Les halals refusent d’aller dîner chez les Cachers

Si j’ai été un peu absent ces derniers jours, c’est que une infection de gauche m’a cloué au lit. Alors qu’est-ce qu’on fait quand on est au lit? On cherche un sommeil réparateur (de droite celui-là) ou on écoute la radio. Or quelle ne fut pas ma surprise d’entendre en boucle le psychodrame du Conseil français du culte musulman qui a boycotté le dîner du conseil représentatif des institutions juives de France. Les journalistes en ont fait un drame national. Si les Halals ne vont pas dîner chez les cachers la France n’est plus la France. du reste, Pépère a réuni tout ce beau monde à l’Élysée pour se réconcilier. C’est vrai qu’il y avait urgence dans un pays qui ne souffre pas du chômage, d’une immigration massive ou d’un délitement de sa cohésion sociale, pépère, quant à lui, pense à fidéliser la clientèle électorale.
Cela dit pour revenir à cet événement si grave qui a fait que le pays s’est arrêté de respirer je vous propose la réflexion qui suit.
Les propos de Roger Cukierman ne sont ni faux ni maladroits. IL a pris au contraire toutes les précautions d’usage et toutes les mises au point n’y auront rien fait. Il a donc raison de dire qu’on lui fait un mauvais procès.Sauf que le CFCM ne fait qu’appliquer les mêmes méthodes que le CRIF. Car en matière de mauvais procès Cukierman se pose là. Dans le même discours il explique que Marine le Pen est infréquentable parce qu’elle n’a pas condamné les propos de son père tenus il y a un petit quart de siècle. Aussi Marine le Pen n’a non seulement pas sa place à ce dîner (ce dont on se fiche), mais Cukierman conseillera de ne pas voter Front National. Donc Roger Cukierman, dans le même discours, dénonce un mauvais procès et fait un mauvais procès.
Au risque de décevoir M. Cukierman, je dirai qu’on se passe bien volontiers de ses conseils, qu’il n’est le propriétaire des suffrages de personne et que le principe d’une démocratie c’est un homme une voix et pas une communauté une voix.
Enfin un conseil à Marine Le Pen: ne jamais céder aux injonctions de Roger Cukierman. D’abord parce que si elle cède ce sera toujours insuffisant, et ensuite parce que Cukierman ne représente rien. Même pas les juifs de France. Il représente tout au plus un groupe de pression très parisien qui organise un dîner à 900 euros par convive. Il ne représente certainement pas l’immense majorité des citoyens de notre pays de confession israélite qui se sentent français et qui votent en fonction de ce qui leur semble bon pour la France.
Je le répète, la démocratie repose sur un principe fondamental “un homme une voix”. En flattant les communautés pour des raisons bassement électorales on détruit ce principe et on affaibli la démocratie. Or il n’y a qu’une seule communauté qui vaille c’est la communauté nationale. Si on la détruit en pulvérisant la cohésion sociale, on détruit ce qui a fait la prospérité du pays. Le communautarisme à la sauce hollandaise c’est plus de misère. Vous me direz que ça n’a pas commencé avec Hollande, mais dans l’urgence, je sui obligé de réitérer ce qui conclut la plupart de ces article, “Hollande dégage”.

Vente des avions Raphale, une aubaine?

Lundi dernier, le ministre français de la défense s’est rendu au Caire en grande pompe pour signer solennellement le contrat de vente de 24 avions Rafale. Pour la première fois, l’avion Rafale s’exporte à l’étranger.
Depuis 8 jours on nous vente le génie français et, en filigrane, le génie de notre bon gouvernement qui est le premier à exporter ce joujou génial.
Je ne voudrais pas dans cet article passer pour un pisse-froid et un rabat-joie qui casse l’ambiance. Cependant, convenez avec moi qu’il y a de quoi s’interroger.
On peut s’interroger sur la capacité de l’Égypte à honorer ses factures. C’est bien de vendre ses avions, mais ce serait mieux de les vendre à qui peut les payer. En ce sens, il eût été mieux de vendre des avions à la Russie qui elle a les moyens de payer d’avance. Il est vrai que la Russie vient de se prendre une vraie douche froide avec l’affaire des porte-hélicoptères Mistral. On notera au passage que la Russie se voit refuser la livraison de ce qu’elle a déjà payé. Pire, on a même interrompu la formation des équipages qui seront à bord de ces navires. La France est donc en position de non respect de ses engagements contractuels. Pourtant, c’est dans ces conditions que l’Égypte signe un contrat portant sur la vente de 24 avions. À la place de l’Égypte, j’aurais peur devant un fournisseur de si mauvaise foi. Une différence est toutefois à noter. L’Égypte n’a pas du tout l’intention de payer d’avance. En conséquence, la France pourrait bien se retrouver avec des avions livrés non payés.
Que le lecteur me permette une hypothèse:
Nous savons que les États-unis et les faucons de l’OTAN ont fait beaucoup de pression sur la France pour qu’elle n’honore pas ses engagements contractuels concernant les porte-hélicoptères. J’imagine, tout au moins j’espère, que les experts militaires français ont grincé des dents en coulisse. Pour compenser à la fois le manque à gagner financier et les conséquences diplomatiques désastreuses liées à cette manoeuvre honteuse consistant à rompre un engagement national, les États-unis pourraient très bien avoir offert une garantie financière à la France liée à la vente de ces avions à l’Égypte. C’est en quelque sorte une petite compensation. De toute façon ça n’engage à rien. Les Américains feront fonctionner la planche à billets si nécessaire, et de toute façon les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent.
Il est pitoyable de voir cette diplomatie française en voie de vassalisation avancée. Décidément, là non plus, le gouvernement et son le Président de la république ne sont pas à la hauteur.
Pour toutes ces raisons il est impératif que le Président Hollande dégage.

S’il n’est pas journaliste, Hervé Gourdel est un homme mort

Hervé Gourdel n’est pas journaliste, il est donc un homme mort!
Nous avons appris effarés, vidéo à l’appui, la prise en otage du guide de haute montagne Hervé Gourdel et surtout l’ultimatum qui va avec.
Qui est responsable?
Responsables en tout premier lieu, les preneurs d’otages fanatisés nourris au racisme antifrançais attisé par le gouvernement algérien.
Responsable ensuite, le gouvernement algérien qui a toujours joué un jeu dangereux et équivoque avec l’Islamisme. Tantôt on le combat, tantôt on s’en sert. Dans tous les cas, les perdants sont toujours les mêmes. Quand bien même le gouvernement algérien serait sincère dans sa lutte contre le terrorisme islamique, force est de constater qu’il a échoué à l’éradiquer. Les militaires algériens sont beaucoup plus compétents pour déverser leur haine contre nous que pour mettre de l’ordre chez eux pour le bien de leur propre population.
responsable encore l’otage lui-même! Molière aurait dit, « mais que diable allait-il faire dans cette galère »? On a du mal à comprendre pourquoi un alpiniste chevronné va chercher un terrain de jeu aussi dangereux. Conscient qu’à l’heure où j’écris, Hervé Gourdel a peut-être déjà été le supplicier de ces ordures d’islamistes, je ne parviens pas à comprendre au nom de quoi on prend de tels risques.
Responsable enfin le gouvernement français. En effet, au lieu de combattre l’islamisme en Iraq, il serait bon de le combattre chez nous. Pour cela, mettre fin à l’arrivée massive de musulmans en provenance d’Afrique et d’Asie, et affirmer haut et fort que la France est une terre chrétienne. Cela ne veut pas dire que chacun ne serait pas libre de prier ou de professer comme il l’entend, mais il faut réaffirmer haut et fort que notre culture, notre conscience et nos valeurs trouvent racine dans l’évangile. Celui qui veut prier ou professer autre chose peut le faire dans le cadre privé ou associatif, mais de manière respectueuse de nos valeurs.
Je pense que les grands prophètes de la laïcité ont une large part de responsabilité dans ce qui se passe car sous couvert de laïcité c’est l’athéisme militant qui est professé. Sous prétexte de séparer l’Église de l’État on veut éradiquer le nom de Jésus-Christ de notre culture, de nos consciences et de nos habitudes. Au fait, pou mettre quoi à la place? Rien. Eh bien dans ce « rien », les musulmans mettent la conquête, qui, dans certains cas, revêt les atours de l’islamisme.
C’est bien connu le vide n’a pas sa place. Ce n’est qu’en réaffirmant qui nous sommes que nous ferons reculer l’islamisme. Encore une fois commençons par mettre de l’ordre chez nous au lieu d’aller en mettre chez les autres.
Je ne peux pas m’empêcher de me demander pourquoi et comment le gouvernement français parvient toujours à faire libérer les journalistes? Y aurait-il un traitement de faveur dans les négociations?
En tout cas, s’il arrive quelque chose à ce malheureux, Hollande et sa clique  de vassaux à la botte des intérêts américains auront un peu de ce sang sur les mains.
Plus que jamais,le mot d’ordre est nécessaire,
Hollande dégage
Jacques Frantz

Pilotes en grève, pas de doute, on est bien en France

Les pilotes en grève, pas de doute, on est bien en France
Mon amie la Chipie m’a demandé un article sur les grèves à airFrance. Normalement je ne fais pas d’articles sur commande. Mais bon comme tout ce que femme veut Dieu veut je m’exécute. La réalité est que je connais mal le dossier. Tout de même, je peux, en restant très général, avancer quelques pistes de réflexion.
Depuis une semaine, les pilotes d’Airfrance sont en grève illimitée. Le conflit repose sur la tentative de la compagnie de créer une filiale à faible coûts qui permet de délester l’entreprise des vols non rentables. Il est vrai que la mode est aujourd’hui ce qu’on appelle le « bas coût » et que les compagnies aériennes qui fonctionnent sur ce modèle grignotent chaque jour davantage de parts de marché.
Les compagnies historiques ne peuvent pas lutter. La grève est mal comprise par les usagers et le grand public. En effet, il est difficile de se faire entendre par des gens au SMIC en faisant grève lorsqu’on gagne plus de 15 000 euros. En outre, la presse aux ordres, parfois très compréhensive quand il s’agit des grévistes syndiqués à Sud rail, a la dent assez dure pour les pilotes trop souvent accusés de corporatisme. 
Quels sont les enjeux?
Les vols moyen-courriers reliant les villes de province entre elles  estampillés airfrance coûtent trop cher à la compagnie. En cause, la concurrence et les conditions vues comme privilégiées du personnel airfrance. Effectivement, la compagnie ne peut pratiquer les mêmes tarifs que les compagnies à bas coût tout en maintenant les mêmes avantages salariaux. Pour autant on aurait tort de ne pas s’inquiéter du low cost à tout crin. Il constitue un moindre coût pour les actionnaires majoritaires et la direction des entreprise concernées, mais le personnel et les usagers sont toujours perdants.
Les pilotes ont raison de s’inquiéter des incertitudes qui pèsent sur leur statut. Les pilotes ont raison de s’inquiéter de l’incertitude qui pèse sur le statut des nouvelles recrues de la nouvelle filiale. Nous allons aboutir à une situation où le personnel de la compagnie sur un même vol n’aura pas le même statut, le même salaire,les mêmes droits, mais le même travail. Le personnel sera exactement comme les passagers où il y a autant de prix différents que de passagers sur un même vol. Une situation où dans une même entreprise les personnes font le même travail avec des droits différents aboutira sans aucun doute à la mort du droit du travail.
tout cela est très bien, mais que fait-on pour permettre à la compagnie de retrouver les chiffres noirs?
tout d’abord on peut se poser la question de savoir si le bas coût est l’unique solution?
comme on l’a vu, il constitue une réponse ultra-libérale simpliste à une question complexe. La chipie, que j’ai eu au téléphone pour préparer cet article, m’a donné l’argument le plus spécieux de l’année 2014 en disant que le low-cost était l’unique planche de salut et que le client voulait du low-cost. Cela me rappelle mon collègue chinois à qui je faisais le grief de nous envahir avec les produits bas de gamme de la chine. Il m’avait répondu que c’était ce que le consommateur voulait. C’est faux. Le consommateur, et c’est son rôle, se fournit en biens et en services là où cela coûte le moins. Sauf qu’une fois que la concurrence aura été éliminée définitivement, les compagnies à bas coût cesseront de faire du bon marché. À ce moment-là ce sont les marges qui vont augmenter. Le client lui paiera au prix fort des services de qualité très médiocre. Il paiera au prix fort mais sera servi par du personnel sous-payé et surexploité, il voyagera dans des conditions déplorables avec des pilotes qui ont fait trop d’heures au détriment de la sécurité.
La solution n’est pas, comme tente de le faire croire la direction de la compagnie le modèle économique à bas coût. En plus, on oublie qu’Airfrance était propriétaire d’une compagnie aérienne moyens-courriers. Pourquoi l’ont-ils fusionnée? Pourquoi les modèles économiques qui étaient bons hier deviennent mauvais aujourd’hui?
L’une des solutions risque bien de passer par un retour aux règlementations nationales. Je ne vois en effet pas pourquoi nous n’aurions pas le droit de décider sur notre sol que seules les entreprises qui se conforment au droit du travail français ont le droit d’exercer une activité en France. L’ouverture d’une filiale à bas coût au sein de la compagnie Airfrance c’est de l’Airfrance à bas salaires, à basses prestations avec des employés provenant de contrées où le droit du travail est moins regardant.
Le problème est que nous sommes passés de l’idéologie du monopole d’État à l’idéologie ultra-libérale où l’humain n’est qu’une variable économique d’ajustement. On l’a fait en faisant croire au consommateur que c’était bon pour lui. On l’impose à l’aide du chantage à l’emploi. Hélas si l’ultra-libéralisme produisait de l’emploi cela se saurait. Dans tous les cas, si tout le monde travaille avec des salaires roumains, les billets d’avion même à bas prix seront inaccessibles. 
Pour toutes ces raisons je soutiens la grève. Un soutien réservé, mais un soutien quand même. Soutien réservé car les anciens monopoles doivent être réformés. Probablement que si les salariés acceptaient le principe de négociations périodiques, avec des réformes qui s’appliquent à tous et pas seulement aux nouveaux-venus, je pense que ces réformes seraient moins douloureuses et qu’il n’y aurait pas de générations sacrifiées comme ce sera malheureusement le cas. Hélas les partenaires sociaux ne savent pas faire cela en France. Soutien quand même car le diagnostic de « dumping social » est parfaitement posé. À cela s’ajoute une inégalité de traitement entre les employés actuels et les employés nouvellement recrutés. Si le CNPL tient compte de cela dans les revendications ce sera un bel exemple de solidarité syndicale.
Alors bien sûr on pourra gloser sur les immenses avantages des pilotes et plus généralement des employé d’Airfrance à la grande époque, mais passer d’une extrême à l’autre ne sert à rien.
Il est intéressant de constater que quelle que soit l’idéologie, celle des monopoles d’État ou celle de l’ultra-libéralisme, ce sont toujours les socialistes qui sont à la manoeuvre. Alors bien sûr je n’aurai pas la cruauté de donner les noms de ceux qui ont élu le guignol de l’Élysée, mais tout de même il est responsable de beaucoup de nos malheurs. 
Pour cette raison et bien d’autres, un seul mot d’ordre,
Hollande dégage!
Jacques Frantz

Sarkozy le retour

Depuis deux jours on ne nous parle que de ça.
Sarkozy le retour.
En général lorsque sort un mauvais film on nous en fait un « remake ». Ceux, dont Marine Le Pen, qui nous avaient dit que Nicolas Sarkozy ne reviendrait pas en seront pour leurs frais.
Il est là. Il est bien revenu et vraiment tel qu’en lui-même. Il est revenu aussi grand par la gueule que petit par la taille. Il est revenu pour nous dire à peu près rien. Il est revenu en comptant sur la mémoire courte des Français.
Et qui revient dans son sillage?
Le pédophile Frédéric Mitterrand, le pro-euthanasie Kouchner, les socialistes Jouyet et Besson, j’en passe car ça lasse.
En seront pour leurs frais ceux qui ont milité contre le mariage dénaturé qui comptaient sur une abrogation. Le mariage, l’adoption, la GPA, la PMA, Sarkozy est pour. Sarkozy est en parfait accord avec les décisions sociétales qui ont été prises au cours du mandat de François Hollande. Seule la nécessité dictée par la posture politique a pu faire croire qu’il était contre. En outre, ne touchant pas l’argent de Pierre Bergé, il n’y a pas lieu de trop s’exposer sur ces questions. Sauf que ne pas s’exposer c’est valable dans un sens comme dans l’autre. Aussi, il ne s’exposera pas en promettant une abrogation (promesse qu’il ne tiendrait de toute façon pas).
Il a promis le recours au référendum. Que ne l’a-t-il utilisé lorsqu’il était aux affaires? Le problème avec Sarkozy c’est que le pouvoir il l’a eu, il l’a exercé, et il l’a mal exercé. Je ne comprends pas quelle crédibilité on peut donner à quelqu’un qui préconise aujourd’hui ce qu’il n’a pas fait hier.
Le profil du prochain président est vierge de toute fonction exécutive. Cela me semble relever du pur bon sens.Vous allez me dire, le plus tôt sera le mieux! Alors pour cela il n’y a qu’un seul mot d’ordre
« Hollande Dégage ».
Jacques Frantz

Trierweiler s’épanche et nous on continue de rigoler

Un livre à ne pas acheter! 
Dans un précédent article consacré au livre de Valérie trierweiler je me gaussais de cet épanchement malvenu.
Entre temps j’ai lu le livre. J’ai mis le temps car je ne voulais pas l’acheter par principe. Je me le suis procuré et l’offre à mes amis au sens large pour ne pas qu’ils l’achètent. Je ne le diffuserai pas pour ne pas avoir de soucis judiciaires, mais je pense que sa lecture ne vaut pas qu’on paie pour ça.
Il s’agit, comme je le subodorais, d’une formidable entreprise de communication et de fric. Valérie tire les larmes des yeux et fait tinter le tiroir-caisse. Hélas le procédé, bien que très éculé, fonctionne encore à merveille. En effet, le livre, force est de le constater tout en le déplorant, se vend. Ensuite, il faut le déplorer plus encore, même des gens de notre sensibilité politique se sont faits avoir en écoutant que leur bon coeur et la femme blessée.
Pour résumer brièvement, le livre dit en 132 interminables pages que l’auteur est une héroïne très très très gentille, humaine, perspicace qu’on devrait écouter davantage, face à une meute de journalistes et de politiciens très très très méchants. Sauf que ça sonne encore plus faux que chantait ma mère. Seuls les naïfs croiront que Valérie Trierweiler ne savait pas à qui elle avait affaire, elle, qui, de son propre aveux, a baigné dans le jus politique depuis sa tendre jeunesse. Jouer les oies blanches en disant que tout a basculé avec le communiqué du 25 janvier a de quoi amuser.
Elle se fiche du monde lorsqu’elle dit découvrir la duplicité de François Hollande. C’est le 25 janvier, date du communiqué de répudiation, que Valérie Trierweiler découvre qu’avant d’être un homme, François Hollande est un animal politique frôlant la psychopathie?
Une chose dont la presse n’a pas parlé, y compris celle de notre courant politique: Valérie Trierweiler parle des « manifestations monstres » contre le mariage dénaturé. C’est donc que les journalistes à la botte du pouvoir et le pouvoir lui-même ont menti en minimisant l’ampleur des manifestations. Elle est fière de dire qu’il n’a pas cédé. Pourtant, si elle avait lu la presse de droite de conviction, elle aurait vu qu’avant même son élection tous s’accordaient à dire que les seules promesses qui seraient tenues seraient les promesses sociétales et en tout premier lieu la promesse emblématique du mariage dénaturé. Voilà des promesses plus faciles à tenir que le chômage et le maintien des usines ouvertes.
Dans ce livre, on a droit à toutes les grosses ficelles de la communication.   La famille misérable, la femme humiliée mais digne, proche du peuple (à l’exception des fachos) qui fait du vélo à la Lanterne. Pauvre petite fille riche.
Elle nous fait pleurer sur les mômes des banlieues qui n’ont jamais vu la mer, mais pas un mot sur les gamins gazés dans leur poussette parce qu’un million de personnes sont descendues dans la rue pour dire « non » aux homolâtres. Valérie Trierweiler a ses bons pauvres.
On n’apprend à peu près rien qu’on ne savait déjà dans ce livre. Valérie règle ses comptes avec ceux de son rang et on en a à peu près rien à faire. Son idole, Danièle Mitterrand, admiratrice de Fidel Castro qui a certainement plus de sang sur les mains que le Président Hassad. tout cela manque de crédibilité car derrière la femme blessée se cache l’idéologue, la femme de clan, la femme qui depuis plus d’un quart de siècle navigue dans les sphères les plus hautes de l’État. La femme qui a comme tous ces gens plongé les deux mains dans la gamelle en faisant semblant de pleurer des larmes de crocodiles sur ceux qui comptent chaque euro. La femme de la gauche caviars. En tous cas ce n’est pas ceux qui crachent à sa figure de looser qu’elle déteste, mais les fachos de la fachosphère. Qu’elle se rassure, c’est réciproque.
Vivement que notre ami Ratier fasse oeuvre de salubrité publique en sortant un bouquin qui s’appellerait « le vrai visage de Trierweiler » où on apprendrait quelques vérités sur sa biographie. Je suis sûr que ça se vendrait au moins aussi bien que le livre sur Valls.
Un livre à ne pas acheter
Voilà un livre bien inutiles entre le roman à l’eau de rose et le mauvais règlement de compte.C’est à peu près tout ce que peut produire cette présidence médiocre. Alors vivement que le menteur à teinture retourne à son scooter, ses SMS et ne sorte plus jamais de sa Corèse endettée.
Hollande Dégage!
Jacques Frantz