TROUBLE FAIT, JE DÉMONTE

TROUBLE FAIT, JE DÉMONTE

Cher lecteur, je viens de visionner la dernière livraison de la chaîne Youtube Trouble fait intitulée “Trump Biden, une élection presque parfaite”. À ceux qui ont eu la faiblesse de croire que ce garçon était de notre camp, voici un démontage de sa dernière vidéo que je vous invite à regarder avant de continuer l’article. Bon je sais qu’elle est un peu trop longue, surtout pour raconter de telles âneries, mais après tout, moi je prends du temps pour écrire des articles, alors il est normal que vous preniez du temps pour les lire. Eh oui! C’est comme ça! S’informer prend du temps. Alors si vous le voulez bien, je vous retrouve tout de suite après ceci.

Tout avait pourtant plutôt bien commencé. D’une manière générale, les vidéos sont bien écrites et bien montées. Cependant, je suis sûr que certains de mes lecteurs seront d’accord, il ne s’agit pas de savoir écrire pour que ce qu’on écrit soit la vérité.

Donc, si notre Youtubeur commence bien en nous rappelant que le traitement médiatique de l’action de Trump relève de tout sauf de l’information, ou que Trump s’est abstenu de faire la guerre et plus généralement de trop intervenir à l’étranger, vous allez voir qu’il dérape assez vite. Il commence par faire une critique du protectionnisme de Trump, prétendant que cela n’aurait donné aucun résultat. Sauf qu’il oublie de dire que la plupart des indicateurs macroéconomiques des États-unis n’ont jamais été aussi bons, ce qui ne fait que conforter ceux qui pensent que la crise sanitaire qui est venue tout gâcher en fin de mandat a été fort bien utilisée contre Trump. Je ne parle pas de complot, mais ça va venir.

Rome ne s’est pas faite en un jour, et les grandes entreprises américaines commençaient à voir rouge devant la menace de droits de douane élevés pour les produits fabriqués à l’étranger et vendus et consommés aux États-unis. Demandez donc à General Motors ce qu’ils en pensent. N’empêche que les délocalisations au Mexique ont dû être remises à plus tard. Nul doute donc qu’à moyen terme, la politique de délocalisation en Chine aurait été également mise en pièces.

Il est du reste intéressant de voir Trouble fait critiquer le protectionnisme de Trump dans la mesure où ce garçon roule pour Asselineau qui n’est pour moi qu’un minable ramasseur de miettes du souverainisme.

Il continue en nous rappelant, (ce qui est vrai), que le nouveau président des États-unis est gâteux, sénile et qu’il aimerait les filles un peu trop jeunes. À la place de notre Trouble fait, je serais prudent, surtout quand on sait que son maître à penser pratiquerait le droit de cuissage auprès de “jeunes collaborateurs”… Je m’empresse de préciser que les collaborateurs de Maître François ont l’âge légal pour “connaître” des adultes consentants, mais pas pour être harcelés. Je crois savoir que des procédures sont en cours à ce sujet et rappellerai que le justiciable Asselineau est à l’heure où j’écris présumé innocent. Je sais, c’est un peu hypocrite de ma part, mais contrairement à mon youtubeur qui peut se permettre d’accuser Biden de ce qui est un secret de polichinelle, (vu le peu de chances que Robbinet regarde les vidéos de Trouble fait), je n’ai pas envie, moi, de tâter de la correctionnelle. Tout cela est bel et bon, mais on le savait déjà. Tout comme on savait déjà que Kamala Harris était en réalité le vrai Président des États-unis. Bon! Je ne vais pas être chien, j’ai bien aimé l’image du viager.

Ce qui est tout à fait détestable dans cette vidéo, c’est que notre vidéaste n’hésite pas à cracher sur les mêmes médias de propagande que moi tout en y ayant recours dès que cela l’arrange. Ainsi, il renvoie dos à dos les deux camps en critiquant le camp Biden qui a fait campagne depuis sa cave avec quelques militants ridicules klaxonnant dans leur bagnole, et les foules venant applaudir Trump sans les précautions antivirales d’usage, rappelant au passage que le virus a circulé davantage dans les États républicains. Sauf qu’il omet de dire que la manière de dénombrer les cas et les décès varie et semble plus que douteuse. Il lui aura probablement échappé que le virus a “célébré” l’investiture du nouveau Président en ralentissant sa course, à telle enseigne, que CNN a supprimé le compteur des morts qui s’affichait à l’écran jusqu’à l’arrivée du messie. “Les gars, on n’a plus besoin de ça, il est élu maintenant”.

Je vous passe les inexactitudes sur le nombre d’États qui ont contesté, pour arriver à ce qu’il y a dans cette vidéo de plus scandaleux.

Drapé dans une impartialité qui le mettrait à l’abri de toute critique, notre analyste de choc a, comme on l’a vu, très souvent tendance à reprendre à son compte les manipulations médiatiques. Ainsi, je regrette de n’avoir pas fait le compte du nombre de fois où il emploie les termes de “complotistes” ou “complotisme”, allant jusqu’à citer pour appuyer son propos, Tristan Mendes-France, connu pour son objectivité (c’est ironique). J’en profite pour dire que si on voulait nous lâcher un moment avec QAnon ça nous ferait des vacances. Parce que si cela n’avait pas été les médias de propagande et les prétendus dénonciateurs de la théorie du complot, je n’aurais, à titre personnel, jamais entendu parler de QAnon. C’est à se demander si tous ces gens ne font pas de la propagande pour ce Q dont j’ignorais jusqu’il y a peu l’existence.

J’en arrive aux preuves: “Pas besoin de montrer des preuves quand on prêche à des convertis” nous dit notre docteur en politologie. Piquer des trucs chez QAnnon d’un côté et BFM de l’autre ne saurait être un gage d’objectivité.
Tout d’abord, et on a tendance à trop souvent l’oublier, n’importe quel candidat à quoi que ce soit qui s’estime floué a le droit de contester les résultats devant la justice. Comme cela a été rappelé, Al Gore l’a fait en 2000, ce qui prouve que le système électoral américain aurait bien besoin d’être réformé, mais ce n’est pas le sujet. Je n’exclus pas de traiter la question dans un autre article. En attendant, contester le résultat ne fait pas du perdant un “mauvais perdant”. D’autant que ce que notre politologue de pacotille oublie de dire, c’est que des preuves et des témoignages ont été fournis en masse. Pour avoir, contrairement à lui, assisté à quelques audiences judiciaires, j’ai été scandalisé de la manière avec laquelle la justice a refusé de manière systématique d’examiner les preuves fournies par la campagne Trump. Et je ne parle pas des faits de manipulations médiatiques d’avant l’élection, comme les faux sondages destinés à influencer le résultat. Je ne me hasarderai pas à une théorie sur la raison qu’a eu la justice d’agir ainsi, mais les faits sont têtus. Si notre grand donneur de leçons en impartialité avait un peu creusé son sujet, il se serait demandé pourquoi aucun journaliste d’investigation (du moins à ma connaissance et à la sienne), ne s’est sérieusement penché sur le sujet au moins pour réfuter les nombreuses preuves et témoignages apportés par le candidat malheureux. Ici, on se contente de répéter comme LCI, CNN ou BFM qu’il n’y a pas de preuves, allant dans certains cas jusqu’à censurer le Président lorsqu’il a des propos qui dérangent. Vous ne trouvez pas que c’est un peu court?

Nous en arrivons au 6 janvier et à l’“attaque” du Capitol. Là, le titulaire de la chaire d’impartialité de l’Université François Asselineau s’est surpassé. Parce que s’il avait été honnête, il aurait reconnu que déjà au XXe siècle le Capitol avait été envahi, (par l’extrême gauche il est vrai donc c’est excusable), que jamais Trump n’a appelé à pénétrer à l’intérieur du bâtiment et qu’effectivement, des antifas ont été vu à l’intérieur. Si Docteur S. objectivité avait fait sérieusement son travail, il aurait découvert que le militant d’extrême-gauche John Sullivan était poursuivi pour son action dans les bâtiments du Congrès. Pour le reste, des enquêtes sont en cours et nul doute que la lumière sera faite et que les responsables seront connus. Je suis sûr qu’on ne tardera pas notamment à savoir comment la bête immonde a pu pénétrer aussi facilement dans un bâtiment aussi sécurisé. Cependant il est malhonnête d’imputer à Trump la responsabilité de ce qui s’est passé. Trump avait, comme tout citoyen, le droit de manifester ce jour-là et de mener son action de contestation. Quant aux cinq morts qu’il faut déplorer, on aurait aimé qu’ils eussent le même traitement médiatique que le voyou George Floyd. J’ajoute que l’incursion au Capitol n’est rien à côté des violences des BLM de juin dernier. Il est vrai que là c’est pour la bonne cause. Même si je ne partage pas toujours les stratégies de Trump, dire qu’il a lâché ses partisans en condamnant cette action n’est pas malhonnête, c’est tout simplement abjecte. Pas de problème, c’est du niveau d’Asselineau quand il piétine les platebandes souverainistes tout en traitant de racistes ceux qui évoquent le grand remplacement. Que n’aurait-on pas dit si Trump n’avait pas condamné.
J’ajoute en dernière minute cet article éloquent.
Pour ce qui est des grâces, là encore, on nous sert la vulgate médiatique. Les tenants et les aboutissants de ce qui était reproché à Bannon ne sont pas connus. Ce que l’on sait en revanche, c’est qu’étant donné la persécution entre autre judiciaire, dont font l’objet les partisans de Trump, il est assez compréhensible que Trump, comme ses prédécesseurs, ait eu recours à son droit de grâce. Quant à la déception que je partage de ne pas avoir vu graciés Assange et Snowden, je reconnais qu’elle a jeté le trouble parmi les partisans de Trump. Je pense cependant qu’en coulisses, se sont passées beaucoup de choses que nous ignorons. Tant que Trump n’aura pas eu l’occasion de s’expliquer publiquement sur ces questions, je serais, contrairement aux esprits habités par la haine, tenté d’accorder le bénéfice du doute auquel tout homme, même politique, a droit.

Enfin, l’action de censure innommable des plateformes de réseaux sociaux et des médias est probablement la meilleure preuve de la fraude massive. Parce que si cela avait été un mensonge, le menteur n’aurait pas soutenu le débat. Mieux, les médias auraient eu tôt fait de démonter voire de pulvériser les assertions mensongères. Or on a, comme toujours, préféré faire taire le menteur plutôt que de le démasquer par un débat d’où sortirait la lumière. Et qu’on n’aille pas me dire que les plateformes ont agi de façon unilatérale. Elles ont obéi à l’État profond. Du reste, en s’octroyant un droit de regard sur ce qui est publié, les réseaux sociaux deviennent des éditeurs. Je note au passage que la chaîne de Trouble fait va elle très bien et, à l’heure où j’écris, ests toujours ouverte. Je n’y vois là que la récompense de son impartialité.

Ceci me conduit à conclure que les soupçons de fraudes sont très fondés. L’écart de voix entre les deux candidats ainsi que l’inversion concomitante de certains résultats est difficilement explicable. Et contrairement à ce qui est dit dans la vidéo, le clivage n’est plus entre démocrates et républicains, puisque les républicains les plus conservateurs, (notamment ceux qu’on a appelé les néoconservateurs comme Bush et Cheney), ont depuis le début rallié Biden. Dans ce contexte, si’l ne faut pas exclure que des républicains ont fraudé, ils l’ont fait, mais pour Biden.
On attend du reste les plaintes pour fraude des démocrates. Tout comme on attend une réforme de fond en comble du système électoral américain. Enfin, de moins en moins nombreux sont ceux qui croient que les États-unis de Bush et d’Obama sont la plus grande démocratie du monde.

Jacques Frantz

3 commentaires

  1. Désolé à ceux qui auront reçu deux fois le même article. Pour des raisons techniques, j’ai voulu faire une mise à jour qui n’a pas très bien fonctionné. Du coup, j’ai été obligé de supprimer et de republier. Cela dit, la mise à jour me semblait importante.
    À vous lire!

  2. ces gens ne savent plus qu’inventer, décidément ! Il y a quelque chose d’intellectuellement fascinant à observer jusqu’où peut mener l’ingéniosité au mal…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.