Le cochon de contribuable paie l’entrée au stade à Valls et à ses moutards.

Depuis la finale de samedi soir qui a vu (Allah les bénisse) le FC Barcelone remporter comme prévu la Ligue des champions, l’affaire de Manuel Valls se rendant à Berlin aux frais du cochon de payeur a fait couler beaucoup d’Encre.

Alors vous me direz qu’il est très difficile de ne pas sombrer dans la démagogie. Je vous le concède, tous les détenteurs du pouvoir ont, à un moment, cédé à des caprices hors de portée de nos bourses. D’une part, ces gens-là ont un sens des réalités bien à eux, c’est le moins qu’on puisse dire, et d’autre part, si 19 000 euros semblent une bien jolie somme pour le Français moyen que je suis, c’est une goûte d’eau dans le budget de l’État. Par conséquent, il serait démagogique de ramener ça aux 5 millions de chômeurs ou à l’extrême pauvreté qui prévaut chaque jour un peu plus dans le pays. Valls, aurait regardé le match à la télévision que ça n’aurait pas donné du travail à un chômeur ou un logement à un pauvre.

En revanche, la valeur symbolique est très élevée. On voit tous cette image de Valls répondant à Marion Le Pen la bave aux lèvres “Vous n’êtes pas la France”. Vous avez tous dans les yeux l’image de ce petit marquis aux méthodes franquistes écumant de haine. Pourtant, si quelqu’un n’est pas la France, c’est bien Manuel Valls.

On constatera pour commencer qu’aucun club français n’était qualifié pour cette finale. Si ça avait été le cas, on aurait compris que le chef du gouvernement assiste à la finale, ne serait-ce que pour encourager une équipe qui nous représente. Non, là, ce caudillo de poubelles est allé soutenir le club de son coeur, le FC Barcelone. Parce que le Barça est exactement à l’image du football d’aujourd’hui, et est exactement à l’image de Manuel Valls. Le fric, la triche (par dopage) et le Qatar jamais loin.

On constatera ensuite que ce qui fait vibrer Manuel Valls, ce n’est pas la France. Manuel Valls est né à Barcelone. La France c’est sa patrie de carrière, sa patrie de gamelle. La France c’est son tremplin pour être quelqu’un. Non Manuel Valls n’est, n’a jamais été et ne sera jamais la France. Il est né à l’étranger de parents étrangers. Il connaît les valeurs de la République (qu’il reste à définir), mais il méconnaît les valeurs de la France. Il déteste tout ce qui fait la France. Son histoire,ses valeurs et surtout son avenir.

Donc pas de leçons, rembourse tes voyages privés et surtout surtout dégage!

Jacques Frantz

Démission de Sepp Blatter, on ne va pas pleurer

Vous allez me dire que j’ai un avis sur à peu près tout et c’est à peu près vrai.

voilà pourquoi j’ai quelques raisons de me réjouir, mais aussi de m’inquiéter de la démission ce soir de Sepp Blatter, 4 jours à peine après avoir été reconduit à la tête de la FIFA. Depuis plusieurs années pourtant, Sepp Blatter sentait le soufre. Malgré cela, il semblait inamovible. Les accusations de corruption, les rackets de la FIFA, les scandales autour des attributions de compétition, l’attribution de la coupe du monde à la dictature du Qatar, rien n’y faisait. Blatter, malgré un ballotage vendredi 29 mai était réélu pour un cinquième mandat à la tête de la FIFA. D’un coup, en moins d’une semaine, le vieux valaisan devait jeter l’éponge.

Franchement je ne vais pas pleurer. Pour moi, Blatter restera celui qui a sali la coupe du monde qui, enfant, me faisait rêver. Bon n’exagérons rien non plus. On ne peut pas dire que la coupe du monde sous l’ère Havlange brillait par sa propreté virginale. L’attribution de la compétition à l’Argentine de Videla ou les arbitrages grossiers en faveur du pays organisateur ne rendaient pas la compétition particulièrement reluisante. Cependant les choses ont pris un tournant effréné. Corruption, dopage, un jeu pourri parle fric, tout cela s’est accéléré. Alors on ne verra pas d’un mauvais oeil, pour une fois, la mise à l’écart de quelqu’un qui, à près de 80 ans, n’a pas su décrocher à temps. Le pouvoir est décidément une vraie drogue.

Pour autant je suis un peu chagrin car rien ne pouvait mettre fin au règne du vieux Suisse, sauf le F.B.I. Il est fort dommage que seuls les États-Unis soient en mesure de rendre la justice. Car la justice des États-Unis n’est pas nécessairement la Justice.

Jacques Frantz