POLLUTION, LE FLÉAU DE L’HIVER

POLLUTION, LE FLÉAU DE L’HIVER

Depuis le début du mois de décembre, pas un jour ne se passe sans que nous entendions parler de pollution. Alors je ne sais pas vous, mais moi il y a des jours où les incohérences du pouvoir en place me les brisent.

Ce matin, j’ai attrapé un coup de sans au déclenchement de mon radio-réveil. Je suis certain que si mon médecin savait ça, il me supprimerait mon joujou. Il aurait probablement raison. Je vous fais juge:

On nous parle presque chaque jour de pics de pollution qui s’accompagnent de toute une série de mesures destinées à “emmerder” la population, c’est-à-dire les gens qui ont besoin de leur voiture pour aller bosser et ceux qui ont eu le culot d’oser se faire une cheminée par souci de confort bourgeois et dépassé. Un jour c’est la circulation alternée, un autre jour on interdit le feu de bois… J’en passe et des meilleures. Vous verrez, on finira par obliger ce con de contribuable électeur à se glisser un filtre à particules fines dans le slip pour péter propre. On s’étonnera ensuite que le citoyen, lassé d’être pris pour un pélican, vote “populiste”. Donc, ce matin, j’ai attrapé un coup de sang en entendant Martial Saddier. J’aurais préféré entendre Martial Bild, mais que voulez-vous on était sur France info. Je ne vous cache pas que je n’avais jamais entendu parler de ce Martial Saddier qui risque fort, et j’en ai honte, de s’enfoncer très vite dans le magma dense et glauque de ma mémoire. Pourtant, M. Saddier n’est pas n’importe qui. Cet homme politique à qui les confortables indemnités et défraiement en tous genre liés à son mandat de député ne suffisaient pas, est aussi président du Conseil national de l’air, sous tutelle du ministère de l’écologie. Je note au passage que le fait que M. Saddier soit député de l’opposition (les républicains) ne l’empêchent pas de présider une organisation sous la tutelle d’un ministre socialiste. Et toute conclusion hâtive selon laquelle les étiquettes politiques ne sont que des postures pour amuser la galerie et se partager les postes et les juteuses fonctions ne saurait trouver place que dans les propos mensongers de l’extrême-droite.

Ce matin donc, Martial Saddier intervenait non seulement entant que président de ce machin dont jusqu’à ce jour j’ignorais l’existence, mais encore entant que député de Haute Savoie, victime d’un record de pollution. Vous suivez toujours? On apprend donc que la vallée de l’Arve, où se trouve Chamonix, vit une pollution sans précédents. C’est fort dommage, parce que moi quand j’entends “Haute Savoie”, je vois des paysages au blanc immaculé et des chalets de bois. Aussi, pour rectifier cette image très écornée, le député président nous explique que cette pollution est exceptionnelle, qu’elle est due à des conditions météorologiques extraordinaires, ce que je n’ai pas de mal à croire, étant donné que la région enregistre un mois de décembre sans précipitations avec un stratus qui emprisonnent les masses d’air froid en basse altitude, et, par conséquent, la pollution de l’air. Parce que déjà que les stations de sports d’hiver souffrent du manque de neige, (on y reviendra), il ne faudrait pas en plus ruiner la saison touristique avec cette histoire de pollution. À grands renforts d’avis d’experts, M. Saddier nous explique que cette pollution est due surtout aux gens qui osent se chauffer au feu de bois. En revanche, les milliers de camions qui empruntent quotidiennement dans les deux sens le tunnel du Mont-blanc ne sont pour rien ou presque dans la pollution de l’air. C’est toi pauvre c. de citoyen qui en te chauffant ou en faisant griller tes diots à un bon feu de sarments, qui empoisonne tes voisins. Aussi M. Saddier, qui n’est pas député président pour rien, a la solution: donner 2000 euros à chaque possesseur de cheminée de sa région pour équiper la cheminée avec un foyer fermé. Donc fini les flambées et les soirées au coin du feu. De toute façon c’est pas cher, c’est l’État qui paie.

Le problème auquel nous sommes ici confrontés, c’est le problème de l’écologie politique voire idéologique. Et c’est là que se trouve la vraie pollution. En effet, s’en prendre aux camions, c’est non seulement s’en prendre à la rampe de situation que constitue l’encaissement des péages de l’ATMB aux-quels, soyons en sûrs, M. Saddier n’a aucun intérêt direct ou indirect, mais encore, c’est s’attaquer au dogme idéologique de la libre circulation des biens et des personnes.

On assiste au même procédé mensonger s’agissant de la pollution de l’air à Paris. Tout est de la faute des automobilistes. Et les particules dues à la combustions du charbon dans les centrales allemandes? me direz-vous! Eh bien non, car c’est du charbon qui ne pollue pas puisque les allemands sont revenus à la production d’électricité au charbon pour une bonne cause, la sortie du nucléaire.

Si j’ai bien suivi, à Chamonix c’est la combustion de bois qui pollue et pas du tout les gaz d’échappements, alors qu’à Paris ce sont les gaz d’échappement qui polluent, et pas du tout la combustion de charbon. Vous ne voyez pas la logique, Moi oui, et elle est simple: dans tous les cas c’est le citoyen qui est pris pour cible. Rouler en voiture, se chauffer devant un bon feu de bois ou prendre un bain est un comportement irresponsable. En revanche, transporter sur des milliers de kilomètres ce qu’on peut produire localement, revenir à l’âge de pierre pour produire de l’électricité ou faire fonctionner à plein régime les canons à neige pour que les bobos puissent faire du ski, voilà des comportements parfaitement propres. Oui parce que j’oubliais que l’utilisation des canons à neige constituent une pollution sans égale et un gaspillage massif d’eau douce. Or M. Saddier est bizarrement discret sur ce point pourtant essentiel pour l’environnement de sa circonscription.

En conclusion, je résiste et je vous invite à faire de même. Prenez des bains si ça vous chante et séchez-vous au feu de bois. Et comme je l’ai dit dans un précédent article, laissez le tri sélectif à ceux qui sont aux 35 heures.

Jacques Frantz

2 réflexions au sujet de « POLLUTION, LE FLÉAU DE L’HIVER »

  1. France Info, ah bon, ça existe encore ? Il va être plus que temps que des mesures draconiennes soient prises, la première d’entre elles étant de renommer ce crachoir à propagande en France Désinfo ! Quant aux incohérences du pouvoir, cela me rappelle Pierre Desproges avec l’une de ses chroniques de la haine ordinaire, où il parlait de l’atome du bon vieux temps du sieur Tazzieff qui, à en croire les écologistes idéologiques, était sûrement en sucre… Bref, de quoi rire avant d’avoir à pleurer de leur accumulation de bêtises, qui, chose étrange, me brise à moi aussi même ce que je n’ai pas !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s