GRÈCE, UNE FOIS DE PLUS LES SONDAGES AVAIENT VU JUSTE!

Samedi soir encore, les médias du système donnaient le oui et le non au coude-à-coude. Ceux qui rêvaient de faire de jolis profits en bourse à l’ouverture des marchés européens lundi matin en seront pour leurs frais. En effet, si les Grecs avaient donné satisfaction aux banques et aux marchés financiers, on aurait assisté à un joli rebond de 5 à 10% sur l’ensemble des marchés européens. Seulement voilà, les Grecs ont mal votés. Salaud de peuple. Et qu’on ne vienne pas me dire que c’est le contribuable européen qui en sera pour ses frais. Bien sûr c’est vrai, mais si le con de contribuable européen avait été consulté – comme l’ont été les Grecs – sur des prêts qu’on savait à perte puisque la Grèce ne pouvait mécaniquement et mathématiquement pas rembourser, il aurait voté non à près de 90%. Parce que les seuls créanciers qui font crever la Grèce, ce sont les banques. Ce sont ces mêmes banques qui de toute façon confisqueront les avoirs des Grecs. “Vous votez non? Très bien, vous pouvez faire une croix sur tout ce que vous avez sur vos comptes”. Voilà le chantage auquel est soumis le citoyen européen.

Ce qui me fait plaisir, c’est qu’une fois de plus, les sondages avaient vu juste. Je suis ironique bien entendu. Sur France info on donnait le “oui” et le “non au coude-à-coude. Tout juste si on n’était pas en train de fantasmer sur une victoire du ”oui“. La réalité, on ne le dira jamais assez, c’est que les sondages sont une véritable manipulation. Ils ne sont là que pour fausser la sincérité du scrutin. Ils étaient là pour rassurer un système qui ”chie dans son froc" dès qu’on lui parle de démocratie et davantage encore dès qu’on lui parle de démocratie directe.

Les médias ont donc une fois de plus utilisé l’arme des sondages pour à la fois manipuler et se rassurer. Il s’agissait notamment de décourager les partisans du “non” et au contraire de stimuler les partisans du “oui” pour que le camp du bien (comprendre le camp des banques) vote bien.
Dernière observation. Je pense que c’est la première fois dans l’histoire qu’un gouvernement appelle à voter “non” à une question qu’il soumet à référendum.
Une seule chose me tourmente et m’inquiète beaucoup, c’est la manière avec laquelle les Grecs vont être punis.

Jacques Frantz

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s