La monarchie, dernier recours dernier secours?

En France, c’est confus, c’est diffus, mais nous le ressentons tous, nous vivons dans une république finissante. Pour se maintenir, le régime est contraint d’user des armes du pauvre: propagande mensongère, répression sélective et pression fiscale infernale. Un régime qui agit de la sorte est forcément un régime faible. Comme se fut le cas en d’autres temps, certains parmi ceux qui ont encore une mémoire, se souviennent que ce régime est né par la force et dans le sang. La révolution française c’est d’abord le régicide et le génocide.
Alors bien évidemment, lorsqu’à tort ou à raison on pense que la démocratie républicaine n’est capable de nous produire que des François Hollande, des Manuel Gaz ou du Pierre Bédié, on peut légitimement se poser la question légitimiste.
On peut tourner nos yeux et regarder par-delà le Chanel et s’attendrir devant ce royaume si uni dès lors que l’enfant paraît. à l’heure où j’écris cependant les paparazzi en sont toujours pour leurs frais à attendre devant Saint Mary Hospital que le bout de chou peut-être un jour roi ou reine d’Angleterre pointe le bout de son nez. Il est vrai qu’il y a quelque chose de touchant devant un pays qui, par delà ses divisions s’apprête à faire des guili guili au Royal Baby par presse interposée.
Cela dit je m’interroge quand même parce que pendant que le bon peuple retient son souffle devant une maternité, la vieille reine signe sans sourciller les lois qui permettront sous peu aux gens de même sexe de se marier et de recourir à des mères porteuses pour consommer de l’enfant. Donc une mère naturelle c’est bon pour les enfants-rois, mais quid de la protection des sujets les plus faibles?
J’entends déjà les commentaires de ceux qui m’objectent que la pauvre reine ne pouvait rien faire que signer, que la reine ne se mêle pas de politique et qu’elle se porte garant du royaume, de son intégrité et de sa cohésion sociale. T’as qu’à croire.
Et si la reine avait refusé de signer? si la reine avait proféré un royal « fuck off » à cette coalition par-delà les clivages classiques qui veut dénaturer le mariage et faire exploser la cohésion sociale dont elle se prétend la caution? Après tout cela s’est vu en Angleterre un souverain opposé au parlement!
Par confort peut-être, par atavisme sénile, la reine a dénié à une partie de ses sujets d’avoir demain le droit à un père et une mère.
Que se serait-il passé si la reine avait fait preuve de simple bon sens en refusant le sceau royal à une pareille abomination à la fois civile, civique et religieuse. Car on à tendance à trop souvent l’oublier, mais la reine est aussi à la tête d’une Église. Elle est donc la garante de la fidélité de son pays et de ses sujets à Dieu et à sa parole. De deux choses l’une: ou le gouvernement obtempère et gagne du temps en remettant aux calendes une mesure qui n’a objectivement aucun caractère d’urgence,ou le gouvernement se crispe et choisit la crise de régime pour complaire à une minorité. Après tout, le Premier ministre Baldwin et le roi Edouard VIII n’ont pas hésité à s’opposer. Peu s’en souviennent du reste, mais il s’agissait déjà d’une histoire de mariage. Le roi Édouard en a certes été pour ses frais et pour son trône, mais pas pour son honneur.
Je comprends assez mal comment en 1937 le royaume-uni et sa famille royale ne pouvaient pas vivre avec un souverain marié à une femme divorcée et que quelques 76 ans plus tard, une reine peut signer une loi dénaturant et entachant le mariage de façon irréversible. Il est vrai qu’elle aurait pu être, ce qui n’est pas si sûr, simplement déposée. A-t-on vraiment besoin d’une reine mémère qui cachetone au palais de Buckingham avec des chapeaux ridicules et qui fait des enfants mal élevés aux grandes oreilles? Ont-ils besoin d’un souverain même plus capable par confort de protéger l’essentiel?
Le roi Baudoin de Belgique avait été à peine plus courageux en 1989 lorsqu’il avait trouvé un artifice juridique pour ne pas signer la loi inique autorisant l’avortement tout en se maintenant au pouvoir.
La réalité, n’en déplaise aux monarchistes, c’est que les monarchies d’Europe sont aux avant-postes pour ce qui est de l’adoption des lois les plus nocives pour la chrétienté voire la survie de notre civilisation occidentale.
Ben oui c’est comme ça. Le Benelux, les pays nordiques, l’Espagne et maintenant le Royaume-uni sont à la pointe du « progrès » en matière d’avortement, d’Euthanasie, de libéralisation du trafic de drogues et du mariage entre paires de même sexe. J’entends dans l’entourage des royalistes me dire que l’éventuel Henri VII serait contre. Oui, mais une fois sur le trône avec des socialistes disposant de toutes les commandes du pouvoir, aura-t-il le même courage, ou s’aplatira-t-il en signant les textes les plus iniques pourvu qu’on le laisse parader avec des chapeaux ridicules ou chasser l’éléphant?

Non, franchement, je n’ai pas grande confiance!

Jacques Frantz

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s