UN « OUI FRANC ET MASSIF

UN "OUI FRANC ET MASSIF

On n’avait pas vu ça au moins depuis Leonid Brejnev. Le résultat du référendum catalan est sans appel. Avant même d’exister, la Catalogne annonce que si elle est indépendante, elle sera une république bananière.

C’est drôle, mais plusieurs choses m’étonnent dans cette parodie de référendum à qui j’ai déjà consacré un article hier.

D’abord, la faiblesse du “oui”. Il y a là-dedans quelque chose d’illogique: La Généralité catalane profite de sa position pour organiser un scrutin inconstitutionnel voire factieux. L’autorité espagnole tout naturellement l’interdit. La Généralité catalane passe outre l’interdiction, ce qui déclenche une répression policière visant à faire respecter l’ordre constitutionnel. En conséquence, la simple participation au vote constitue un acte de désobéissance à l’État espagnol. Donc le simple fait d’aller voter implique qu’on est en faveur des factieux. Eh bien malgré cela, les résultats indiquent que 90% seulement des votants ont voté “oui”. Ce qui signifie que 10% moins les votes “blancs” ont voté “non”. Si j’ai bien compris, ceux qui ont voté “non” ou “blanc” l’ont fait par loyauté à l’État espagnol. Or comment peut-on d’un côté être loyal à l’État espagnol en accomplissant un geste déloyal? Il est donc évident que 100% des participants auraient dû voter “oui”. Je pense donc que les 10% de “non” ne sont là que pour crédibiliser le scrutin.

Ensuite, on ne compte plus les faits de corruption impliquant la Généralité catalane. Il y a donc lieu de pendser que les provocations d’ycelle n’arrivent pas par hasard.

Enfin, il y a la dénonciation des violences policières. Effectivement, devant les provocations de la clique de voyous catalans, l’État se doit de réagir. Il faut quand même savoir que la police autonome catalane qui a pour misssion de faire respecter l’ordre, a participé à cette désobéissance. En conséquence, la police loyaliste se doit de faire respecter l’ordre face aux factieux. Et puis je suis désolé lecteur, mais j’ai la mémoire longue. Aussi, quand j’entends les propagandistes de France Info s’indigner de ce qu’on ait pu tordre le bras à quelques petits vieux subversifs qui avaient bravé les ordres en allant voter, je ne peux que m’étonner de leur silence au moment des répressions contre les poussettes de la manif pour tous. Y aurait-il des causes qui justifieraient des violences policières à l’égard des plus faibles? La question mérite d’être posée non seulement aux propagandistes d’extrême gauche payés par le contribuable, mais encore au Catalan Manuel Valls. Décidément, on n’en sort pas.

Jacques Frantz

1 commentaire

  1. Tout cela est bien triste. Tant de concessions au nom de la sacro-sainte réconciliation nationale pour en arriver là…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.