGNEUR RESSUSCITÉ

BONNES FÊTES DE PÂQUES DANS LA JOIE DU SEIGNEUR RESSUSCITÉ

Mes chers amis depuis longtemps fidèles à ces pages.

La pâque de cette année a une saveur toute particulière.

À pâque, les Hébreux commémorent la sortie d’Égypte. Pour nous, chrétiens, c’est d’un joug encore plus lourd que nous sommes libérés, à savoir, celui du péché dont nous étions esclaves. Les esclaves que nous étions ont été rachetés au prix du sang. Dans la situation actuelle, ce n’est pas un hasard si nos autorités ont décidé, voilà un an, de nous confiner juste avant pâques. Fermer les églises à pâques restera comme une odieuse tentative de persécution.

J’ose espérer que ces fêtes de pâques marqueront le début d’une nouvelle libération. Libérons-nous de la dictature sanitaire. Personne ne nous rendra nos libertés. Il nous faudra les reprendre. Qui aurait imaginé que des acquis aussi précieux que prier, chanter, s’embrasser ou circuler seraient remis en question? Ces libertés, il faudra aller les arracher de nouveaux. N’attendez pas qu’un gouvernement bienveillant vous les redonne. Les Hébreux ont bien dû se passer de la permission de Pharaon pour quitter leur statut d’esclaves. Il en sera de même pour nous.

À ceux qui seraient tentés de perdre espoir, pensons aux disciples de notre Seigneur qui croyaient après la croix que tout était perdu. Comme j’aurais aimé être devant le sépulcre vide ce dimanche de résurrection. Sauf que pour ça il avait fallu vivre l’humiliation derrière le maître. Son procès puis sa mise à mort tellement injustes. Cependant, après l’injustice et le désespoir, Dieu rend justice, espoir et liberté à ses enfants bien-aimés.

Pour nous aujourd’hui, il n’est pas seulement permis d’espérer, il est interdit de désespérer.

Bonnes fêtes à tous!

Jacques Frantz

1 commentaire

  1. Juste un tout petit témoignage, je vies de passer une semaine à l’hôpital avec la Covid 19. Les premiers signes de ma guérison, complète à ce jour, se sont fait sentir le lundi de Pâques, par la grâce du Seigneur ressuscité car ce n’est pas la médecine qui m’a sortie de là. Je confirme, Jésus est vraiment vivant et rend la liberté, d’abord spirituelle bien sûr, mais aussi physique tant il est vrai que la maladie, bien que permise par Dieu pour notre croissance spirituelle, n’est pas son fait. Le mal est imputable à l’ennemi et à lui seul, mais notre Dieu d’amour est infiniment plus fort que cet adversaire qui, nous le savons, aura une fin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.